×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Economie

Tourisme: Les professionnels veulent sauver les meubles

Par Badra BERRISSOULE | Edition N°:5839 Le 09/09/2020 | Partager
Et se préparent à la saison d’hiver à partir du 1er novembre
Réinventer le mode de fonctionnement et s’adapter à la pandémie pour redresser le business
marrakech-tourisme-039.jpg
A 50 jours avant la saison touristique d’hiver qui démarre le 1er novembre, des professionnels appellent à un changement de paradigme (Ph. L’Economiste)

Le secteur du tourisme au Maroc n’a plus le choix. A 50 jours de la saison d’hiver qui démarre le 1er novembre, des professionnels appellent à de nouveaux paradigmes pour sauver les meubles en adaptant le secteur aux réalités du virus.

«Nous devons réfléchir à une reprise du secteur tout en vivant avec la pandémie et le virus et surtout redonner de la confiance aux acteurs internationaux qui attendent un signe», estime Fouzi Zemrani, vice- président de la Confédération nationale du tourisme.

Aujourd’hui, de nombreux pays sont en train de combattre le virus tout en gérant la réouverture de l’économie du tourisme, indique de son côté un opérateur de Marrakech. La prochaine saison touristique était d’ailleurs au cœur d’une rencontre à distance organisée le 8 septembre entre les professionnels et le ministère du Tourisme.

Que ce soit au Maroc ou ailleurs, l’économie du tourisme a été durement touchée par la pandémie du coronavirus et par les mesures adoptées pour limiter la propagation du virus (confinement, fermeture des frontières…). Sur le plan sanitaire, la situation au Maroc continue d’évoluer et les restrictions de déplacement et des mesures de confinement vont se poursuivre. Reste à savoir si les pouvoirs publics vont décider de vivre avec la pandémie et ouvrir les frontières.

Les affaires étrangères ont décidé d’un assouplissement d’accès au territoire national au profit des étrangers et des visiteurs professionnels en intégrant  ces deux communautés dans les vols spéciaux programmés depuis le 10 juillet. Même si cette décision ne signifie pas une réouverture des frontières, elle reste malgré tout une bonne nouvelle dans l’absolu et on peut y déceler un potentiel pour le secteur.

A noter que le bilan de la saison estivale était catastrophique. A l’exception de deux régions balnéaires (Nord et Agadir) qui ont pu réaliser des taux de remplissage corrects  durant le mois d’août, les autres destinations ont été à l’abandon. Leurs entreprises touristiques (hôtels, maisons d’hôtes, agences de voyages) sont au bord de la faillite.

A Marrakech par exemple, plus de 300 établissements d’hébergement ont fermé leur porte et ce, depuis le début de la pandémie, espérant les rouvrir en novembre  pour se préparer à la reprise. En attendant, la première mesure du plan de soutien vient enfin d’être activée. Il s’agit particulièrement du soutien au salaire des 550.000 employés du secteur.

En effet, les indemnités de la CNSS pour les mois de juillet et d’août au profit des employés du tourisme en arrêt temporaire de travail dans le secteur de l’industrie touristique seront versées à partir de cette semaine. Cette indemnité forfaitaire de 2.000 DH qui cible les entreprises touristiques ayant enregistré une baisse de chiffre d’affaires d’au moins 25% est  pourtant la première mesure décidée par le contrat-programme.  Qu’en sera-t-il pour les 20 autres mesures promises par le gouvernement?

Badra BERRISSOULE

 

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc