×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

De bonnes sources

Article 1063240

Par Ahlam NAZIH | Edition N°:5781 Le 12/06/2020 | Partager

Les parents sont encore nombreux à revendiquer des réductions allant à 50% des frais de scolarité des mois d’avril, mai et juin. Pour eux, les écoles privées n’ont pas rempli leur mission durant cette période (diminution des horaires assurés, défaut d’un e-learning régulier dans certains cas…). Les parents ont, en plus, dû participer aux cours, voire remplacer les enseignants, et assurer une charge financière supplémentaire pour l’enseignement à distance. Les écoles ne l’entendent pas de cette oreille. Devant s'acquitter de charges fixes, notamment les salaires des profs (plus de 80% des charges), elles ne prévoient des facilités que pour les parents lourdement impactés par la crise. L’Education nationale tente toujours de faire la médiation entre les deux parties.
A.Na

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc