×L'Editorialjustice régions Dossiers Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Régions

Fès-Meknès: Le CVE présente les grandes lignes de la relance

Par Youness SAAD ALAMI | Edition N°:5810 Le 23/07/2020 | Partager
Une démarche participative prônée par le CRI
Opérateurs, artisans, agriculteurs… associés à la reprise
150 propositions et recommandations pour le redécollage

Le Comité de veille économique régional (CVER) de Fès-Meknès vient de se réunir pour la deuxième fois depuis son installation. La rencontre, présidée par le wali Essaid Zniber et le président de la région Mohand Laenser, s’est focalisée sur  «la restitution des travaux des commissions de l’artisanat, le tourisme, l’agriculture,  l’industrie et le commerce, ainsi que le climat des affaires».

cve-fes-meknes-010.jpg

Pour le wali Essaid Zniber, «le processus de relance s’appuie sur l’implication et la participation de tous les acteurs». Le CVER a ainsi associé l’ensemble des opérateurs (CRT, CGEM, CCIS…) pour établir une feuille de route concertée (Ph. YSA)

Présentée par Yassine Tazi, directeur du CRI, l’étude d’impact du Covid-19 sur les secteurs porteurs de la région n’a rien laissé au hasard. A titre d’exemple, pour l’artisanat, Tazi a évalué l’impact général de la crise, pendant et après le confinement. Les effets sur la production et sur les emplois ont été également évalués.

En ce sens, l’on a souligné l’arrêt complet des activités artisanales et la fermeture des espaces de production et de commercialisation pour la majorité́ des acteurs (mono artisans, coopératives, TPE & PME), impactant plus de 78.000 artisans d’art et de production y compris 36.000 artisans au niveau de l’ancienne médina de Fès.

L’arrêt des contrats de travail des salariés de manière temporaire au niveau des PME artisanales, la suspension des importations de matière première et d’exportation de produits finis, et l’impact négatif sur la commercialisation dû à l’annulation des évènements d’exposition et des foires locales, nationales et internationales de l’artisanat, ne sont pas en reste.

Pour relancer la machine, les artisans ont proposé 32 mesures. Celles-ci préconisent notamment d’accélérer la mise en œuvre des projets du secteur de l’artisanat validés dans le cadre du plan de développement régional (PDR) de la région Fès-Meknès.
Encourager les coopératives opérant dans le domaine de l’artisanat à s’inscrire sur la plateforme de commerce électronique créée par l’ADS et déployer des plateformes dédiées à l’octroi de crédits d’honneur au niveau de la ville de Fès «Fès Initiatives» et la ville de Taounate «Taounate Initiatives» en coordination avec les services de l’ADS, font partie des propositions.

«A noter que les artisans sont demandeurs de petits crédits de 5.000 à 10.000 DH pour redémarrer leurs activités…toutefois, les banques leur exigent des garanties sachant que la majorité d’entre eux opèrent dans l’informel», déplore Abdessalam Bouteyyine, président de la Chambre d’artisanat.  

S’agissant du tourisme, les 45 recommandations de la relance portent sur les volets social, fiscal, et financier. Ainsi, il a été demandé de dédier une partie du fonds Covid-19 à l’aide des guides touristiques, outre accorder une subvention forfaitaire pour la maintenance, l’entretien et la réparation des établissements situés dans les médinas.

En matière de fiscalité, les professionnels ont recommandé une recalculation de certaines taxes et la suppression, la réduction et le report d’autres. Pour ce qui est du financement, les opérateurs du tourisme proposent de mettre au profit des ménages un «crédit vacances» à un taux préférentiel, une subvention «chèque voyage» pour les collaborateurs des entreprises, ou encore accorder un crédit bancaire d’investissement au taux préférentiel de 1,7% supérieur à 2 millions de DH.

Une ligne de crédit bancaire pour les guides au taux préférentiel de 1,7%, un report des échéances bancaires jusqu’à décembre 2020 avec intérêts de suspension sur la base du taux directeur et non au taux de souscription initial du crédit, et un financement de la trésorerie (Damane Oxygène) au taux de 1,75% (à l’instar du secteur agricole) à hauteur maximum de 30% du chiffre d’affaires 2019, avec possibilité de remboursement jusqu’à 5 ans, sont vivement recommandés.

En somme, les 150 recommandations formulées par les acteurs régionaux dans le cadre des ateliers du CVER ont permis d’établir un diagnostic exhaustif de l’impact économique de la crise Covid-19. Les recommandations et propositions issues d’une démarche participative serviront de base pour amorcer une véritable relance économique dès le mois d’août.

L’expertise du CRI

«C’est un premier livrable excellent qui n’a rien à envier aux études de consulting réalisées par un grand cabinet d’expert». C’est dans ces termes que des opérateurs économiques de la région Fès-Meknès ont qualifié le premier jet de l’étude de relance économique présentée par le nouveau directeur du CRI, Yassine Tazi. «Nous avons la chance d’avoir un responsable de ce calibre au niveau de notre région», a rétorqué le wali Essaid Zniber. Et d’ajouter: «le processus de relance s’appuie sur l’implication et la participation de tous les acteurs». À ce titre, le directeur du CRI a chapeauté plusieurs ateliers thématiques (industrie, tourisme, artisanat, agriculture, commerce...etc), en vue de préparer une feuille de route pour chaque secteur.

De notre correspondant permanent, Youness SAAD ALAMI

 

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc