×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste

Société

«Le caftan rend hommage à ses artisans«
Entretien avec Zhor, créatrice et styliste marocaine

Par L'Economiste | Edition N°:2357 Le 08/09/2006 | Partager

. 30 artisans cousent un seul caftan. Sans statut, quel avenir?Zhor s’est mise tôt au stylisme. Son ambition: dévoiler une image d’un Maroc alliant tradition et modernité. Ces créations ont traversé les frontières, ce qui fait d’elle une ambassadrice du caftan marocain. Pour la styliste, le caftan a été modernisé, externalisé… mais son existence revient avant tout aux artisans qui travaillent dans l’ombre. Pour leur rendre hommage, un événement baptisé «De fil en aiguille… les artisans du Maroc» aura lieu les 10, 11 et 12 novembre au Palais Mokri, Musée Batha, à Fès. Objectif: honorer ces «mains d’or». Entretien.- L’Economiste: Quel est l’objectif de cet événement?Zhor: L’idée germait de longue date. Ce serait une exposition qui va démonter un peu le caftan traditionnel. Le but étant de valoriser le savoir-faire des artisans «mâalmines» et leur offrir un contact direct avec les professionnels de la mode. A ce jour, le caftan a eu beaucoup de succès, grâce aux laborieux travail accompli par les artisans. Ces derniers œuvrent, en effet, dans la discrétion et dans l’ombre. Nous avons donné tant de valeur aux stylistes et modélistes, mais nous avons oublié le vrai artiste du caftan: l’artisan ou «khayat». Pour preuve, 25 à 30 artisans peuvent exercer sur un seul caftan qui nécessiterait 30 jours à 8 mois. Le concept serait d’exposer les étapes par lesquelles passent la réalisation du caftan. L’artisan n’a jamais reçu ce qu’il méritait et il est dans le besoin. Je dirai même que c’est un métier ingrat. On reconnaît les stylistes, les modélistes… mais pas les artisans!!! Lors de ce rendez-vous, mes créations montreront le génie de nos artisans. . Que fait pour les aider l’association De fil en aiguille?L’association vient d’être créée. Nous souhaitons revoir le statut des artisans et leurs conditions de vie. Ils ne bénéficient pas non plus des avantages sociaux. Notre travail consisterait à pousser la Chambre d’artisanat à leur donner un statut. C’est malheureux, la plupart des maisons de haute couture ne les déclarent pas. Je me demande où sont les responsables pour s’occuper de ces artisans (ndlr, le secteur dispose d’une vision 2015, les artisans peuvent bénéficier de nouveaux financements cf. www.leconomiste.com). J’ai même envie de réaliser un film sur ces «personnages discrets». Ce sont eux les vrais stars du caftan.. Tout un débat sera lancé sur «le caftan entre tradition et modernité» lors de ce rendez-vous. Quels en sont lesenjeux?J’ai toujours apprécié le vrai caftan traditionnel. Seulement voilà, tout se modernise. Nous ne pouvons pas porter le caftan comme nos grands-mères et arrières-grands-mères. Non, il faut l’actualiser, le moderniser au niveau de la coupe et de la matière. Ceci ne veut pas dire qu’il faille mettre n’importe quoi ou copier les idées des étrangers. Le caftan subit les tendances, néanmoins il faut conserver sa sobriété. Innover pour faire aimer le caftan. . Votre choix s’est porté sur la ville spirituelle, est-ce un coup de cœur ?Les artisans sont omniprésents dans toutes les régions du Royaume. Nous avons un peu négligé la ville de Fès, malgré ses richesses et ses trésors. Le caftan est né à Fès et il y revient. Fès sera l’écrin qui accueillera les artisans.Propos recueillis par F. Z. T.

Retrouvez dans la même rubrique

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc