×L'Editorialjustice régions Dossiers Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Insolites

Un Monde Fou

Par L'Economiste | Edition N°:5840 Le 10/09/2020 | Partager

■ Un boss de la mafia sicilienne avale le doigt d’un gardien
Un boss de Cosa Nostra, la mafia sicilienne, a sectionné cet été avec ses dents le petit doigt d’un gardien de prison avant de l’avaler, rapporte le journal de Rome Il Messagero. Giuseppe Fanara, 60 ans, purgeait depuis neuf ans une peine de réclusion à vie dans la prison romaine de Rebibbia, sous le régime spécial de l’article «41 bis» du code pénal italien réservé aux mafieux. Selon les informations du Messagero, le détenu a agressé en juin dernier sept policiers de la prison venus faire un contrôle dans sa cellule. Au cours d’un corps à corps, sur le sol même de sa cellule, il a donné un coup de poing au visage d’un agent puis a mordu le petit doigt de sa main droite. Le doigt n’a pas été retrouvé, ce qui a fait conclure à un procureur de Rome que le malfrat l’avait mangé, ajoute le journal. A la suite de cet acte, le prisonnier se serait jeté sur les six autres collègues de l’agent en se servant d’un manche à balai comme arme. «Je vous trancherai la gorge comme des porcs», aurait hurlé l’homme ensuite transféré dans la prison de haute sécurité de Sassari en Sardaigne. Giuseppe Fanara avait été condamné à la prison à vie lors d’un procès en 2009, conséquence d’un coup de filet contre la mafia en 2006 dans la région de l’Agrigente, en Sicile.  Le procès, qui a conduit à trois condamnations à perpétuité et une peine de 18 ans de réclusion, portait sur l’assassinat de deux frères qui s’étaient rebellés contre les demandes de Cosa Nostra, ainsi que le meurtre de trois hommes suite à des conflits entre clans mafieux, à la fin des années 90.

■ Du cannabis tombe du ciel en Israël
Des centaines de sachets contenant du cannabis sont tombés du ciel cette semaine sur la place centrale de Tel-Aviv, à la grande joie de passants éberlués, qui se sont précipités sur la manne. Un miracle? «Il est temps mes chers frères. Est-ce un oiseau? Est-ce un avion? Non, c’est le drone vert, qui distribue gratuitement du cannabis depuis le ciel», a écrit le groupe «Drone vert» dans un message sibyllin sur l’application Telegram, selon des médias israéliens. Des centaines de petits sachets ont été largués par drone, faisant le bonheur de passants qui se sont empressés de ramasser les paquets de deux grammes de cannabis étalés sur la place Rabin, devant la mairie de Tel-Aviv. Les deux personnes qui étaient aux commandes de l’aéronef sans pilote ont été interpellées par la police. Mais la manne céleste ne devrait pas s’arrêter pour autant, «Drone vert» ayant annoncé que le projet «pluie de cannabis» se poursuivrait chaque semaine dans un endroit différent d’Israël, où au total un kilo de cannabis tomberait du ciel.
Si Israël a donné son feu vert à l’exportation de cannabis médical, la production, la vente, l’achat et l’utilisation de cette drogue douce pour des usages récréatifs restent des infractions.

 

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc