×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Economie

Covid-19: Des mesures de protection encore plus durcies

Par L'Economiste | Edition N°:5866 Le 16/10/2020 | Partager
Plusieurs pays serrent la vis pour freiner la seconde vague
Les gestes-barrières doivent être renforcés, cas de la France…

Face au regain de la pandémie de Covid-19, les pays européens ont encore durci leurs mesures de protection. En France notamment les habitants seront soumis à partir de samedi à un couvre-feu nocturne. Voici les principaux points de l'interview télévisée d'Emmanuel Macron annonçant de nouvelles restrictions pour freiner la pandémie (voir aussi https://www.elysee.fr).

covid-maron-066.jpg

«Nous allons continuer à travailler, notre économie en a besoin, nous en avons besoin, nos enfants vont continuer d'aller à l'école…», a expliqué le président français Emmanuel Macron dans une interview télévisée. Ceci ne l’empêche pas de reconnaître que la situation demeure préoccupante avec l’arrivée de la deuxième vague de contamination (Ph. AFP)

■ Un couvre-feu pour au moins quatre semaines: A partir de samedi, un couvre-feu sera imposé en Ile-de-France et dans huit autres métropoles (Lille, Grenoble, Lyon, Aix-Marseille, Montpellier, Rouen, Toulouse et Saint-Etienne). Il sera en vigueur entre 21H00 et 06H00 pour au moins quatre semaines. Le gouvernement prévoit d'étendre le couvre-feu jusqu'au 1er décembre, si le Parlement l'y autorise. «Nous en avons jusqu'à l'été 2021 au moins avec ce virus», a insisté le président.

■ Des amendes pour les contrevenants: En cas de non-respect du couvre-feu, les contrevenants seront sanctionnés avec des amendes de 135 euros. Mais en cas de récidive, elles s'élèveront à 1.500 euros, a prévenu le chef de l'Etat. Des dérogations seront toutefois accordées notamment pour ceux qui «rentrent du travail après 21H00, ou qui travaillent de nuit». «Pour toutes celles et ceux qui ont des urgences, par exemple sanitaires, il y aura des autorisations», a-t-il précisé.

■ Pas plus de six à table: Lors de son intervention, le président a demandé aux Français «au maximum ne pas être plus de six à table» dans les réunions privées, afin de freiner la deuxième vague de la pandémie. Il a recommandé de «mettre au maximum le masque, y compris en famille ou entre amis» pour empêcher le virus de se diffuser dans la sphère privée.

■ Les vacances pas concernées: A quelques jours des vacances de la Toussaint, Macron a rassuré les Français qui souhaitent quitter les métropoles soumises à des couvre-feux pour passer leurs vacances à la campagne ou ailleurs, mais en respectant les règles de distanciation sociale. «Demander aux gens de rester confinés dans un appartement et de ne pas aller dans un lieu de vacances, ce serait disproportionné», a-t-il déclaré.

■ Des tests plus rapides: Face à des tests qui prennent beaucoup de temps, le président français a reconnu «de vraies difficultés sur le sujet». Il a promis une nouvelle «stratégie pour en réduire drastiquement les délais» et souligné que «cela passerait par de nouvelles techniques, comme les tests antigéniques, qui ont été autorisés et la possibilité de s'auto-tester».

■ Une aide exceptionnelle: Face à une crise sanitaire et économique aux graves conséquences sociales, le président a annoncé une aide exceptionnelle de 150 euros avec 100 euros de plus par enfant pour les bénéficiaires du RSA et des APL pendant 6 semaines. «Ce qui permettra d'aller entre 100 et 450 euros, ce qui est plus qu'une revalorisation», a-t-il souligné.

■ D’autres dispositifs: Le président a promis des aides supplémentaires pour les secteurs économiques qui seront affectés par le couvre-feu, comme la restauration, les théâtres, les cinémas et l'événementiel. «Nous aurons des dispositifs de soutien supplémentaires», a-t-il expliqué, mentionnant le chômage partiel et le fonds de solidarité, récemment élargi. «Les secteurs qui sont de nouveau pénalisés en fermant à 21 heures doivent bénéficier sans attendre de nouvelles mesures de soutien. C'est indispensable à leur survie», a tweeté le président du Medef, Geoffroy Roux de Bézieux.

■ Télétravail/Nouvelle application: Emmanuel Macron a préconisé «deux à trois jours de télétravail par semaine dans les entreprises où cela est possible, pour réduire un peu la pression collective». «Il faut que ce soit aussi négocié dans les branches et au plus près dans l'entreprise», a-t-il souligné, insistant également sur le fait que le télétravail «isole». Aussi, la nouvelle version de Stop Covid, l'application française de traçage des malades du coronavirus, sera lancée le 22 octobre sous le nom de «Tous anti-Covid».

F.Z.T. avec AFP

                                                                                       

Ailleurs en Europe

Plusieurs pays européens ont aussi durci leurs mesures de protection. L'Irlande du Nord a annoncé pour un mois les mesures les plus contraignantes au Royaume-Uni. La pression s'accroît sur le Premier ministre britannique Boris Johnson pour prendre des décisions similaires en Angleterre.

Les pubs et restaurants devront fermer à partir de vendredi, les vacances scolaires seront étendues à deux semaines, les commerces ne pourront plus vendre d'alcool à partir de 20h00 et les rassemblements de plus de 15 personnes, hormis les événements sportifs autorisés, seront interdits. Bars et restaurants vont aussi fermer pendant 15 jours en Catalogne.

L'annonce de cette mesure dans cette région du nord-est de l'Espagne intervient après le bouclage partiel de Madrid et d'autres restrictions prises en Andalousie, en Navarre ou en Galice pour combattre la hausse des contaminations en Espagne, où la pandémie a tué plus de 33.000 personnes. En Allemagne, un nombre record de cas quotidiens (6.638, contre un précédent maximum de 6.294 cas le 28 mars) a été annoncé jeudi 15 octobre. La chancelière Angela Merkel a ordonné de nouvelles restrictions à l'issue d'une réunion avec les responsables des 16 Etats régionaux.

Globalement, la pandémie a fait plus de 1,087 million de morts dans le monde depuis fin décembre, selon un bilan établi par l'AFP mercredi 14 octobre. Les Etats-Unis comptent le plus de morts (215.914), devant le Brésil (151.747), l'Inde (110.586), le Mexique (84.420) et le Royaume-Uni (43.018).

 

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc