×L'Editorialjustice régions Dossiers Société Culture Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Courrier des Lecteurs

Driss Benhima livre ses solutions contre la crise

Par L'Economiste | Edition N°:5810 Le 23/07/2020 | Partager
benhiam-crise-010.jpg

Driss Benhima, ancien dirigeant de la RAM et grand commis de l’Etat, a livré une analyse complète et pertinente du contexte de crise que traverse actuellement le Maroc. Insistant notamment sur les stratégies et les process à mettre en place par les entreprises pour surmonter cette période délicate, ses réflexions ont fait réagir plusieurs de nos lecteurs… (cf. notre édition du 17/ 07 /2020)

■ Activer la transformation digitale? Une priorité!
Les propositions de l’ancien PDG de la RAM étaient particulièrement intéressantes et invitent à réfléchir. Notamment son intervention sur la typologie renvoyant à la transformation digitale. Celle-ci évolue et s’accélère sensiblement depuis plusieurs années sur le marché marocain. Néanmoins, les chefs d’entreprise ne doivent pas attendre le changement bras croisés mais doivent bel et bien contribuer à sa mise en place. D’autant plus que, à l’image de la 5G, il y a beaucoup de bénéfices à en tirer. Autre sujet abordé avec brio et non des moindres, le développement de l’économie des services. Un secteur qui ne doit pas remplacer l’économie industrielle, mais plus précisément la compléter. C’est à travers la synergie de ces deux secteurs que se construira l’avenir.
A.O.

■ Trop d’ouvriers au détriment de la robotique!
Merci beaucoup Mr Benhima pour votre analyse qui a pu mettre en exergue les points faibles de l’économie marocaine. Parmi ces derniers notamment, une production souvent inutile de nos secteurs. Par exemple, le pays importe du concentré de tomate alors qu’il en produit en importante quantité! Illogique… Autre faiblesse de notre économie, l’emploi d’un trop grand nombre d’ouvriers alors que partout ailleurs la robotique et l’automatisme se développent à vitesse grand V pour une efficacité accrue. A titre de comparaison, une conserverie espagnole produit 42 tonnes de sardines congelées en 8 heures par jour tandis qu’une structure marocaine équivalente nécessite 6 heures de plus de travail en employant pourtant plus d’employés pour y parvenir! Bref, nous allons droit vers une catastrophe industrielle et commerciale. Il faut vite se bouger pour sauver le pays, en prenant exemple sur des pays qui ont su prendre ce nouveau tournant avec succès comme la Turquie ou encore l’Angola.
S.L.

                                                                                         

Tourisme à Béni Mellal: La Suisse donne un coup de pouce

tourisme-a-beni-mellal-010.jpg

L’accord tout récemment signé entre la Suisse et le Maroc pour développer le tourisme dans la région de Béni Mellal-Khénifra était pour le moins inattendu. Au programme de cette convention notamment, de nouvelles formations, des métiers adaptés au contexte post Covid ainsi que l’amélioration sensible de la gestion des gîtes concernés. Une initiative qui a fait réagir en bien ou en mal bon nombre de nos lecteurs… (cf. notre édition du 15/ 07 /2020)

■ Une belle région qui mériterait d’être plus valorisée
Béni Mellal-Khénifra est une région regorgeant de sites naturels exceptionnels tels que des reliefs montagneux ou encore des plaines à perte de vue. Sans oublier sa population des plus accueillantes! Ce projet a donc toutes ses chances de fonctionner. D’autant plus que les lieux comprennent déjà un grand nombre de gîtes, d’auberges et de pistes praticables.
 N.B.
■ Du sang neuf pour changer des destinations habituelles
C’est une excellente nouvelle! Marre des destinations habituelles comme Agadir et Marrakech. Ce projet est l’occasion pour bon nombre d’entre nous de découvrir de magnifiques nouvelles régions à un tarif low cost.
M.M.
■ Un manque flagrant d’infrastructures
La région ne dispose à ma connaissance d'aucune infrastructure pour réussir un tel développement touristique. Même si le site regorge de magnifiques paysages, leur accessibilité est plus que douteuse et le nombre de routes demeure largement insuffisant.
M.P.

                                                                                         

Et d’autres réactions

■ Développement: Les leviers essentiels à activer
En matière de développement, le Maroc devrait s’inspirer de ce qui se fait ailleurs et en particulier dans les pays d’Asie de l’Est. Des régions qui occupent aujourd’hui le premier rang à l’échelle mondiale grâce à leur grande avancée technologique et à leur réel investissement dans le capital humain. Pour y parvenir, ces pays ont tout d’abord pris soin de leurs citoyens, leur fournissant les moyens de vivre décemment et durablement. Autre levier activé, un système éducatif adapté au marché de l’emploi et à la conjoncture économique. Sans oublier non plus une formation permettant de former des travailleurs compétents, dynamiques et honnêtes ainsi qu’un système de santé solide répondant à la demande de chaque citoyen. Ainsi, si l’un d’entre eux tombe malade, ce dernier doit être rapidement soigné, aussi bien dans une structure publique que privée! Et ce n’est pas tout. Un développement réussi nécessite aussi une politique de rémunération répondant aux besoins du quotidien. Cela signifie que tout employé doit recevoir un salaire suffisamment élevé pour qu’il puisse se loger, se nourrir et s’habiller dignement. Enfin, le volet de la justice est également essentiel pour garantir l’égalité des citoyens via le respect de droits et d’obligations clairs et précis.
B.B.

■ Gestion urbaine de Casablanca: Des failles à la pelle!    
La gestion urbaine de la ville de Casablanca est plus que déplorable… Pour quelle raison garde-t-on les toilettes de la corniche fermées depuis près de 2 ans ? Les habitants de la ville blanche ne méritent-ils pas des sanitaires publics neufs et propres? D’autre part, pourquoi ne met-on pas en service les nouveaux feux pour piéton? Ces mêmes citoyens ne méritent-ils pas le strict minimum en matière de sécurité? De plus, comme si cela ne suffisait pas, un rond-point circulaire particulièrement utile qui permettait un accès direct au parc de Sindibad a été supprimé. Résultat? Les conducteurs sont obligés de longer la côte jusqu’au mall et de revenir en parcourant la même distance. Tout porte à croire que nos urbanistes aiment réellement nous compliquer la vie!   
M.S.

■ Faisons bien, faisons court!
Notre chef de gouvernement a récemment interdit aux autres ministres ainsi qu’aux fonctionnaires de partir en vacances à l’étranger cet été. Je ferais semblant de ne pas être choqué par la piètre qualité de la stratégie politique du PJD et de son chef… Par ailleurs, comme beaucoup de Marocains, j’aimerais bien savoir confinés quelques-uns de nos ministres au cours des prochains mois.     
Faouzi B.M. Amuseur bénévole

■ Crise du Covid: Pas le moment pour des vacances!
Après trois mois de confinement total et un futur incertain, est-ce le bon moment de prendre congé de ses activités professionnelles? A cette question qui mérite d’être posée, il demeure important de préciser que le virus est toujours présent au Maroc et que ses évolutions et retombées dans les prochains mois restent jusqu’à ce jour inconnues… Il faudrait donc maintenir la cadence. Financièrement parlant, tout le monde a été affecté par cette hibernation. Il est donc grand temps de renflouer les caisses!
K. K.

 

 

 

 

 

 

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc