×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste

Economie

Auto-écoles: Faux départ en zone 2

Par Hassan EL ARIF | Edition N°:5788 Le 23/06/2020 | Partager
A Casablanca, Tanger, Marrakech, Kénitra…, ces structures restent fermées
Les professionnels attendent le feu vert de Narsa

Les propriétaires des auto-écoles n’en croyaient pas leurs yeux lorsqu’ils ont été sommés de fermer après avoir été officiellement autorisés à rouvrir quelques jours plus tôt. Ils étaient incapables de répondre aux interrogations incrédules des candidats.

auto-ecoles-088.jpg

Près de 27.000 candidats attendent de décrocher leur permis de conduire depuis la suspension de l’enseignement de la conduite le 19 mars dernier (Ph. L’Economiste)

En fait, lorsqu’elle avait préparé sa deuxième version de la charte de reprise signée avec les organisations professionnelles, l’Agence nationale de la sécurité routière (Narsa) n’avait pas précisé que seules les auto-écoles situées en zone 1 (les régions déconfinées) pouvaient reprendre l’activité. Par conséquent, celles situées en zone 2, ayant ouvert le lundi 15 juin, devaient baisser rideau de nouveau et attendre de nouvelles instructions.

Narsa a diffusé un communiqué traitant de la reprise des activités des centres d’immatriculation chargés de délivrer les permis de conduire. Il en ressort que seuls les centres en zone déconfinée sont habilités à accueillir les candidats à l’examen du permis de conduire à partir du 24 juin. Du coup, les auto-écoles de ces mêmes régions (zone 1) sont autorisées à recevoir les candidats et à les accompagner jusqu’à l’examen.

Mais celles situées en zone confinée resteront fermées à l’image des centres d’immatriculation. Elles pourront reprendre leur activité en fonction de leur reclassement en zone 1.

Le communiqué conjoint des ministères de la Santé et de l’Intérieur sur le déconfinement progressif à partir du 24 juin à minuit prévoit le reclassement de l’ensemble du territoire en zone 1 à l’exception de Tanger, Asilah, Marrakech, Larache et Kénitra. Sauf qu’il faudra encore attendre des clarifications des mêmes ministères au sujet des activités qui pourront reprendre immédiatement. Par conséquent, les exploitants des auto-écoles de la région 2, bientôt déconfinées, ne savent pas encore à quelle date ils pourront reprendre l’activité.

Dans le même temps, les professionnels s’inquiètent pour la rémunération de leurs salariés. Pendant le confinement, ils étaient éligibles à l’indemnité Covid-19 servie par la CNSS. Mais en étant réputé avoir repris, du moins en zone déconfinée, les dirigeants d’auto-écoles dans les autres régions craignent de ne plus être éligibles à ce dispositif de prise en charge du chômage.

Selon nos informations, ces employeurs peuvent toujours déclarer leurs salariés pour bénéficier de l’indemnité forfaitaire servie par la CNSS, en cochant «Autre» et en précisant la mention «Fermeture administrative». La commission interministérielle statuera sur leur cas en tenant compte de la décision de Narsa.

Hassan EL ARIF

 

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc