×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste

Dossier Spécial

Les filières les plus attractives

Par Tilila EL GHOUARI | Edition N°:5803 Le 14/07/2020 | Partager
Ingénierie informatique... le rush continue
La finance, un gage d’employabilité
Marketing et communication, les employeurs veulent des profils accès sur le digital
filiere-03.jpg

Choisir son orientation post-bac est une chose importante et en même temps difficile. La décision du cursus à suivre implique de mener une réflexion sur ce que l’on veut, de se renseigner sur les métiers d’avenir, les filières porteuses et surtout connaître ses capacités (Ph. Privée)

La transformation numérique fait exploser la demande d’informaticiens et fait naître de nouveaux métiers. Big data, robotique, intelligence artificielle ou encore l’informatique de gestion, les débouchés sont immenses. Conscients de la manne que connaît le secteur, les étudiants se ruent vers les écoles d’ingénieurs.

«Nous allons accueillir notre première promotion au sein de notre école d’ingénieurs et nous sommes agréablement surpris par l’intérêt que lui portent les jeunes», se réjouit Hassan Sayegh. Fraîchement créé, HEM Engineering est un établissement qui délivre un programme bac+5 en Ingénierie informatique. Elle propose aux étudiants quatre spécialités qui sont le développement web & mobile, le réseau & cloud computing, le digital business & big data et l’intelligence artificielle.

Pour se différencier des autres établissements existant déjà sur le marché, l’école met le paquet sur les soft skills. Elle veut par cela former des profils ouverts sur leur environnement, bons communicants et dotés d’un esprit entrepreneurial. Des compétences très demandées par les employeurs.

«Avec cette vague de nouvelles technologies et d’intelligence artificielle, les jeunes sont de plus en plus attirés par les filières d’ingénierie. Toutefois, nous faisons comprendre à nos étudiants que, abstraction faite des métiers tendances, c’est plus leur profil et leurs compétences qui priment lors du choix d’une filière», insiste Mohamed Zaoudi, DG de l’IGA.

Dans le domaine du Marketing et de la communication, internet et les nouvelles technologies se sont aussi fortement imposés, transformant même le secteur. «Les marketeurs formés il y a 10 ans ne sont pas ceux que les entreprises recherchent aujourd’hui. Elles veulent des profils ayant des connaissances très poussées dans le digital et le web», souligne Hassan Sayegh, DG du groupe HEM.

«L’engouement se manifeste des deux côtés puisque les jeunes voient en cela une opportunité et sont naturellement portés vers cette filière qui leur permet de manipuler des outils qu’ils affectionnent», poursuit-il. Nombreuses sont les écoles de management qui proposent des masters dans le domaine. A Toulouse Business School (TBS), ce programme est bilingue et inclut un focus digital.

Le domaine de la finance est lui aussi prisé par les étudiants. Il n’attire pas uniquement les amoureux de chiffres. Offrant de multiples débouchés dans les services financiers en entreprise, mais aussi au sein des banques, des bourses, des assurances ou encore des cabinets d’audit ou d’expertise comptable, nombreux sont ceux qui optent pour cette filière car elle représente un gage d’employabilité.

«Nous constatons une forte demande pour le master en finance. Ce dernier est conçu avec l’Ordre des experts-comptables et est accrédité par l’Etat. Les étudiants y sont en alternance entre l’école et les cabinets d’expertise comptable», précise Mohamed Derrabi, DG de TBS Casablanca. 

Par ailleurs, d’autres filières artistiques sont plébiscitées. «Le design de mode, design d’intérieur, arts numériques, arts culinaires et gestion sont aussi des spécialités à fort succès, et ce aussi bien au niveau national qu’à l’international», souligne Bouchra By, DG de Collège LaSalle Maroc. «Chaque année, nous formons plus de 17.000 étudiants à travers le monde dans le cadre d’un modèle éducatif ancré dans les valeurs canadiennes de partage et d’engagement», ajoute-t-elle.

                                                                                  

Global BBA: Un diplôme qui séduit

«Le Global BBA, programme post-bac sur 4 ans, est plébiscité par les étudiants. Depuis son lancement, il connaît chaque année une croissance de plus de 15%», indique Mourad El Mahjoubi, DG Emlyon business school Africa. Ce diplôme international en management et gestion des affaires  est considéré aujourd’hui comme étant une référence dans les pays anglo-saxons en Europe et en Asie. C’est aussi le diplôme post-bac le plus délivré dans le monde.  Dès la première année, ce programme inclut un module «Digital Skills», composé de trois séminaires (Cloud, Intelligence artificielle et Data Science) qui permettent de décrocher  une certification avec un des partenaires acteurs dans le numérique de l’Emlyon. «À l’issue de leur formation Global BBA, les étudiants peuvent directement entrer sur le marché du travail, poursuivre leurs études en Master/Mastères spécialisés ou encore rejoindre le Programme Grande Ecole», précise le DG.

Tilila EL GHOUARI
 
 

 

 

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc