×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste

Economie

Les AT servent de lubrifiant à l’export

Par Abdelaziz GHOUIBI | Edition N°:5795 Le 02/07/2020 | Partager
42,5% des échanges extérieurs sous admission temporaire
Ils ont quasiment doublé en une décennie

Les échanges réalisés sous régime de l’admission temporaire explosent. Avec ou sans paiement, les transactions pour perfectionnement actif enregistrent une hausse soutenue sur la dernière décennie. En 2019, les échanges se sont établis à 328,8 milliards de DH contre 172 milliards en 2010. Ils dégagent ainsi une plus value à l’export de 77,3 milliards de DH.

lubrifiant-a-lexport-1-095.jpg

La forte hausse des réexportations dans le cadre des admissions temporaires a beaucoup profité au secteur de l’industrie automobile. A tel point qu’il s’est érigé au premier rang des secteurs exportateurs 

Avec un taux moyen annuel de progression de 8,6%, ils ont représenté, l’année passée, 42,5% du total des échanges extérieurs du pays. Et deux pays, l’Espagne et la France sont en pole position dans ce régime économique avec respectivement 25,6 et 22,3%.

Autrefois limité, pour l’essentiel au secteur des textiles et cuir et dans une moindre mesure à certains emballages utilisés par les produits du secteur primaire (frais et transformés), ce régime économique en douane a gagné quasiment toutes les activités industrielles.

A l’import, les achats portent sur les composants, parties et pièces des voitures, des avions, des systèmes du câblage, des fils, barres et profilés en cuivre et divers autres appareils. S’ajoutent aussi des matières premières comme le souffre brut, l’ammoniac et même du poisson et fruits de mer.

A l’export, la liste couvre plusieurs produits de la nomenclature des échanges extérieurs. Il s’agit des vêtements confectionnés, des articles de bonneterie, des chaussures, du câblage, des voitures de tourisme mais aussi des engrais naturels et chimiques, de l’acide phosphorique et des préparations et conserves de poissons. A titre d’illustration, la valeur des réexportations des produits de la mer s’est chiffrée à 5,8 milliards de DH.   

Mais selon les données de l’Office des changes, l’année 2019 a marqué un repli des importations en admission temporaire sans paiement. Celles-ci se sont repliées de quelque 600 millions de DH par rapport à 2018. Leur valeur globale s’étant établie à 28,8 milliards de DH contre 29,3 milliards en 2018. Et leur part dans le total des importations s’élève à 5,9% contre 6,1% une année auparavant.

La composition de ces importations par groupes de produit laisse apparaître la prédominance de produits de consommation (44,2%) suivis de demi-produits (25,8%) et de biens d’équipement industriel (24%). En revanche, les importations avec paiement restent sur leur lancée. Elles  enregistrent une hausse de 4,8 milliards de DH pour s’établir à 97milliards  contre 92,2 milliards de DH en 2018.

echanges-095.jpg
Au cours de l’année 2019, les transactions commerciales effectuées dans le cadre du régime de l’admission temporaire pour perfectionnement actif avec et sans paiement s’inscrivent en hausse de 2,5%. Leur part dans le total des échanges extérieurs du Maroc s’élève à 42,5%

La hausse s’explique par les acquisitions des biens d’équipement (+3,3 milliards de DH) et de produits de consommation et de l’alimentation (2,5 milliards de DH). L’engouement pour cette catégorie du régime s’explique par le recours au cadre préférentiel des accords de libre-échange qui se distingue par des droits nuls ou réduits. La pratique permet également d’éviter les tracasseries douanières résultant de l’apurement des dossiers lorsqu’il s’agit des importations avec paiement.

Au total, les réexportations suite aux admissions temporaires de perfectionnement actif avec et sans paiement ont porté sur une valeur de 203,1 milliards de DH. Elles représentent ainsi 72% des exportations globales en 2019. Celles, avec paiement s’inscrivent en hausse de 2,6% par rapport à 2018 pour atteindre 158,1 milliards de DH. Leur part dans les exportations totales du Maroc s’élève à 56%.

Cette situation s’explique par la hausse des ventes des fils, câbles et autres conducteurs isolés pour l’électricité (+3,3 milliards de DH) et des parties et pièces pour voitures et véhicules de tourisme (+1,1 milliard DH).

Les réexportations suite aux admissions temporaires sans paiement sont restées stables en 2019. Leur valeur s’est située à 45 milliards de DH avec une part 15,9% des exportations totales. La ventilation par produits fait ressortir la prédominance des vêtements confectionnés: 63,8%. Le reste est constitué d’articles de bonneterie, des appareils pour la coupure ou la connexion des circuits électriques et résistances.

A.G.

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc