×L'Editorialjustice régions Dossiers Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Economie

Hôtellerie: A peine 39 établissements ouverts

Par Badra BERRISSOULE | Edition N°:5827 Le 24/08/2020 | Partager
Ils tournent avec des taux d’occupation de 10%
Les 400 autres hôtels ont gardé leurs unités fermées
En attendant l’ouverture des frontières pour les touristes

A une semaine de la fin de la saison estivale, Marrakech sort  presque bredouille. Les hôtels qui ont opté pour une ouverture durant la saison sont déçus. En effet, les taux d’occupation ne dépassent pas 15% pour les établissements les plus agressifs sur le plan commercial. Le reste des hôtels ouverts attire moins de touristes, et par conséquent, son taux de remplissage est très faible. 

hotellerie-027.jpg

Même ceux qui ont pris le pari d’ouvrir leurs unités pendant cette crise s’en mordent les doigts. Les taux d’occupation sont tellement faibles (Ph. Trivago)

«C’est mieux que rien», estime un hôtelier de la place. L’industrie hôtelière, qui  fait face à de lourdes charges sociales et qui attend la mise en œuvre du contrat-programme pour le tourisme est en train de rendre les armes. Pourtant, la ministre du tourisme Nadia Fettah Alaoui s’est engagée sur les prochaines semaines sur des décisions qui permettront aux entreprises touristiques d’abord de se maintenir avant de rebondir.

Dans un entretien accordé en exclusivité à L'Economiste, Nadia Fettah Alaoui a insisté sur  la priorité de préserver l’emploi (au moins 80% des effectifs comparativement à février 2020) et de soulager la trésorerie des entreprises. «Les mesures à même de permettre l’atteinte de ces deux objectifs seront opérationnelles dès cette semaine», a précisé la ministre (voir L’Economiste n° 5821 du 11 août 2020)

Une semaine plus tard, les professionnels n’ont rien vu venir, d’autant plus que les mesures d’aides nécessitent des conventions spécifiques, y compris pour le maintien des 2.000 DH d’aide aux employés du secteur.

Pour un professionnel de Marrakech, chaque jour de retard pousse le secteur vers le mur et instaure un climat de suspicion dans les milieux hôteliers. A Marrakech, à peine 39 hôtels ont rouvert leurs unités sur un total de 450 dans la ville ocre. Parmi eux, les hôtels Kenzi, le Radissson, Rotana Golf, le Sofitel…, et leurs taux d’occupation ne dépassent pas les 10%. De leur côté, les grands palaces comme le Royal Mansour, le Four Season, la Mamounia (qui est en travaux) ont gardé leurs locaux fermés.

Normal, leur clientèle est internationale et tant que les frontières aériennes sont fermées, les managers ont décidé de maintenir leurs unités closes. Il en est de même pour les maisons d’hôtes qui se comptent par milliers dans la médina de Marrakech  et qui n’ont pas ouvert leurs portes - à quelques exceptions - et ce, pour une double raison. D’abord, le manque de clients, et puis,  certaines maisons se trouvent au sein des quartiers fermés à cause de la propagation du virus.

Badra BERRISSOULE

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc