×L'Editorialjustice régions Dossiers Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Economie

Les agences de voyages sur le qui-vive

Par Jean Modeste KOUAME | Edition N°:5804 Le 15/07/2020 | Partager
Accès au système de réservation, aide de l’Etat, contrat- programme…
Près de 11.000 emplois menacés

Les agences de voyages sont sur le qui-vive depuis l’annonce d’une série de mesures par l’Etat. En plus de l’élargissement de la commercialisation des vols spéciaux de la RAM au réseau national des agences de voyages, un contrat-programme est en cours de validation.

«Le contrat-programme sera validé d’ici mercredi, dans le cadre de la loi de finances rectificative. C’est déjà un grand acquis pour relancer le secteur», annonce Khalid Benazzouz, président de la Fédération nationale des agences de voyages du Maroc (FNAVM).

Et d’ajouter: «Toutes les agences agréées IATA peuvent émettre des billets pour le programme de vols spéciaux, bien sûr en respectant les conditions sanitaires du pays de destination. L’essentiel des voyagistes a déjà commencé à émettre». Cependant, la décision de Royal Air Maroc ne fait pas exulter tous les opérateurs. Des voyagistes soupçonnent que l’essentiel des billets ait déjà été vendu.

D’autres encore redoutent d’avoir à gérer le service après-vente concernant les billets acquis avant la période de l’état d’urgence. Plusieurs agences de voyages ont renvoyé leurs salariés chez eux vendredi dernier, parce que les vols ne s’affichaient pas sur le système de réservation Amadeus.

«RAM a lancé des vols supplémentaires et/ou charters pour répondre à des urgences qui la dépassent, pour des rapatriements dans les deux sens. Les émissions ont été faites à la hâte sur son propre réseau de ventes. Brusquement, la compagnie élargit ces ventes à travers Amadeus et les agences de voyages...allez comprendre!» soutient Ali Benaddou, président de Monarch Travel.

Pour ce dirigeant, 2020 est complètement perdue «quelles que soient les mesures entreprises par l’Etat au niveau des aides entreprises». Si reprise il y aura, ce sera pour mars ou avril 2021, sans négliger les conséquences catastrophiques de la pandémie sur le plan économique mondial. A cet horizon, l’espoir pourrait renaître pour se retrouver à 50 ou 60% du chiffre d’affaires de 2019. Ce qui ne permettrait pas de compenser les dégâts de 2020. Ainsi, «l’horizon ne serait pas au vert avant 2022 pour retrouver les performances de 2019».

Si l’on s’en tient aux prévisions de Benaddou, les agences de voyages sont sinistrées et très peu d’entre elles s’en sortiront, sauf miracle! Khalid Benazzouz est beaucoup plus nuancé. Pour le président de la Fnavm, 2020 est une année de survie et de préservation d’emplois.

Rappelons que les 1.750 agences de voyages au Maroc emploient à peu près 11.000 postes directs. Pour alléger les agences, «je pense que l’indemnité CNSS va, éventuellement, être prolongée jusqu’au mois de décembre. Parce que nous sommes le premier secteur touché et le dernier qui pourra redémarrer», tient à préciser Khalid Benazzouz.

Le poids des charges sociales

Malgré l’indemnité CNSS de 2.000 DH versée par le Fonds Covid-19 aux employés déclarés en arrêt temporaire d’activité, plusieurs agences envisagent d’alléger, à partir de ce mois, le poids des charges sociales et sacrifier, avec beaucoup de regret, plusieurs collaborateurs sur lesquels ils ont investi en temps de formation et financement.

Modeste KOUAME

 

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc