×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste

Economie

«Il faut que l’on puisse dire j’achète au Maroc les yeux fermés«
Evelyne Chaballier, directeur des études économiques et prospectives de l’Institut français de la mode

Par L'Economiste | Edition N°:2227 Le 06/03/2006 | Partager

. Le produit fini, loin d’être la panacée - L’Economiste: Comment repositionner les entreprises locales par rapport à la nouvelle donne mondiale?- Evelyne Chaballier: Il convient de jouer sur les facteurs de compétitivité que constituent la réactivité et la proximité par rapport aux marchés européens dans un premier temps. Puis, vis-à-vis du marché américain et de la côte Est des Etats-Unis. Cette compétitivité doit d’être intégrée dans tous les produits qui ne peuvent pas être fabriqués aujourd’hui en Asie. Parce ce que ce sont des produits risqués commercialement et qui font que le time-market (réactivité, ndlr) de ces produits est extrêmement important et s’impose. Un autre domaine sur lequel il me semble que le Maroc a véritablement des cartes à jouer concerne le respect de l’environnement et les conditions éthiques sollicitées par les confectionneurs européens. La proximité géographique et culturelle et les échanges avec le Maroc font qu’il y a un vecteur de transmission de valeurs communes à ce sujet. Valeurs à transmettre auprès des consommateurs européens. - Pendant ces dernières années, le seul discours a été «le produit fini: ou la mort». Est-ce vraiment le cas?- Les réflexions des donneurs d’ordre sont beaucoup moins manichéennes aujourd’hui. Sans oublier que les entreprises ont entrepris de migrer de la sous-traitance vers la cotraitance et les produits finis. Mais le produit fini est tout, sauf la panacée pour le marché. D’abord, parce que les enseignes et les marques recherchent des produits finis pour un tout petit pourcentage de leur assortiment. Histoire de créer des herbes folles et des facteurs de différenciation par rapport à leurs marques propres qu’elles tiennent à «designer» elles-mêmes. Dans la mesure où c’est leur identité de marque face à la concurrence et la transmission de leur spécificité en terme de design face au consommateur. Il doit y avoir une cohérence dans la collection. Les marques et les enseignes tiennent à cette cohérence et ne souhaitent pas accumuler des produits finis dans les assortiments. Concernant la sous-traitance, il y a toujours de la place pour une sous-traitance active, dès lors qu’elle ne se contente pas d’une simple vente de minutes de confection. Les sous-traitants doivent prendre en charge peu à peu d’autres fonctions telles que le contrôle, le stockage des matières, le prototypage, la graduation, les opérations logistiques… tout ce qui fait qu’ils ne soient pas simplement comparés aux sous ou co-traitants asiatiques sur le simple faite de leurs minutes de confection.- Quel serait votre conseil aux textiliens marocains?C’est d’aller vite. Surtout par rapport à 2008, date de la suppression des nouveaux quotas européens. Il reste deux ans pour que le Maroc adopte une attitude proactive. Cela veut dire développer à l’intérieur de l’entreprise d’autres compétences pour justement s’écarter de la simple sous-traitance passive, établir des dialogues avec les fournisseurs, trouver des spécificités de l’entreprise, qu’elle soit plus importante et utile à ces donneurs d’ordre et qu’elle prenne une place essentielle sur le marché. Mon conseil serait qu’à l’avenir les donneurs d’ordre puissent dire: j’achète au Maroc les yeux fermés parce que l’on m’apporte la qualité, la fiabilité et surtout la réactivité et le respect des délais. Propos recueillis par F.Z.T.

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc