×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Insolites

Un Monde Fou

Par L'Economiste | Edition N°:5821 Le 11/08/2020 | Partager

■ Une bière portant un nom signifiant «poils pubiens»
Une brasserie de la province canadienne d’Alberta a présenté des excuses pour avoir baptisé une de ses bières d’un nom Maori voulant dire «poils pubiens» et non «plume» comme elle le croyait, selon la chaîne CBC. La brasserie albertaine Hells’s Basement (le sous-sol de l’enfer) a mis en vente il y a deux ans une bière appelée «Huruhuru - The Feather» (Huruhuru - la plume), brassée avec des houblons de Nouvelle Zélande, censés lui donner de la légèreté et un petit goût d’agrumes idéal pour l’été, selon ses concepteurs. Mais au début de la semaine, Te Hamua Nikora, un Maori, a expliqué sur Facebook que dans la langue utilisée par les Maoris, la population autochtone de Nouvelle Zélande, le mot Huruhuru ne voulait pas dire plume mais plutôt poils pubiens, soulignant qu’il aurait été «prudent et respectueux» de consulter un expert du Te Reo Maori, la langue des Maoris. Le patron de la brasserie Mike Patriquin a indiqué dans un message à la CBC qu’il n’avait pas l’intention «de s’approprier ou d’offenser la culture ou le peuple maoris» et qu’il présentait des «excuses à tous ceux qui ont pu se sentir offensés». «Nous reconnaissons que nous n’avons pas envisagé que Huruhuru pouvait être compris comme une référence à des poils pubiens dans la langue commune et que la consultation d’un représentant maori aurait été une meilleure référence que celle de dictionnaires en ligne», a-t-il ajouté. M. Patriquin a aussi indiqué avoir l’intention de rebaptiser sa bière. M. Nikora avait aussi pris à partie sur Facebook une maroquinerie ouverte récemment à Wellington, également baptisée Huruhuru.

■ 158 passagers d’un avion en quarantaine pour une minute de retard!
Les 158 passagers d’un vol entre Nice (sud de la France) et Oslo de la compagnie scandinave SAS vont devoir observer une quarantaine de dix jours, leur avion s’étant posé à la minute même où la Norvège basculait la France en «zone rouge», a annoncé samedi un ministère norvégien. Selon les pointages de l’aéroport d’Oslo et de SAS, le vol SK4700 s’est posé à minuit pile. Selon le site spécialisé, FlightRadar24, le Boeing 737 de SAS a posé ses roues sur le tarmac d’Oslo à minuit une (22H01 GMT), avec neuf minutes d’avance sur l’horaire. «Le passage en zone rouge était à partir de minuit inclus, donc minuit pile ou minuit une, ils doivent faire une quarantaine», a expliqué à l’AFP Elisabeth Johansen, une conseillère du ministère norvégien de la Santé. Les passagers pourront faire leur quarantaine chez eux et ne doivent pas rester dans des hôtels à l’aéroport, a-t-elle précisé. Les autorités ont mis plusieurs heures avant de trancher. Selon le quotidien norvégien Dagbladet, les passagers avaient applaudi lorsque le pilote leur a annoncé qu’il s’était posé à minuit. La Norvège avait annoncé jeudi qu’elle repassait en «zone rouge» la France, ainsi que la Suisse, Monaco et la République Tchèque. Du fait d’une résurgence du Covid-19, les quatre pays ont franchi à nouveau le seuil de 20 nouveaux cas par 100.000 habitants au cours des 14 derniers jours, niveau que s’est fixé Oslo pour instaurer des quarantaines. Si elle reste à des niveaux faibles, la Norvège fait également face à une remontée des cas, avec un taux d’incidence de 7 nouveaux cas pour 100.000 ces deux dernières semaines, soit un triplement, selon les données de l’OMS Europe.

 

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc