×L'Editorialjustice régions Dossiers Société Culture Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

×

Message d'erreur

  • Notice : Undefined variable: user dans eco7_vf_preprocess_page() (ligne 1233 dans /home/leconomi/public_html/sites/all/themes/eco7_vf/template.php).
  • Notice : Trying to get property of non-object dans eco7_vf_preprocess_page() (ligne 1233 dans /home/leconomi/public_html/sites/all/themes/eco7_vf/template.php).
  • Notice : Undefined index: visite dans eco7_vf_preprocess_page() (ligne 1243 dans /home/leconomi/public_html/sites/all/themes/eco7_vf/template.php).
  • Notice : Undefined index: visite dans eco7_vf_preprocess_page() (ligne 1247 dans /home/leconomi/public_html/sites/all/themes/eco7_vf/template.php).
International

Covid-19: Comment le FMI trace la voie d’une reprise

Par Fatim-Zahra TOHRY | Edition N°:5864 Le 14/10/2020 | Partager
Malgré les mesures mises en place, les perspectives restent incertaines
Plusieurs pays présentent une vulnérabilité dans certains secteurs
Les assemblées annuelles du FMI et de la BM en mode virtuel

Face à la crise sanitaire et économique, les dirigeants ont pris des mesures exceptionnelles pour protéger les populations, l’économie et le système financier. Cependant, la perspective d’une reprise de l’activité restera très incertaine tant que des traitements et des vaccins efficaces contre la Covid-19 ne seront pas disponibles, indique l’équipe du Fonds monétaire international (FMI) dans son Panorama de l’édition d’octobre 2020 du Rapport sur la stabilité financière dans le monde (Global Financial Stability Report-GFSR). Elle est publiée en marge des assemblées annuelles du FMI et du Groupe de la Banque mondiale qui se déroulent du 12 au 18 octobre intégralement en mode virtuel. Croissance, dette, redressement durable, capital humain, développement numérique et lutte contre la pauvreté… sont au menu de cette rencontre. 
De plus, au moment où la crise les a frappés, de nombreux pays présentaient déjà une forte vulnérabilité dans certains secteurs (gestion d’actifs, entreprises non financières et Etat). Certaines de ces vulnérabilités augmentent, ce qui pourrait ralentir le retour de l’activité à un niveau normal.
Depuis la mise à jour du rapport sur la stabilité financière mondiale de juin 2020, les conditions financières sont restées accommodantes et les mesures de soutien à l’économie se sont prolongées. Dans les pays avancés, ces conditions se sont encore assouplies, ce qui tient à la baisse des taux d’intérêt sans risque et à l’augmentation des valorisations d’entreprises. De manière générale, au cours de la même période, les conditions financières se sont également assouplies dans les pays émergents (à l’exception de la Chine), bien que de nombreux pays continuent de supporter des coûts de financement extérieurs plus élevés qu’avant la Covid-19. 
Quoique l’assouplissement considérable des conditions financières depuis fin mars ait permis d’éviter une crise financière et d’atténuer l’impact de la Covid-19 sur l’économie, la détérioration des perspectives économiques devrait entraîner une forte contraction de la production mondiale en 2020 (-4,4%). L’économie devrait ensuite croître de 5,2% en 2021, d’après les récentes perspectives de l’économie mondiale. En raison du regain d’activité attendu et de l’assouplissement anticipé des conditions financières, il y a peu de chances que le PIB mondial continue de se contracter en 2021, même si les aléas influant sur les perspectives restent orientés à la baisse. 
La mise en œuvre de mesures sans précédent pour remédier à la pandémie a permis de rassurer les investisseurs et de maintenir le flux de crédit à l’économie. Pour faire face à des difficultés de trésorerie, certaines entreprises ont accru leurs émissions obligataires, puisé dans les lignes de crédit que leur accordent les banques (en particulier aux Etats-Unis) et bénéficié de prêts garantis par l’Etat. 
Pour tracer la voie qui mènera à la reprise, les dirigeants devront ajuster leurs politiques pour les adapter à l’évolution de la pandémie et tenir compte de la vitesse du regain d’activité, recommande le FMI. 
A mesure que les économies rouvriront, la poursuite d’une politique monétaire accommodante et d’un soutien ciblé à la solvabilité sera essentielle pour favoriser un redressement pérenne de l’activité. Un dispositif efficace de restructuration de la dette sera indispensable pour réduire le surendettement et procéder à la liquidation des entreprises non viables. Les pays à faible revenu rencontrant des difficultés de financement pourront être amenés à solliciter une aide multilatérale. Bien qu’elle entrave les progrès des entreprises en matière de respect de l’environnement, la crise de la Covid-19 offre également l’occasion de jeter les bases d’une transition vers une économie plus verte.  
Une fois la pandémie pleinement maîtrisée, les mesures de soutien à l’économie pourront être progressivement abandonnées. Les nouvelles mesures porteront alors en priorité sur la reconstitution des volants de fonds propres des banques et sur le renforcement de la réglementation des établissements financiers non bancaires. Puis sur la mise en place d’un contrôle prudentiel renforcé pour limiter les prises de risques excessives dans un environnement où les taux d’intérêt seront plus bas, plus longtemps.

Une récession plus forte pour le Maroc

croissance_marocaine_en_berne.jpg
 

Pour ce qui est de la région Moyen-Orient et Asie centrale, il faudrait s’attendre à une contraction de 4,1% en 2020 suivi d’un rebond de 3% en 2021. Le FMI prévoit aussi une croissance en berne pour le Maroc dans ses nouvelles projections. De 2,2% en 2019, le taux devrait régresser de -7% cette année. Si tout va pour le mieux, il faudrait prévoir une remontée de la courbe à 4,9% l’année prochaine.


Corruption à l’étranger: Ce que dit Transparency International 

Un nouveau rapport de Transparency International constate que l'application de la loi contre la corruption à l’étranger est déplorablement faible dans la moitié des pays du G20, dont le Canada. «Exporting Corruption 2020: Assessing Enforcement of the OECD Anti-Bribery Convention», constate que l'application active contre la corruption étrangère a chuté de manière marquée depuis 2018 dans les pays de l'OCDE et parmi d'autres grands exportateurs. Seuls quatre pays sur 47, représentant 16,5% des exportations mondiales, ont activement appliqué la législation contre la corruption à l’étranger, contre sept pays et 27% des exportations mondiales en 2018. Selon le rapport, les plus grands exportateurs mondiaux avec les pires antécédents sont la Chine, le Japon, les Pays-Bas, la Corée du Sud, Hong Kong, le Canada, l'Inde et le Mexique. Les Etats-Unis, le Royaume-Uni, la Suisse et Israël sont les seuls pays évalués qui, selon le rapport, continuent de lutter activement contre la corruption à l’étranger. Les grands exportateurs non membres de l'OCDE, la Chine, Hong Kong et l'Inde n'ont pas ouvert une seule enquête pour corruption étrangère entre 2016 et 2019. Depuis 2018, quatre pays, représentant 12,4% des exportations mondiales, ont enregistré une baisse de performance, tandis que six pays, représentant 6,8% des exportations mondiales, se sont améliorés. 
L'Allemagne, qui est le troisième exportateur mondial (avec 7,6% des exportations mondiales), a mené moins d'enquêtes et fermé moins de dossiers traitant de corruption étrangère. De même, l'Italie, l'un des 10 principaux exportateurs (2,6%), a également diminué, tout comme la Norvège.
A l'inverse, la France et l'Espagne, qui représentent respectivement 3,5% et 2% des exportations mondiales, ont amélioré leur performance. Pour une liste complète des recommandations, lisez le rapport disponible sur le site https://www.transparency.org/en/exporting-corruption. 

Fatim-Zahra TOHRY

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc