×L'Editorialjustice régions Dossiers Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Economie

11 Septembre, 3 ans après
«Le Polisario peut se convertir en réserve terroriste»
Entretien avec Aymeric Chauprade, géopoliticien

Par L'Economiste | Edition N°:1851 Le 10/09/2004 | Partager

Aymeric Chauprade est aussi connu pour sa position claire sur la marocanité du Sahara. Pour lui, détacher le Sahara du Maroc, c’est couper le pays de sa projection vers l’Afrique subsaharienne, «c’est antinaturel et antihistorique».- L’Economiste: Depuis le 11 septembre, la guerre contre le terrorisme prend des proportions inquiétantes sur fond d’amalgames. Qu’en pensez-vous?- Aymeric Chauprade: Force est de constater que le 11 septembre a eu de nombreuses conséquences, notamment d’ordre géopolitique. Mais il a permis quand même une formidable accélération de la projection mondiale des Etats-Unis avec une implantation plus forte dans les Balkans, dans le Caucase, en Asie centrale et un renforcement du dispositif US en Asie pacifique. Tout ceci sous le prétexte de la lutte antiterrorisme. Sur cette base, le 11 septembre a finalement favorisé la géopolitique et facilité l’implantation américaine dans le monde. Seconde conséquence, même sur la nature du système politique des sociétés occidentales et américaines en particulier, cela justifie un recul des libertés et de dérives des institutions US avec des incarcérations sans cadre légal. Du coup, plusieurs personnes de confession musulmane se sont retrouvées privées de travail sans cadre légal et sans protection. Tout ceci sur fond d’une instrumentalisation économique. C’est-à-dire que tous les marchés fonctionnent dans la peur, ce qui explique la relance de la consommation dans plusieurs secteurs, notamment celui de la défense. Mécaniquement, la relance de ce secteur et par les liens qu’il a avec les NTI, a pu lui permettre une nouvelle jeunesse. Ce qui s’est traduit par la relance de plusieurs secteurs à partir de la défense. - Mais à côté de cela, le monde arabo-musulman est en pleine ébullition au Moyen-Orient, la poudrière chiite en Irak, les marasmes économiques…- En effet, le 11 septembre s’est également caractérisé par l’accroissement des fossés d’incompréhensions entre deux blocs, l’Occident et le monde arabe. Car les attentats ont servi de prétexte aux Américains pour provoquer un rebuilding et un reformatage du Moyen-Orient. Ils appellent cela les Nation building, ce qui consiste à reformer les nations en fonction des intérêts avec des gouvernements favorables. Ils ont commencé à le faire en Irak, mais cela ne fonctionne pas comme prévu. Pour la simple raison qu’ils ont sous-estimé la dimension réelle du nationalisme arabe. Ils ont cru qu’ils pourraient jouer uniquement sur les divisions et les rivalités communautaires avec un rôle d’arbitre colonial. Mais la résistance irakienne doublée d’une sacralité islamique a été un ciment fort face à la tentative d’occupation. En plus de cela, la nation qui soutient le plus l’Etat d’Israël ne peut réussir à s’implanter dans le monde arabe. - Parmi les effets pervers, des médias se livrent également à ce jeu de clivages et de logique binaire?- Moi ce qui me frappe, ce sont ces phénomènes très médiatisés avec des images spectaculaires où le monde musulman est humilié. Guantanamo, c’est l’humiliation permanente de l’homme musulman enchaîné qui n’a aucun droit. Il y a sans doute des coupables parmi ces gens, mais sûrement beaucoup d’innocents. Il y a eu également Abou Ghraib qui est un autre site très médiatisé de l’humiliation. Donc, il faut s’interroger sur les mobiles de cette instrumentalisation. Aujourd’hui, le choc des civilisations a marqué des points, mais il ne faut pas baisser les bras et tomber dans le piège de la logique des blocs. - Selon vous, est-ce que le Polisario ne risque pas de devenir une réserve potentielle de recrutements terroristes?- Absolument, la récupération par une sorte de drapeau internationaliste de l’islamisme d’un mouvement local qui n’existe pratiquement plus avec des effectifs largement diminués est probable. Actuellement, ce sont des jusqu’au-boutistes qui sont obligés de trouver une nouvelle idéologie de substitution et de nouveaux parrains. Le risque de rattrapage par les islamistes et une idéologie transnationale radicale est là. Ce risque, conforté par quelques éléments récents, l’immigration clandestine et les flux d’immigrés subsahariens appuie cette thèse. Ajoutés à cela, des jeunes sahraouis pro-polisario formés dans des universités algériennes et qui sont imprégnés d’idéologies islamistes. Tous ces facteurs sont un risque réel de reconversion en internationale islamiste radicale. C’est dire que l’Occident doit prendre conscience et trancher sur cette affaire et clairement déclarer la souveraineté marocaine. C’est le message que l’Occident doit faire passer à l’Algérie. La position de la France est claire dans ce sens, si les Etats-Unis peuvent aussi faire pression sur l’Algérie, cela permettra de résoudre ce problème. - Le 11 septembre a montré que la mondialisation n’est pas simplement un phénomène économique?- C’est sûr, c’est un phénomène de mise en interaction de facteurs géopolitiques qui étaient jusqu’à présent locaux. Maintenant, ceux qui défendent des causes fonctionnent en réseau, comme dans l’économie. Donc, c’est une mondialisation des personnes et des flux qui est aussi une mondialisation des idéologies. Les NTI ont favorisé cette tendance. Mais il faut remarquer que si le fond de l’idéologie islamiste est archaïque, en même temps elle ne rejette pas l’utilisation pratique de la science. Elle a su parfaitement, dans le cadre de conflits asymétriques, utiliser l’énergie scientifique de son adversaire et la retourner contre lui. Le Boeing qui s’écrase contre une tour, c’est le même Boeing construit par l’Occident qui est renvoyé à l’Occident. C’est l’arroseur arrosé.Propos recueillis par Amin RBOUB

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc