×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste

Economie

Qui sauvera le soldat OMC?

Par Fatim-Zahra TOHRY | Edition N°:5763 Le 18/05/2020 | Partager
Le DG Roberto Azevêdo quitte ses fonctions le 31 août
De nombreux défis attendent le successeur
Crise économique, déclin du commerce mondial…

C’est officiel. Le directeur général de l’Organisation mondiale du commerce (OMC) Roberto Azevêdo a annoncé qu’il quitterait ses fonctions le 31 août, écourtant ainsi son deuxième mandat d’exactement un an.

Son «départ anticipé permettrait aux membres de choisir son successeur au cours des prochains mois, sans détourner leur énergie politique ni leur attention des préparatifs de la douzième Conférence ministérielle, qui doit avoir lieu en 2021», a-t-il dit lors d’une réunion virtuelle de tous les membres de l’OMC tenue le 14 mai. Il est question aussi de «donner à la personne qui lui succèdera suffisamment de temps non seulement pour planifier la voie à suivre pour la Conférence, mais aussi pour voir comment elle s’inscrira dans les projets pour l’avenir».

Reste à savoir qui pourrait reprendre la tête de l’OMC. A Genève, les regards se tournent vers l’Afrique, selon plusieurs sources diplomatiques. A Bruxelles, le commissaire européen au Commerce, Phil Hogan, a aussi estimé que c’était le «bon moment de choisir un nouveau DG qui saura relever les nombreux défis auxquels l’organisation est confrontée».

En effet, celle-ci traverse depuis des mois une crise profonde. Le tribunal réglant les litiges commerciaux entre ses membres ne pouvant plus compter sur son organe d’appel. Guerre commerciale USA-Chine, entorses multiples aux accords, restrictions aux exportations… sont autant de facteurs qui ont contribué à la déstabilisation du système commercial. Depuis l’arrivée de Donald Trump à la Maison-Blanche, l’organisation internationale et son patron ont assisté notamment aux hostilités commerciales entre les Etats-Unis, la Chine et l’UE.

Le départ prématuré du Brésilien intervient en pleine crise économique. Le commerce mondial devrait également enregistrer une baisse comprise entre 13% et 32% cette année, tandis que la pandémie de Covid-19 désorganise les activités économiques et la vie normale dans le monde. Le large éventail de possibilités liées à la baisse prévue s’explique par la «nature sans précédent de cette crise sanitaire et par l’incertitude quant à son impact économique précis», tiennent à le rappeler les économistes de l’OMC.

Ils pensent que cette baisse sera probablement supérieure à la contraction du commerce causée par la crise financière mondiale de 2008-2009. Les estimations de la reprise attendue en 2021 sont tout aussi incertaines. Les résultats dépendront largement de la durée de l’épidémie et de l’efficacité des mesures adoptées pour y faire face.

Dans ses récentes statistiques et perspectives, l’OMC avait prédit deux scénarios. L’un relativement optimiste, avec un net recul du commerce suivi par une reprise à partir de la seconde moitié de 2020 et un autre plus pessimiste avec une baisse initiale plus forte et une reprise plus prolongée et incomplète.

Dans les deux scénarios, toutes les régions subiront une baisse à deux chiffres des exportations et des importations cette année (sauf les autres régions qui comprennent l’Afrique, le Moyen-Orient et la Communauté d’Etats indépendants, y compris les Etats associés et les anciens Etats membres).

La baisse relativement faible estimée pour ces dernières tient au fait que les pays qui en font partie dépendent beaucoup des exportations de produits énergétiques, dont la demande est relativement indépendante des fluctuations de prix.

Si la pandémie est maîtrisée et si le commerce se remet en route, la plupart des régions pourraient enregistrer en 2021 une reprise à deux chiffres avoisinants 21% dans le scénario optimiste et 24% dans celui pessimiste. «L’ampleur de l’incertitude est très élevée, et il est tout à fait possible que les résultats soient supérieurs ou inférieurs à ces chiffres cette année aussi bien que l’année prochaine», est-il relevé.

                                                                           

«Un fin négociateur»

roberto-azevedo-063.jpg

Diplomate de carrière, Roberto Azevêdo, qui avait pris la tête du gendarme du commerce mondial en 2013 en succédant au Français Pascal Lamy, a commencé son second mandat de quatre ans en septembre 2017.

Avant d’être le patron de l’OMC, il était depuis 2008 le représentant permanent du Brésil auprès de cette organisation où il s’était forgé une réputation de fin négociateur. Il avait ainsi été chef de délégation dans des litiges clés remportés par le Brésil à cette instance: dans le cas des subventions pour le coton contre les Etats-Unis et des subventions à l’exportation de sucre contre l’UE.

Lors de sa première candidature, il avait d’ailleurs mis l’accent sur le fait que son élection débloquerait les négociations commerciales qui étaient au point mort depuis des années.

■  Malgré quelques succès, les négociations piétinent, les pays n’arrivant pas à trouver une entente pour interdire les subventions favorisant la surpêche. Et la 12e ministérielle, qui devait se tenir début juin au Kazakhstan et sur laquelle l’OMC avait fondé tous ses espoirs, a dû être reportée à 2021 en raison de la pandémie de Covid-19.

Réélu en 2017, il devait rendre son mandat à la mi-2021. Il le fera finalement dès septembre, non sans avoir enregistré quelques succès, en concluant notamment l’accord sur la facilitation des échanges à Bali en 2013, puis en élargissant le champ d’application de l’accord sur les technologies de l’information deux ans plus tard.

F.Z. T.

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc