×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Economie

Comment les OPCVM ont résisté à la crise

Par Moulay Ahmed BELGHITI | Edition N°:5784 Le 17/06/2020 | Partager
L’actif net s’est stabilisé à près de 471 milliards de DH à fin mai
L’encours représente 41,6% du PIB
La position des investisseurs orientée à l’achat

Le secteur de la gestion d’actifs s’en sort bien pendant cette crise sanitaire. L’activité dans toutes ses composantes (OPCVM, FPCT, OPCC et OPCI) a montré sa résilience face à la pandémie du Covid-19. D’abord, «l’ensemble des fonds a continué à fonctionner normalement en assurant la gestion des actifs en portefeuille et la prise en charge des opérations des investisseurs», souligne l’Autorité marocaine du marché des capitaux (AMMC).

opcvm-crise-084.jpg

L’actif net des OPCVM reste majoritairement dominé par les obligations moyen et long terme. Il faut dire que le principal des investisseurs dans les OPCVM sont les entreprises financières résidentes à hauteur de 75%

Un repli des performances et de l’actif net des segments «actions» et «diversifiés» en lien avec l’évolution du Masi est tout de même à relever. En dépit de cette baisse des cours sur le marché boursier et du besoin accru de liquidité de certains investisseurs. La baisse de l’actif net global des OPCVM de la place s’est limitée à 0,79% au pic même de la crise (entre février et mai 2020) avant de se rétablir au niveau observé dans la période pré-crise de 470,95 milliards de DH. Avec un tel encours, les OPCVM représentaient 41,6% du PIB à fin mai. Ils sont même à l’origine de 44% du volume transactionnel des actions sur le marché central de la Bourse. 

Dans le détail, les OPCVM obligations court terme, monétaires et obligations moyen et long terme ont affiché des performances annuelles respectives de 1,16%, 0,92% et 0,78%. A l’inverse, les OPCVM actions et diversifiés ont enregistré des contre-performances respectives de 16,56% et 5,33%. En termes de positionnement, il ressort que les investisseurs se sont davantage positionnés à l’achat durant le premier trimestre 2020.

Les souscriptions se sont ainsi élevées à 308 milliards de DH contre 294 milliards de DH pour les rachats. Cela équivaut à une collecte nette de près de 13,4 milliards de DH. «La période allant de février à mai 2020 a pour sa part connu une collecte nette de 9,54 milliards de DH, même en l’absence de mécanismes de suspension ou de plafonnement des rachats», souligne l’AMMC.

Pour ce qui est de la position nette sur les cinq premiers mois de l’année, les OPCVM obligations moyen et long terme ont affiché la collecte la plus importante, soit 6,76 milliards de DH, suivis par les OPCVM monétaires et diversifiés avec des soldes positifs respectifs de 4,88 et 1,57 milliard. Le segment des obligations de courte durée a, en revanche, affiché une décollecte nette de l’ordre de 8,04 milliards de DH.

Moulay Ahmed BELGHITI

 

 

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc