×L'Editorialjustice régions Dossiers Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Régions

Tourisme: Essaouira ne lâche pas prise

Par Badra BERRISSOULE | Edition N°:5803 Le 14/07/2020 | Partager
La ville des Alizés maintient tous ses événements et les renforce
Des Lilas avec Gnawas, Hmadcha, Tijanis, Hiloula, le cirque des arts de la rue…
La ville ouvre son patrimoine et ses îles purpuraires au grand public

Prête depuis quelques semaines déjà, Essaouira vient de reprendre officiellement sa saison touristique. La ville hors du temps -et free of covid- a mis en place tout un programme de promotion et d’animation jusqu’à la fin de l’année avec un événement par semaine.

essaouira-tourisme-03.jpg

L’été 2020 marquera le retour de balades en mer, ainsi que la visite d’une des îles purpuraires qui étaient fermées au public depuis 40 ans, et des ruines phéniciennes et romaines qui s’y trouvent (Ph. les randos de Caco)

Une feuille de route initiée par l’Association Essaouira-Mogador en partenariat avec le Conseil Provincial du Tourisme et en concertation avec les autorités locales, On y retrouve les Lilas avec Gnawas, Hmadcha, les Tijanis, les expositions, la Hiloula avec le grand Rabbin Haim Pinto, le cirque des arts de la rue...Au total, 21 rencontres, festivals et forums pour revisiter le Maroc, façon Essaouira. Ces rencontres se tiendront dans les espaces les plus emblématiques du patrimoine culturel, historique et mémoriel de la ville.

«Il y a 30 ans, Essaouira a fait des choix pionniers en plaçant la culture, l’écologie et le bien-être au cœur de la renaissance de la cité des Alizés. C’est sur cela qu’elle fonde le renouveau du tourisme pour l’après Covid-19», souligne André Azoulay, conseiller de Sa Majesté le Roi et Président Fondateur de l’Association Essaouira-Mogador. Et c’est tout symboliquement que la ministre du tourisme, Nadia Fettah Alaoui est venue lancer la saison le 11 juillet dernier auprès des opérateurs touristiques et d’Azoulay. «Nous sommes préparés à résister, à rebondir et à approfondir nos choix et à travers cette feuille de route», indique ce dernier.

Même son de cloche auprès de Chakir Benamara, SG de l’Association Essaouira-Mogador. «Nous avons pris la responsabilité de donner à ces événements la même qualité et rigueur que par le passé en dépit du contexte actuel». Une aubaine pour cette destination touristique se réjouit Redwane Khanne, président du conseil provincial du tourisme d’Essaouira (CPTE).

«Un agenda culturel et événementiel est essentiel pour la reprise du tourisme. De même qu’un soutien pour la redynamisation du secteur est important», souligne Khanne. La ville mise sur le tourisme national et les MRE qui décideront, malgré les contraintes de rentrer au Maroc.

essaouira-gnoua-03.jpg

Essaouira a fait le choix de placer la culture comme le festival des Gnawas, l’écologie et le bien-être au cœur de la renaissance de la cité des Alizés (Ph. L’Economiste)

Un pass, le «EssaWeAre» sera lancé, ouvrant l’accès à la visite guidée de trois espaces muséaux (le Musée Mohammed Ben Abdellah, Bayt Dakira et le Bab el Minzeh), ainsi qu’aux monuments patrimoniaux les plus emblématiques de la ville. Le pass sera vendu au prix de 60 DH pour les visiteurs, 30 DH pour les nationaux, avec un tarif réduit pour les familles. Les visiteurs pourront se doter d’une application s’appuyant sur un dispositif de QR code affichés dans la ville, pour accéder dans plusieurs langues à l’histoire des monuments les plus emblématiques d’Essaouira.

L’été 2020 marquera le retour de balades en mer, ainsi que la visite d’une des îles purpuraires qui étaient fermées au public depuis 40 ans, et des ruines phéniciennes et romaines qui s’y trouvent. L’ensemble du territoire de la province d’Essaouira regorge de sites historiques ou naturels.

Des circuits seront mis en place pour accompagner les visiteurs dans la découverte de l’arrière-pays encore trop méconnu (grottes archéologiques, coopératives, sites historiques, route des casbahs, salines traditionnelles…). Bien sûr Essaouira, c’est aussi ses plages sauvages et elles sont nombreuses. Sidi Kawki, Diabat, Cabo Sim, Iftane…

Reprise de l’aérien, le challenge

L’Association régionale des agences de voyages de Marrakech/Safi a élaboré un plan de relance misant sur l’innovation tout en lançant un programme de sensibilisation et de promotion qui présente les potentialités de la région à travers des vidéos animées en darija. Une capsule consacrée à Essaouira présente les potentialités de la ville, son histoire, son artisanat et surtout sa tolérance. Diffusée sur les réseaux sociaux, elle met en avant l’ensemble des intervenants du secteur. En 2019, Essaouira avait terminé l’année avec une hausse globale de 8% en termes d’arrivées, soit + 9% pour les nuitées. Sur le plan aérien, la ville était partie de zéro vol en 2014 pour arriver à 35 rotations par semaine. Le challenge aujourd’hui est de retrouver toutes ces performances.

De notre correspondante permanente, Badra BERRISSOULE 

 

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc