×L'Editorialjustice régions Dossiers Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Economie

Le trafic portuaire toujours orienté à la hausse

Par Abdelaziz GHOUIBI | Edition N°:5853 Le 29/09/2020 | Partager
Céréales, charbon, soufre, hydrocarbures, les gros volumes
Sensible contraction de l’activité des conteneurs

Le trafic portuaire reste sur sa lancée. A fin août dernier, les ports gérés par l’ANP (Agence nationale des ports), il s’est soldé par une hausse de 6,8% à  62,6 millions de tonnes. Seulement, les volumes enregistrés aussi bien à l’import qu’à l’export se concentrent, pour l’essentiel, sur les produits stratégiques et l’alimentaire.

trafic-portuaire-053.jpg

La répartition par port place trois enceintes en pole position. Mohammedia, Casablanca et  Jorf Lasfar ont assuré plus de 78% du trafic global. L’explication tient à l’importance des volumes y transitant (Ph. L'Economiste)

Par nature de flux, les achats ont enregistré une hausse de 8,8% avec un volume de 38,9 millions de tonnes. L’augmentation s’explique notamment par les importations des céréales (+51,1%), des aliments de bétail (+22,4%), du charbon (+10,1%), de l’ammoniac (23,3%) et du soufre (+16,2%).

En face, l’export a progressé de 4,5% à 21,7 millions de tonnes. L’amélioration résulte particulièrement du rebond du trafic des engrais (+30,8%). En revanche, l’activité des conteneurs a décroché de 6,3% à 805.735 boîtes. En volume, ce trafic a marqué aussi une baisse 5,4%, à 7,9 millions de tonnes. De même, le cabotage à partir de Tanger Med s’est replié de 4,6%, en particulier sur les ports de Casablanca et Mohammedia. 

La répartition par port place trois enceintes en pole position. Mohammedia, Casablanca et  Jorf Lasfar ont assuré plus de 78% du trafic global. L’explication tient à l’importance des volumes y transitant. En particulier les céréales, les hydrocarbures, les phosphates et dérivés, le soufre ainsi que d’autres produits énergétiques.  A lui seul, le port de Jorf Lasfar s’est accaparé 41% du total du trafic sur les 8 premiers mois, soit 25,7 millions de tonnes. Ceci, grâce au rebond des exportations des engrais (33%), des importations des céréales (48%), du soufre et de l’ammoniac dont les volumes importés ont respectivement augmenté de 26 et de 23%.

Le port de Casablanca arrive en 2e position avec 32,3% du trafic, soit 20,2 millions de tonnes. Par rapport à la même période de 2019, le trafic transitant par ce port marque ainsi une hausse de près de 3%. Elle est induite par l’augmentation des achats des céréales (38%) et des expéditions du phosphate. En revanche, le trafic des conteneurs s’est inscrit en baisse de 6,2% à fin août dernier.

trazfic-portuaire-053.jpg

En glissement annuel sur les 5 dernières années, le trafic aux ports gérés par l’ANP a marqué une progression de 3,7%. Avec la pandémie, il se concentre, pour l’essentiel, sur les produits stratégiques et l’alimentation

Bien que son trafic ait chuté de 13%, le port de Mohammedia tient le 3e rang. Le recul enregistré sur les 8 premiers mois s’explique par la forte baisse des importations du gasoil (-23,8%), précise l’ANP.
De son côté le port d’Agadir a enregistré une forte augmentation de ses échanges.  A l’import, les volumes des céréales ont explosé de 64% alors que les exportations du clinker ont bondi de 44%. Par contre les agrumes et primeurs ont marqué des baisses respectives de 1,8 et de 26%.

De même, le port de Safi a largement bénéficié du trafic des céréales, du charbon et des phosphates. Au total, il a connu un trafic global de 5,7 millions de tonnes, en forte hausse de 31% sur les 8 premiers mois. A elles seules, les exportations des phosphates ont explosé de 75% alors que l’import du charbon a été multiplié par 4 fois sur la même période.

La facture s’allège à l’import

Selon le HCP, l’indice des valeurs unitaires à l’import a régressé de 6,4%  au 2e trimestre par rapport à la même période de 2019. Les plus fortes baisses ont concerné  l’énergie et lubrifiants (-37,7%) et les produits bruts d’origine minérale (-43%). Par contre, les valeurs unitaires de l’alimentaire, des produits finis de consommation et des articles d’équipement industriel ont augmenté dans des proportions variant entre 1,3 et 4,4%.
 De son côté, l’indice  des valeurs unitaires à l’exportation s’est légèrement replié de 2 %. Cette régression s’explique essentiellement par  le recul des  demi-produits de 10,8%, des produits bruts d’origine minérale de 16,1%, et des articles d’équipement agricole de 5,3%. En revanche, des augmentations ont été enregistrées pour les produits finis de consommation (3,1%), pour ceux d’origine animale et végétale (16,7%) et de l’alimentation boissons et tabacs : 1,6%.

A.G

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc