×L'Editorialjustice régions Dossiers Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Economie

Rentrée scolaire: Les syndicats crient au scandale

Par Noureddine EL AISSI | Edition N°:5838 Le 08/09/2020 | Partager
Un million d’élèves contraints de pratiquer l’enseignement à distance
Syndicats et associations de parents d’élèves pointent les tergiversations de la tutelle
Certains, en revanche, préconisent de reporter la rentrée à janvier 2021

Le choc du report de la rentrée scolaire dans la région de Casablanca-Settat, pénalisant 1 million d'élèves, continuait, encore hier en fin de journée, d'alimenter les inquiétudes auprès des parents d'élèves et Syndicats.

rentree-scolaire-038.jpg

Pour Saaïd Amzazi, ministre de l’Education nationale, la fermeture des établissements et leur réouverture va se faire en fonction de la situation de la pandémie dont l’évolution n’est pas homogène à travers le royaume (Ph L'Economiste)

Leurs enfants iront-ils oui ou non à l'école cette année? Pourquoi avoir attendu la veille, à quelques heures de la rentrée pour annoncer une telle nouvelle? Tombées comme un couperet l'avant-veille à 22h, les nouvelles directives ne rassurent pas non plus quant à une éventuelle reprise, qui reste suspendue à l'amélioration de la situation sanitaire.

Le communiqué du ministère de l’Education nationale est clair: «En application des consignes des autorités territoriales et sanitaires, l'enseignement à distance sera appliqué pour les élèves des établissements scolaires publics et privés et des missions étrangères qui se trouvent dans des quartiers fermés ou classés comme foyers épidémiques au niveau national».

Cette mesure va concerner près d’un million d’élèves, à travers le Royaume qui vont faire cette rentrée scolaire à l’enseignement à distance, indique Saaid Amzazi, ministre de l’Education nationale, de la formation professionnelle et de l'enseignement supérieur.

Les établissements scolaires concernés seront fermés pendant 14 jours avec une évaluation chaque semaine. Si la situation épidémique s’améliore et les quartiers ouvrent, on pourra donc décider la réouverture de ces établissements relevant actuellement de près d’une vingtaine de préfectures et provinces, rassure Amzazi.

Face à cette assurance affichée par le ministre, la démarche a cependant suscité des inquiétudes de la part de certaines organisations syndicales et associations des parents d’élèves. «Depuis le lancement de la préparation à cette rentrée scolaire, on assiste à une ambiguïté dans les décisions du ministère», constate Youssef Allakouch, secrétaire général de la Fédération autonome de l'enseignement, affiliée à l’UGTM. Pour ce dernier, beaucoup de travail reste encore à faire pour assurer une rentrée scolaire respectant rigoureusement le protocole sanitaire prévu par les autorités notamment dans les quartiers défavorisés et le monde rural.

En plus du département de tutelle, il faut également la mobilisation d’autres acteurs (collectivités locales, associations, autorités…) pour relever ce défi, selon le responsable syndical. «Cette préparation va nécessiter du temps, raison pour laquelle on a réclamé au ministère le report de la rentrée scolaire, précise-t-il. On a demandé au ministère le report cette rentrée scolaire notamment dans les zones où la situation épidémique est inquiétante», ajoute Noureddine Akkouri, président de la Fédération nationale des associations des parents d'élèves au Maroc.

Même position pour Mohamed Ennahili, coordinateur national de l’Union des parents d’élèves des établissements privés au Maroc. Ce dernier propose une année scolaire qui commence à partir de janvier prochain pour prendre fin le 15 juillet 2021, ce qui va permettre d’avoir une idée sur l’évolution de la pandémie.

Personne ne pouvait prédire cette évolution avec un chiffre alarmant dépassant 2.000 nouveaux cas dimanche dernier, rétorque le ministre de l’Education nationale. Pour ce dernier, il faut s’adapter à la pandémie dont l’évolution reste imprévisible.

8 millions d'autres élèves retournent à l'école

D'un  autre côté, la majorité des élèves, soit près de 8 millions de personnes, vont regagner progressivement leur établissement au cours de cette semaine, précise le ministre.
L’accueil des élèves va se faire en groupes pendant trois jours avec un respect rigoureux du protocole sanitaire imposé par les autorités. «Et on va démarrer, jeudi prochain, les sessions d’évaluation des acquis des élèves ainsi que le programme de remédiation pédagogique pour le mois de septembre», indique-t-il. A ce titre, on rappelle que plus de 75% des parents d’élèves ont opté pour l’enseignement présentiel.

Noureddine EL AISSI

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc