×L'Editorialjustice régions Dossiers Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Régions

Contaminations: Tanger tirée d’affaire?

Par Ali ABJIOU | Edition N°:5830 Le 27/08/2020 | Partager
Le nombre de cas a été divisé par dix en quelques semaines
La ville reclassée dans le groupe orange
Les professionnels du tourisme attendent des mesures d’allègement

La situation épidémiologique à Tanger, lourdement impactée par le Covid-19, s’améliore. Après avoir dépassé la barre des 400 cas confirmés par jour fin juillet, le nombre d’infections a sensiblement baissé pour se placer à une moyenne de 30 à 40 cas quotidiens, avec même un minima à 7 cas, comme lors de la journée du 24 août.

tanger-covid-030.jpg

La pression sur les centres de santé a baissé lors de ces derniers jours avec un nombre de cas actifs qui est passé sous la barre du millier (Ph. Adam)

Ce virage a permis à la ville de sortir du carré de la mort avec un nombre de cas actifs qui s’est placé sous la barre du millier pour la première fois depuis plusieurs semaines, soit 899 lors du décompte journalier du 25 août, selon des chiffres du ministère de la Santé.

L’évolution de la situation se traduit aussi par le passage de Tanger du groupe rouge au groupe orange, selon la classification du ministère de la Santé. Ce groupe rassemble les villes ou préfectures avec un nombre de cas situé entre 20 et 40 pour 100.000 habitants.

Dans le groupe rouge se trouvent des villes comme Casablanca et Marrakech, où le centre d’activité de l’épidémie s’est déplacé depuis le début août. Rien ne permet de le vérifier de manière sûre, mais les mesures de reconfinement de certains quartiers à risque et l’interdiction des déplacements de et vers la ville semblent avoir leur part de responsabilité dans la reprise du contrôle de l’épidémie.

Cette accalmie permettra-t-elle au système sanitaire et hospitalier de se reprendre? Tel est le vœu des habitants de la ville qui gardent en mémoire les files d’attente devant les centres hospitaliers, avec des réactions en chaîne sur la qualité de la prise en charge sur les réseaux sociaux.

Les professionnels du tourisme, pour leur part, se demandent si cette accalmie permettra d’alléger les mesures sanitaires qui ont handicapé la ville et son économie depuis juin dernier. Les restrictions sur les déplacements, sur les horaires d’ouverture des cafés et restaurants seront-elles levées? Et surtout, les plages, seront-elles ouvertes avant la fin de l’été?

De notre correspondant permanent, Ali ABJIOU

 

 

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc