×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Société

Protection sociale : Le méga chantier de la généralisation

Par Ahlam NAZIH | Edition N°:5815 Le 03/08/2020 | Partager
Moins de la moitié des Marocains dispose d’une couverture médicale
Seul 1 actif occupé sur 5 bénéficie d’une retraite
Qualité des prestations, l’autre grand défi
travailleurs_de_lindustrie.jpg

Parmi les actifs occupés, à peine 42,7% disposent d’une couverture médicale. Les travailleurs du secteur de l’industrie enregistrent le plus fort taux (54,8%) suivis de ceux des services (51,9%)

En annonçant, le 29 juillet dernier, la généralisation de la couverture sociale à tous sur les cinq prochaines années, le Roi répond à une attente forte des Marocains. En décembre 2019, près de 35% avaient suggéré «un appui social public aux pauvres et la généralisation de la couverture sociale» pour lutter contre les inégalités, selon une enquête du HCP. C’était leur deuxième grande recommandation après l’amélioration de la qualité de l’emploi et la valorisation des salaires et allocations de chômage (près de 55%).
Aucun modèle de développement ne pourrait marcher sans un investissement fort en capital humain. Cela passe évidemment par un système d’éducation et de formation performant, mais également par des services de santé et de protection sociale efficients. Le projet royal vise la généralisation de l’AMO et des allocations familiales en premier, avant de passer à celle de la retraite et de l’indemnité pour perte d’emploi. Le chantier est titanesque.

En termes de couverture médicale, moins de la moitié des Marocains en bénéficie, soit 46,6%, selon le HCP (2018). Cette part est de 56,7% parmi les personnes âgées de 60 ans et plus, et de seulement 37,1% parmi les jeunes de 15 à 29 ans. Pour la retraite, les chiffres sont encore plus préoccupants. Seul un actif occupé sur cinq (20,9%) est couvert par un système de retraite (33% des citadins et uniquement 6% des ruraux). Les salariés sont les mieux lotis (39,5%), suivis des employeurs (22,2%) et des indépendants (2,4%). Au niveau de l’indemnité pour perte d’emploi, l’effectif des bénéficiaires tourne autour de 1% de la population au chômage, selon le Conseil économique, social et environnemental (CESE). 
Au-delà du défi de la généralisation, reste celui de la qualité des prestations. Plus de la moitié des Marocains juge la qualité de la couverture médicale comme faible ou très faible. 60% pensent pareil de la qualité des systèmes de retraite. 
Eclatement entre plusieurs organes, manque d’efficacité, faible taux de couverture, le Souverain a bien résumé les maux de la protection sociale au Maroc. Toutefois, avec ce nouveau coup de pouce Royal, l’espoir d’une réforme profonde et complète est à nouveau permis.

Ahlam NAZIH 

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc