×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste

Economie

Covid-19: Pourquoi la mobilité inquiète

Par Youness SAAD ALAMI | Edition N°:5811 Le 24/07/2020 | Partager
Le virus va circuler librement entre les villes pendant l’Aïd
Les autorités veulent limiter les déplacements pour briser sa propagation
Attention, ne surtout pas s’ap­procher de personnes ne portant pas de masques

A l’approche de l’Aïd Al Adha, les autorités craignent une recrudes­cence incontrôlée des contaminations. «Vigilance et prudence sont de mise. Les scientifiques nous conseillent surtout le respect des mesures bar­rières (port obligatoire du masque, distanciation et lavage régulier des mains) pour briser la propagation du virus», indique Essaïd Zniber, wali de la région.

Un avis que partage et recommande les docteurs Nabil Kan­jaa, chef du service Réanimation au CHU Hassan II, et Allal Amraoui, qui insistent tous deux sur le fait que «la seule protection existante aujourd’hui contre le virus se limite au respect des mesures sanitaires édictées».

«En plus des mesures d’hygiène habituelle, des précautions sanitaires devront être prises par les consommateurs lors de l’achat, l’entretien et l’abattage de l’animal», renchérit Amraoui. Selon lui, «les mesures de prévention de­vront être respectées par les éleveurs, consommateurs et bouchers et des mesures supplémentaires doivent être mises en place au niveau des souks pour éviter la propagation du virus».

En ce sens, outre le port du masque et l’utilisation fréquente du gel hydro alcoolique, il est vivement conseillé d’éviter le soufflage de l’animal par la bouche, et prendre toutes les précau­tions pour que les viandes ne soient pas souillées par la peau. Les bouchers seront ainsi dépistés et dotés de maté­riel susceptible de garantir le respect des mesures sanitaires en vigueur. Ils se verront accorder des autorisations pour pouvoir effectuer les opérations de sacrifice. «Ne vous approchez pas des gens (NDLR ; bouchers, restau­rateurs, commerçants) qui ne portent pas de masque», appelle le wali.

Toujours est-il, le taux de positi­vité n’a pas encore dépassé 2% sur l’ensemble du territoire national. Il implique qu’on puisse le calculer sur une population nouvellement testée positive. Pour Amraoui, «ce chiffre est à prendre avec précaution. Il devra être ramené à 0,5%. Ce qui nous per­mettra de limiter le dépistage aux cas qui présentent des symptômes comme au début de l’épidémie». Si en mars et avril, il atteignait les 20% dans cer­taines régions en Europe, au Maroc, la situation était beaucoup plus clé­mente. Mais, depuis une dizaine de jours, le taux de reproduction du virus est en hausse.

«Notre salut est entre nos mains, dans notre capacité de res­ponsabilité individuelle à avoir des gestes barrières altruistes. La bataille contre le corona sera surtout de notre responsabilité, tout un chacun doit assumer ses responsabilités. Nous de­vons apprendre à vivre ensemble avec des mesures de distanciation, nous de­vrons nous y habituer», s’accordent à dire scientifiques et autorités.

Protocole de traitement

En l’absence de traitement miracle, le Maroc reste fidèle au protocole hydroxychloroquine et azithromycine. Toutefois, il est temps de communiquer sur les résultats avec des études rando­misées. Il y va de la crédibilité des actions entamées par la Santé. En outre, l’immunité collective passera certainement par le futur vaccin. En ce sens, les scientifiques aspirent tous à avoir un vaccin le plus tôt possible. Et c’est la bataille des gros laboratoires qui doivent d’abord tester ces vaccins, s’assurer de leur innocuité, avant de lan­cer une vaccination à l’échelle planétaire. Notons qu’actuellement 23 projets de vaccin sont en cours dont 5 sont déjà en phase 3.

Youness SAAD ALAMI

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc