×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Economie

11 milliards de DH pour la seule filière viande

Par L'Economiste | Edition N°:3167 Le 10/12/2009 | Partager

. La profession déboursera plus de 9,7 milliards et l’Etat le reste. La consommation à booster LE voile est levé sur les détails de financement, surtout du Plan d’action du contrat-programme de la filière viandes rouges, signé le 22 avril dernier à la veille des assises de l’agriculture à Meknès (cf. www.leconomiste.com). Plus de 11 milliards de DH à mobiliser d’ici 2014 pour le développement de nouveaux modèles de production, l’agrégation sociale et la valorisation des viandes, la promotion de la filière et mise à niveau de la réglementation.La prime à l’investissement, supportée par l’Etat, se porte à près de 1,4 milliard de DH. La mise à niveau des petites et moyennes fermes - environ 420 unités - nécessitera 4,2 milliards de DH dont 420 millions supportés par l’Etat. Le premier volet des trois axes retenus (production, agrégation et valorisation) est de loin le plus gourmand, avec un budget de plus de 6 milliards de DH. Le financement du projet de 25 fermes d’engraissement, à mettre en place chaque année sur 5 ans à partir de 2010, adossées aux fermes laitières de 62.500 têtes, est arrêté à 250 millions de DH. Sur la même période, la création de 8 abattoirs intégrés et la réhabilitation de 12 autres, le plan prévoit 680 millions de DH. A noter que ce projet sera concédé au privé pour un marché de 280 millions de DH. Parallèlement, des unités de distribution modernes, au nombre de 50, d’une enveloppe de 250 millions de DH seront installées à travers le pays. Pour répondre à la demande, qui va grandissant, la stratégie de développement de la filière viandes rouges prévoit également la création d’un centre d’engraissement, adossé au groupement des éleveurs ovins et caprins. Au total 50 centres d’une capacité de 500.000/an devraient voir le jour d’ici 2014, date buttoir. Ce qui nécessitera une enveloppe de 500 millions de DH. Le projet d’élevage porte sur la création de 2 ranchs d’une capacité d’accueil de 5.000 têtes chacun pour un investissement de base de 40 millions de DH. Les deux autres actions de l’axe 1 du plan porte sur un projet d’élevage, décliné en centres et fermes d’engraissement. Pour les centres, il s’agit de mettre en place 10 structures agréées ou privées d’une capacité de 50.000 têtes/an dont le montant de l’investissement atteindra 100 millions de DH. Le volet promotion du plan prévoit un budget de 494 millions de DH dont 568,5 millions en primes d’investissement versées par l’Etat. La profession ne déboursera que 20 millions pour ce volet. Le gros du budget ira à la subvention à la production des veaux croisés avec des races à viandes. Pendant cinq ans, il sera question alors de produire 94.800 veaux croisés, prêts à l’engraissement. Pour cela, l’Etat déboursera 200 millions de DH. Par ailleurs, l’Etat initiera une campagne de communication de 5 millions de DH pour inciter à la consommation des viandes rouges. Alors que la norme de la FAO est de 100g/jour/personne, ce ratio est inférieur à 50 g au Maroc. Le dernier volet de la stratégie vise l’amélioration des conditions cadres de la filière. Pour cela, plus de 300 millions de DH seront mobilisés par l’Etat. Dans ce cas, la profession est appelée à participer, à hauteur de 7,2 millions, à l’assainissement des élevages producteurs contre les MLC (maladies réputées légalement contagieuses). L’application des textes fait la part belle aux éleveurs sinistrés par ces maladies. Un plan de dépistage de la tuberculose et de la brucellose chez environ 40.000 têtes bovines/an devrait aboutir à un abattage, avec indemnisation, de près 3.400 têtes/an.


Formation

UNE enveloppe de 6 millions de DH sera consacrée à la création d’un centre de formation aux métiers structurants de la filière. La gestion du programme dit d’amélioration génétique, qui captera 174 millions de DH du budget, porte sur la production de 30.000 à 32.500 béliers, 150.000 antenaises et le contrôle de performance de 200.000 brebis. Plus de 10,5 millions de DH seront consentis à l’amélioration de 21 souks bovins et ovins.Bachir THIAM

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc