×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Economie

Régions déconfinées : «Il faut marketer les territoires avec de nouvelles offres!»

Par Ali KHARROUBI | Edition N°:5784 Le 17/06/2020 | Partager
Terrains aménagés et équipés, RH qualifiées et formées, exonérations fiscales…
Les régions de la zone 1 méritent une réelle stratégie de rattrapage
La récession de l’économie internationale, une conjoncture à saisir
soufiane-bouchakour-084.jpg

Soufiane Bouchakour est docteur en économie régionale et développement local, président de l’Observatoire pour le développement local et régional de l’Oriental. Il est également auteur de deux livres: «Développement territorial résilient, un nouveau modèle à bâtir – fenêtre sur la région de l’Oriental», février 2020 et «Le modèle de développement alternatif de la région de l’Oriental, vision prospective», mars 2020 (Ph. SB)

Sur la base d’une cartographie des territoires déclarés free of Covid-19 ou non, le territoire national est scindé en deux zones faisant l’objet de stratégies progressives de déconfinement. La première zone, qui bénéficie d’un déconfinement élargi, est constituée, en plus des préfectures et provinces, de 7 régions: l’Oriental, Draâ-Tafilalt, Béni Mellal-Khénifra, Souss-Massa, Guelmin-Oued Noun, Laâyoune-Sakia El Hamra et Dakhla Oued Eddahab.

Les 5 autres régions; les plus prospères; Casablanca -Settat, Rabat-Salé-Kénitra, Tanger-Tétouan Al Hoceima, Fès-Meknès et Marrakech-Safi, avec l’exception de certaines préfectures et provinces bénéficient d’un déconfinement moins élargi. Peut-on voir là un signe de déclic économique? C’est ce qu’explique Soufiane Bouchakour, un spécialiste du développement territorial alternatif.

- L’Economiste: Comment les régions aujourd’hui déconfinées (zone 1) peuvent elles profiter de cette opportunité, sachant qu’elles occupent les 7 dernières places en matière de croissance économique?
- Soufiane Bouchakour:
En se référant aux résultats d’une étude sur les «Disparités territoriales» réalisée par le ministère de l’aménagement du territoire national, de l’urbanisme, de l’habitat et de la politique de la ville, on constate que les 7 régions, bénéficiant de mesures élargies d’assouplissement (zone 1) sont les régions les moins compétitives. Par contre, les 5 régions de la zone 2 qui bénéficieront de déconfinement moins élargi sont les régions les plus compétitives et qui contribuent au 3/4 du PIB national, 70% de la population (bassin d’emploi) et avec seulement 18% du territoire national. Ce qui représente une occasion favorable pour convertir leurs tissus économiques basés sur le tourisme, artisanat, agriculture, commerce et informel, en atouts de croissance. Le déconfinement devrait ainsi assurer la reprise des activités qui constituent la source de vie des ménages. Il s’agit aussi d’un soulagement psychologique pour les populations de ces régions qui méritent de réelles stratégies de rattrapage dans le cadre d’une vraie politique de développement régional. La pandémie du covid-19 est une opportunité à saisir pour relancer l’économie régionale, mais cette fois sur des bases solides et de façon résiliente. La récession de l’économie internationale et les mutations futures induites par la gestion de la pandémie et l’effondrement potentiel de la solidarité européenne sont d’énormes atouts à saisir par les opérateurs économiques locaux pour délocaliser les potentiels investissements vers leurs régions.

- Comment transformer les faiblesses en atouts et saisir l’élan de partage et de solidarité nationale observés en cette période?
- Toutes les régions de la zone 1 ont besoin d’une attention particulière. C’est le cas pour l’Oriental, appelé à proposer une stratégie de croissance en complémentarité au modèle de développement économique en cours d’élaboration. De plus, la problématique de la région réside dans la faiblesse de son tissu économique et sa fragilité d’où la nécessité de le rendre résilient. L’Oriental est une région prometteuse avec le port Nador West-Med au nord de la région et les puits du gaz naturel au sud. Des atouts à saisir pour la création des clusters industriels à fortes potentialités d’emploi et de valeurs ajoutées, et ce dans le cadre d’une stratégie durable et résiliente de la croissance. Les acteurs de la région sont appelés à «marketer» leur territoire, non pas avec des dépliants et des exposés power point, mais avec des offres crédibles de terrains aménagés et équipés, de main d’œuvre qualifiée et formée, à l’amont, et non à la demande, un code d’investissement favorable et attractif avec des exonérations ou même des incitations fiscales.

- Sur quels aspects faudrait-il focaliser, spécialement dans l’Oriental?  
- L’Oriental est une région consommatrice et moins productrice avec une faible contribution au PIB national (4,9%,) et avec un taux de chômage le plus élevé au Maroc (18,8%). Toutefois, la région est dotée d’infrastructures favorables (plus de 110 milliards de DH d’investissement depuis 2003) à son décollage économique. Le Plan Industriel Emergence voulait faire de la région une plateforme industrielle spécialisée en énergies propres et renouvelables, alors que la Technopole s’est transformée en showroom et zone d’activité. Ce qui a laissé penser que le destin de l’Oriental est le tertiaire malgré sa très faible contribution au PIB national. Un casting à revoir ! La force de l’Oriental émane de la diversité de ses atouts territoriaux favorables pour des systèmes productifs localisés (sorte de spécialisation), ce qui nécessite, dans le cadre du plan de relance économique, le renforcement des vocations territoriales et développer chaque territoire, chaque préfecture et chaque province selon ses propres atouts. Pour faire face à la faible attractivité de l’investissement privé, la région a besoin d’une locomotive internationale d’envergure à l’instar des Métiers Mondiaux du Maroc, dans le cadre du plan de relance économique de la région.

Propos recueillis par Ali KHARROUBI

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc