×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste

Economie

Déconfinement/Fès-Meknès: «Faute de pédagogie, le confinement est rejeté»

Par Youness SAAD ALAMI | Edition N°:5780 Le 11/06/2020 | Partager

Sept sur les neuf provinces et préfectures de la région Fès-Meknès font partie de la zone 1. Il s’agit respectivement de la préfecture de Meknès, et les provinces de Sefrou, Ifrane, Taza, Taounate, Boulemane, et Moulay Yacoub. Le point commun entre ces différentes circonscriptions, c’est qu’elles n’ont enregistré aucun cas Covid-19 durant les derniers jours.

fes-meknes-deconfinement-080.jpg

Craignant une forte démobilisation, des médecins appellent à plus de transparence dans la prise de décision. «Aucune explication n’a été donnée pour le prolongement du confinement, il y a 3 semaines… Résultat, nos villes donnent l’impression d’être déjà déconfinées», est-il déploré (Ph. YSA)

Pour leur part, la préfecture de Fès et la province d’El Hajeb restent «officiellement» confinées jusqu’à nouvel ordre. La première a enregistré 4 nouveaux cas, mardi dernier, portant le nombre des patients sous traitement à 14. Pour ce qui est d’El Hajeb, elle compte encore 20 personnes sous protocole médical. Signalons que tous «les patients Covid se portent bien et n’affichent aucune complication majeure».

Mieux encore, la situation est sous contrôle, mais les «décideurs» en ont décidé autrement. Ainsi, Fès et El Hajeb demeurent (bizarrement) dans la zone 2, ou liste «grise». Un nombre insignifiant de contaminés (14) prend en otage une ville de plus de 1,4 million d’habitants. «Aucune explication n’est et ne peut être donnée à cette situation», commente un député de l’opposition déplorant «un grand cafouillage en matière de communication».

«Alors que les autorités réunissaient, lundi dernier, le CVE régional expliquant aux opérateurs les piliers de la reprise, la décision de maintenir le confinement à Fès a eu l’effet d’un coup de tonnerre», regrette-t-il. D’autant plus qu’elle pourrait remettre en cause tous les efforts qui ont été faits auparavant. «Pour faire adhérer les citoyens, il faut qu’il y ait une pédagogie…chose qui est complètement ratée avec des communiqués peu explicites qui tombent au milieu de la nuit, comme un cauchemar», ironise un opérateur. Craignant une forte démobilisation, des médecins appellent à plus de transparence dans la prise de décision.

«Aucune explication n’a été donnée pour le prolongement du confinement, il y a 3 semaines… Résultat : les gens ne respectent pas la mesure du port du masque. Nos villes donnent l’impression d’être déjà déconfinées», disent-ils. Et d’ajouter: «au lieu de faire les choses à moitié, il fallait communiquer autour du pourquoi du comment des zones 1 et 2 et s’inspirer des autres pays».

Faute d’explication, certaines personnes remettent en cause tout, y compris l’application «Wiqaytna» qui ne fait plus l’unanimité. Pour un conseiller communal, il fallait quand même autoriser les cafés et coiffeurs à rouvrir sous conditions sanitaires… «car, la situation n’est pas du tout alarmante». Ce qui est alarmant, selon lui, «c’est le risque économique, et plus grave, le risque social».

Y.S.A

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc