×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste

Lectures du Ramadan

«L’intrication de Malabar» - Episode 18: Dieu et la science (partie 2)

Par L'Economiste | Edition N°:5766 Le 21/05/2020 | Partager

Dans l’épisode précédent
- Vous croyez à une vie après la mort?
- La conscience qui se détache de notre corps? Bien sûr!
Quand j’étais jeune, je l’ai observé, je l’ai presque touchée du doigt!
- Comment?
- Je m’étais intéressé aux cas de personnes plongées dans un coma qui ont vécu une expérience de mort imminente. Les EMI ont fait l’objet de nombreuses recherches et, généralement, les conclusions des médecins font état d’un épisode de conscience transcendante qui se produit quand quelqu’un frôle la mort et est ramené à la vie.

Les neurosciences sont relé­guées à un stade préhistorique lorsque l’on aborde le problème par le biais de la physique. La physique quantique c’est le monde subato­mique du très petit, habité par des particules aux noms divers comme les neutrons, les protons, les pho­tons.
Le photon est la particule sub-atomique et le composant quantique de la lumière. Quand on observe le photon à l’échelle subatomique, il réagit et est influencé par notre ob­servation. Sans aucun effet méca­nique.
- Ah! Il est perturbé de voir un géant qui le regarde? plaisanta Is­maïl.
- Si tu veux. Il rentre en commu­nion avec nous, avec notre système de pensées, elles-mêmes générées par les photons qui les portent. L’attention consciente agit bien sur la matière. Les scientifiques, ne retrouvant pas ce genre de phéno­mène dans le monde physique qui nous entoure, ont longtemps préféré occulter ces recherches.
Mais en vrai, quant on y passe du temps, tout devient évident pour celui qui sait chercher: tout est quantique. Tu t’es déjà demandé pourquoi, lorsque tu pensais très fort à quelqu’un, tu avais des fois dans les minutes qui suivent de ses nouvelles, même en l’ayant perdu de vue depuis des années?
- Oui, c’est vrai! Admit Ghni.
- Les sentiments que l’on appelle l’intuition, ne sont-ils pas tout sim­plement des flux de photons que notre cerveau arrive à percevoir et à décoder plus ou moins bien? Pour­quoi, d’après vous, y a-t-il des guéri­sons miraculeuses qui sont faites en se concentrant sur des pensées posi­tives. On agit quantiquement sur la matière, sur nos propres viscères. Et au contraire, en émettant des idées noires, on déclenche une réaction d’autodestruction. Depuis 3 ans que Ghni et moi sommes coupés des tra­cas de ce monde, nous n’avons pas eu une seule fois le moindre rhume. Et Dieu sait combien de fois on a eu froid en hiver.
- On n’aime pas trop se plaindre, dit Ghni, surtout pas auprès du pro­priétaire, le loyer est quand même plutôt modéré, alors… si le ther­mostat du chauffage n’est pas ajusté, on ne va tout de même pas remettre en cause le bail.
- On reste positif, on prend ça sportivement et on se réchauffe à coup d’humour!
- Ismaïl, la joie par exemple est directement corrélée à des champs de force cardiaques et la tristesse ou la colère rétrécissent ces champs.
- D’où le terme populaire «Kelbi tzayar, mon coeur s’est rétréci», lan­ça Ismaïl, tout sourire.
Ghni se gratta la tête:

cari-livres-066.jpg

- Notre longévité dépend de notre capacité à devenir amour, cela me donne presque envie d’écrire un poème à ce sujet.
- Non, surtout pas, Ghni! me dit Ismaïl, ça me rappelle le barde dans Astérix, et il finit souvent attaché aux arbres!
- Écoute, pour faire simple, les cellules communiquent par le biais de biophotons, un modèle corpus­culaire, qui assimile le rayonnement lumineux par paquets de particules.
Les photons sont émis par le so­leil, le feu, bref tout ce qui éclaire.
Et certains organismes vivants émettent aussi des photons visibles à l’oeil nu, via des mécanismes de bioluminescence.
- Les lucioles, les vers lui­sants…?
- Oui, les photons peuvent être plus ou moins lumineux, ceux qui sont en perte de puissance sont ceux que l’on retrouve dans les cellules vivantes oxydées.
Les biophotons sont partout dans notre corps, ils forment ce que l’on appelle depuis la nuit des temps «l’aura», le champ énergétique qui entoure chaque être vivant. Notre néocortex est baigné de ces bio­photons qui sont finalement notre conscience.
Rien n’interdit de penser que si l’on arrive à savoir comment inter-agir avec ces biophotons, ou à les gérer, et bien, les sciences médicales classiques s’effondreraient pour lais­ser place à une nouvelle médecine subatomique.
- Et rien n’interdirait, si cela était vrai de pouvoir démultiplier notre intelligence en gonflant notre lu­mière interne, répondit Ismaïl.
- T’es une vraie lumière Ismaïl, lui répondit l’éminence en lui faisant un clin d’oeil. J’ai bon espoir de faire de toi un vrai chercheur!
- Cela sera pris en compte dans mon examen de fin d’université d’été?
- Pas de contrôle, pas d’examen, juste de l’intensité pour tes biopho­tons! Et si je te disais comment les contrôler? demanda l’éminence avec un demi-sourire.
- Très drôle, répondit Ismaïl, quelqu’un qui contrôlerait cette lu­mière, contrôlerait le monde.
- Pourquoi? demanda l’éminence.
- Bah, on pourrait contrôler notre corps, notre santé et ses interactions avec les autres. On pourrait com­mander la lumière des autres, et les mettre à sa merci.
- Yes! Bingo! dit l’éminence. Mais pas seulement. Il se produit en­viron 100.000 réactions chimiques dans chacune de nos cellules par seconde. La réaction chimique ne peut se produire que si la molécule en train de réagir a été stimulée par un photon.
Une fois que le photon a stimu­lé une réaction, il retourne dans le champ magnétique et reste dispo­nible pour d’autres réactions.
C’est le cas de la photosynthèse dans les plantes, qui fait jouer l’ef­fet photoélectrique transformant un photon en déplacement d’électrons, entraînant la génération de glucose, servant au stockage de l’énergie.
J’avais travaillé, quand j’étais jeune, sur des projets militaires qui  avaient pour idée de créer des ordi­nateurs quantiques pouvant com­muniquer à travers les photons.
- Carrément, répondit Ismaïl, très sérieusement. Il savait que la moindre parole de l’éminence va­lait son pesant d’or.
- On a travaillé sur des tech­niques radioélectriques afin de créer des réseaux de communica­tion en se servant de l’ionosphère. L’un des objectifs, était d’exciter nos photons via des ondes haute fréquence et d’étudier les sensa­tions entre deux personnes placées à plus de 10.000 kilomètres l’un de l’autre.
- Et alors?
- J’ai mené le test personnelle­ment. Au bout d’une heure j’étais capable de sentir les émotions vives de l’autre. Joie, peine, douleur, an­xiété…
L’armée a voulu immédiatement après installer un réseau d’antennes pensant pouvoir accélérer leurs pro­jets de manipulations des foules. A cette époque, le contrôle via les sites sociaux se ramollissait. Depuis le printemps arabe, plusieurs pays ont installé des verrous de protec­tion… et là, il y avait moyen de passer à du contrôle mental direct. Du pain béni pour eux. User de la résonance de Schumann comme support d’un processus de percep­tion extrasensorielle qui pouvait directement influencer le compor­tement, manipulant les cerveaux des masses, en créant des données conscientes. Si j’avais fini mes tra­vaux pour eux, nous marcherions tous à la «cadence de leur nouveau tambour cosmique». Une nouvelle ère qui nous plongerait inéluctable­ment dans le livre d’Orwell.
- 1984, siffla Ismaïl.
- Donc, à la base, vous êtes scientifique, chercheur. Mais pour­quoi êtes-vous aujourd’hui dans cet état? demanda Ismaïl avec compas­sion.
- C’est long, mais je te raconte­rai…
- Ok. Et ensuite, qu’avez-vous fait?
- Je me suis enfui pour travailler dans un des laboratoires d’une autre puissance. Puis, j’ai continué mes recherches sur les biophotons, al­lant de découvertes en découvertes.
Chaque jour apportait son lot d’excitation et de stupeur. J’ai pris le pli de m’enfuir à chaque fois qu’il le fallait pour continuer mes travaux dans d’autres laboratoires sous la surveillance des services secrets du pays hôte qui pensaient récupérer mes travaux. Mais ils n’ont eu que des bribes. J’ai même dû, à la fin de mon périple, faire un passage par les laboratoires chinois. Avant que je ne les quitte, le peu que je leur ai donné leur semblait incroyable, mais ils avaient bien encore une quinzaine d’années de retard sur mes recherches.
- J’avais lu, dit Ismaïl, en 2017, que les Chinois avaient réussi la première téléportation quantique de particule.
L’éminence sourit :
- Pour moi cela reste de la pré­histoire. Aujourd’hui l’intrication quantique de nos biophotons peut être régulé. Et oui Ismaïl, se télé­porter est possible, capter les bio­photons des autres êtres est pos­sible, guérir des maladies par la pensée est possible, faire le bien sur terre et pour l’humanité est possible, mais tout cela nécessite un plan d’action qui permette de ne pas faire n’importe quoi, parce que nous, les scientifiques, on fait sou­vent n’importe quoi par naïveté.
- Donc vous vous cachez pour échapper à ceux qui veulent nous utiliser pour détruire, contrôler, manipuler et surtout asservir le reste du monde. Pourquoi me livrer aujourd’hui autant d’informations? Vous aviez pourtant pris l’habitude de ne me dévoiler des choses au compte-gouttes!
- Oui, c’est vrai. Mais le temps presse, l’université d’été est sur le point de finir. Je ressens une forte concentration de personnes qui se rapprochent de nous pour m’attra­per. Et il ne nous reste pas plus de 48h pour que je puisse t’expli­quer clairement de quoi il s’agit et te donner les premiers éléments à mettre en place.

Un avant-goût...

lintrication-de-malabar.jpg

«Dans la campagne profonde d’Azrou, un brillant jeune homme quitte sa modeste maison familiale pour aller à l’aventure porté par des rêves de lendemains meilleurs.
Le sort et cette foutue chance lui jouent des tours et le conduisent à la rencontre de deux clochards miséreux, hauts en couleurs.
Contre toute attente, leur galère se transforme en une synergie lumineuse, qui pourrait bien changer le cours de l’histoire.
Mais ce serait sans compter sur d’obscurs services étrangers…»

amine-jamai-049.jpg

 

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc