×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste

International

Blé: Rendements élevés, prix compétitifs…

Par Fatim-Zahra TOHRY | Edition N°:5807 Le 20/07/2020 | Partager
Une production mondiale orientée à la hausse
Les principaux producteurs sont l’UE, la Chine et l’Inde

Première source de protéines végétales et de calories à l’échelle mondiale, le blé entre également dans la composition de nombreux produits alimentaires tels que le pain, les pâtes, les pâtisseries, les nouilles, la semoule, le boulgour et le couscous. C’est aussi la culture vivrière qui couvre la plus grande surface cultivée au niveau mondial (quelque 14%) et qui représente la part la plus élevée des échanges de produits alimentaires dans le monde.

Toutefois, ses rendements étant nettement plus faibles que ceux du maïs, la production de blé se situe à la deuxième place après cette céréale (752 millions de tonnes (Mt) pendant la période de référence). Les principaux producteurs sont l’UE, la Chine et l’Inde.

Le rapport commun, «Perspectives agricoles de l’OCDE et de la FAO 2020‑2029» revient à travers un grand chapitre sur la situation des marchés et présente les projections à moyen terme relatives aux marchés mondiaux des céréales.

ble-07.jpg

La production mondiale de blé devrait atteindre environ 839 millions de tonnes à l’horizon 2029, avec un rythme de croissance plus modéré que lors de la décennie précédente (Ph. AFP)

■ L’UE championne
Dans le monde développé, c’est dans l’Union européenne que la hausse de cette production devrait être la plus forte, avec des rendements élevés, des prix compétitifs et des céréales de qualité. La production de blé devrait s’accroître de 50 Mt à l’horizon 2029 dans les pays développés et de 36 Mt dans les pays en développement. Ce qui représente une augmentation minime de la contribution de ces pays à la production mondiale. L’Inde, troisième producteur mondial de blé, devrait accroître sa production, en grande partie grâce à sa politique du prix de soutien minimum, qui garantit aux agriculteurs un revenu stable. Dans la Russie et en Ukraine, l’accroissement de la production s’explique par l’utilisation de semences hybrides et d’engrais produits domestiquement, les faibles coûts de l’énergie, l’existence de grandes exploitations commerciales et la qualité des sols.

■ Hausse du ratio stocks/consommation
La consommation de blé devrait croître surtout dans les cinq pays/régions les plus demandeurs (Chine, Etats-Unis, Russie, Inde et Union européenne), qui représenteront conjointement 55% de la consommation mondiale de cette céréale. La consommation humaine de blé, qui devrait rester stable aux alentours des deux tiers de la consommation totale, devrait atteindre 60% de l’augmentation totale de la demande, alors que la consommation par habitant ne bougera pas à l’échelle mondiale. En raison du ralentissement de la production animale mondiale et de la plus grande compétitivité des aliments pour animaux à base de maïs, la consommation animale de blé devrait s’accroître plus modestement que lors de la précédente décennie. La production mondiale de blé étant globalement plus élevée que sa consommation pendant toute la période de projection, le ratio stocks/consommation à l’échelle mondiale devrait atteindre 37% en 2029, soit une progression de 3,5 points de pourcentage par rapport à la période de référence.

■ Les échanges devraient s’accroître
Le blé étant la céréale la plus commercialisée dans le monde, ses échanges devraient s’accroître au cours de la période de projection environ autant que lors de la précédente décennie. Cette hausse s’explique à la fois par l’évolution des rendements et les changements de politiques. L’Egypte, qui est le plus gros importateur de blé au monde, a récemment déclaré une préférence pour le blé de la mer Noire à teneur en protéines plus faible, soutenant la croissance future des exportations de cette région. Au cours de la précédente décennie, l’offre des principaux pays producteurs de blé de cette région (la Russie, le Kazakhstan et l’Ukraine) avait été irrégulière, principalement à cause des fluctuations des rendements. Ce qui s’était traduit par l’irrégularité des exportations également. La production s’est toutefois accrue plus vite que la consommation en moyenne, en raison de l’adoption de variétés de semences améliorées. Par voie de conséquence, une hausse de la production est attendue dans ces pays. Ce qui entraînera une augmentation de leurs parts dans les exportations mondiales de blé.

Proximité géographique

La Russie a supplanté l’UE au premier rang des exportations en 2016, à la faveur de la compétitivité de ses prix et de sa proximité géographique avec les principaux pays importateurs du Moyen-Orient et d’Afrique du Nord. Elle devrait se maintenir à la première place d’ici à 2029 – avec une part d’environ 20% dans les exportations mondiales de blé. La part des exportations de l’UE augmentera légèrement en raison de la compétitivité des prix de l’Union, de la qualité de ses céréales et de sa proximité avec ses principaux marchés en Afrique et en Asie. Les importations de blé devraient se répartir entre un plus grand nombre de pays, les cinq premiers (Egypte, Indonésie, Algérie, Brésil et Philippines) représentant une part cumulée d’environ 26% à l’horizon 2029. A noter que le Maroc n’a atteint que 30% de son objectif de production de blé tendre collectée depuis le 15 mai dernier (cf. notre édition N° 5780 du 11/06/2020). C’est l’équivalent de 1,3 million de quintaux, selon le ministère de l’Agriculture. Ceci étant, il assure que l’approvisionnement du marché en céréales et légumineuses est largement assuré grâce aux différentes mesures prises avant de confirmer que les niveaux de stock enregistrés à fin mai 2020 permettent de couvrir 5 mois des besoins nationaux pour le blé tendre et jusqu’à 4 mois pour le blé.

Fatim-Zahra TOHRY

 

 

 

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc