×L'Editorialjustice régions Dossiers Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Régions

L’Oriental reclasse ses priorités

Par Ali KHARROUBI | Edition N°:5823 Le 13/08/2020 | Partager
« Chaque dirham doit être placé là où il faut avec efficience et créativité », indique Abdenbi Bioui, président du conseil régional
Nouvelles approches en matière d’investissement et gestion des ressources
L’Oriental, parmi les 4 régions offrant le plus d’encouragements aux investisseurs
abdenbi-bioui-023.jpg

Un équilibre régional est indispensable pour propulser des dynamiques positives et renforcer les échanges régionaux. «Dans ce cadre, le post-Covid représente une opportunité», explique Abdenbi Bioui, président du Conseil régional de l’Oriental (Ph. A.K)

- L’Economiste: Les recettes des collectivités territoriales seront revues à la baisse à cause de la pandémie. Comment le Conseil régional de l’Oriental compte-t-il résoudre la problématique des restrictions financières face à des attentes qui se multiplient?

- Abdenbi Bioui: On ne peut pas lutter contre l’évidence. La baisse des recettes communales s’explique par la baisse des impôts sur les sociétés et les revenus qui sont les principales ressources budgétaires des communes. Avec les restrictions actuelles, l’Etat n’a pas assez de recettes et les Conseils régionaux doivent en subir les conséquences et interagir positivement. Ce qui nécessite de nouvelles approches en matière d’investissement et de gestion de ressources humaines et naturelles. Chaque dirham doit être placé là où il faut avec plus d’efficience et de créativité. Les conseils régionaux ne sont pas habitués à gérer des pandémies généralisées. Toutefois, certaines d’entre elles ont l’habitude de régir des millions de DH et pas des milliards de DH. Ce qui les pousse à rentabiliser au maximum leurs budgets et reclasser leurs priorités via des ajustements appropriés. En parallèle, il est temps d’instaurer un réel équilibre régional pour éviter les différents types d’exode et assurer une relance économique équitable pour les douze régions du Royaume. La solidarité régionale, tant impulsée par le souverain, oblige les élus de différents conseils à intégrer la dimension solidarité nationale dans leurs programmes de développement régionaux.

- Quelle place pour la dimension humaine dans vos programmes de relance?
- Il est tout à fait normal de placer l’homme avec un grand «H» au centre des préoccupations: Penser en termes d’emplois créés, de familles prémunies contre le problème d’argent et de secteurs d’activité sauvés et propulsés. Ce qui explique pourquoi au niveau de l’Oriental, par exemple, nous allons axer le plan de développement régional autour de deux priorités: le désenclavement du monde rural et l’encouragement de l’investissement en adéquation avec le nombre d’emplois créés. Il s’agit de préserver les secteurs rentables, éviter les projets sans impact direct sur la population, renforcer la cohésion régionale en encourageant la création de petites et moyennes unités productives. Cela passe par la facilitation des procédures administratives. C’est également la nouvelle approche des CRI qui opèrent depuis quelques temps via une plateforme dédiée et transparente.

- Comment opérationnaliser ces plans avec un déficit de ressources?  
- Toutes les politiques sectorielles sont des leviers de croissance et des opportunités d’attractivité. Le CRO a élaboré un plan de développement régional pour que chaque dirham investi en apporte cinq ou plus. De même, nous allons opérer un virage important avec l’installation d’unités industrielles locomotives en mesure d’assurer des milliers d’emplois et de jouer le rôle d’impulseur pour les secteurs parallèles. Deux grandes firmes viennent de choisir l’Oriental pour lancer leurs activités. Il est anormal que l’Oriental, avec ses énormes atouts, soit toujours en retard dans le domaine industriel. Un équilibre régional est indispensable pour enclencher des dynamiques positives et renforcer les échanges régionaux. Certes l’ouverture sur le monde est indispensable ; mais avec douze régions à potentiel égal en matière de complémentarité économique, notre pays réussira le tournant post-covid-19. 

- Il ne suffit pas de demander mais également de proposer des packages attractifs. Qu’en est-il de vos offres adaptées au post-Covid?
- Géographiquement la région est bien positionnée avec de multiples ressources naturelles et un capital humain de qualité et stable. S’y ajoute une infrastructure et un réseau routier de qualité avec connectivité à l’international. L’avènement du futur port Nador West Med renforcera davantage l’attractivité de l’Oriental. En parallèle, le Conseil régional de l’Oriental (CRO) a préparé une offre territoriale attractive en matière d’acquisition du foncier, aide à l’investissement, encouragements à la création d’emplois, formations ciblées pour les nouvelles et anciennes filières, un cadre de vie de plus en plus attachant. L’Oriental vient d’être choisi, parmi quatre régions, comme celle qui offre le plus de facilités et d’encouragements aux investisseurs. Les premières grandes entreprises qui choisiront l’Oriental auront tout à gagner.

Propos recueillis par Ali KHARROUBI

                                                                        

Les 12 travaux de la région

oriental-travexu-023.jpg

(Ph. Pexel)

En plus de l’encouragement à l’investissement et la mise à niveau des infrastructures de base, le CRO a débloqué 120 millions de DH pour la construction prochaine de 5 hôpitaux provinciaux et le grand hôpital à Oujda en remplacement à l’hôpital Al Farabi. Il cible aussi le secteur informel avec des incitations fiscales progressives et la réalisation de locaux commerciaux au niveau des communes rurales. Une approche adaptée pour sédentariser les jeunes en quête d’emploi et freiner l’exode rural.
Le CRO contribue également au désenclavement du monde rural avec la création d’un parc régional des engins d’intervention (112 au total dont des bulldozers, pelle hydraulique à chenilles, niveleuses, compacteurs, porte engins…). Plus de 2.730 km de pistes ont été réalisés à fin juin 2020 avec une moyenne de 34 km pour les 124 communes de la région.

 

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc