×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

International

Tourisme mondial: Des scénarios plus durs les uns que les autres

Par Fatim-Zahra TOHRY | Edition N°:5762 Le 15/05/2020 | Partager
Le secteur pourrait reculer de 60 à 80% sur l’ensemble de l’année, selon les prévisions de l’OMT
Tout dépendra de la rapidité du confinement et de la durée des restrictions de voyage
De loin la crise la plus grave à laquelle le secteur ait été confronté depuis le début des relevés (1950)

La pandémie de Covid-19 frappe le tourisme mondial et le Maroc n’y échappe pas. Le secteur reste au point mort alors que 100% des pays imposent des restrictions sur les voyages et 72% ont complètement fermé leurs frontières au tourisme international.

A la lumière des dernières données de l’Organisation mondiale du tourisme (OMT: https://www.unwto.org), la crise a provoqué une chute de 22% des arrivées de touristes internationaux au cours du premier trimestre 2020. Elle pourrait entraîner sur toute l’année une régression comprise entre 60 et 80% par rapport aux chiffres de 2019.

«Le monde est confronté à une crise sanitaire et économique sans précédent. Le tourisme a été durement touché, avec des millions d’emplois menacés dans l’un des secteurs à plus forte intensité de main-d’oeuvre de l’économie», selon le Secrétaire général de l’OMT, Zurab Pololikashvili. Cela met en danger des millions de foyers dont les moyens de subsistance dépendent du tourisme et menace de réduire à néant les progrès réalisés dans la poursuite des objectifs de développement durable (ODD).

covid-19-monde-062.jpg

En mars, les arrivées ont considérablement diminué, de 57%. Et ce, suite au début du confinement dans de nombreux pays ainsi qu’à l’introduction généralisée de restrictions de voyage et à la fermeture des aéroports et des frontières nationales. Il en résulte une diminution de 67 millions d’arrivées internationales et d’environ 80 milliards de dollars de recettes (exportations du tourisme), selon le dernier baromètre du tourisme mondial de l’OMT.

Par répartition géographique, bien que l’Asie et le Pacifique subissent l’impact le plus élevé en termes relatifs et absolus (-33 millions d’arrivées), les retombées en Europe, bien que plus faibles en pourcentage, sont assez élevées en volume (-22 millions). Les Amériques, l’Afrique et le Moyen-Orient ont été touchés à différents degrés.

En ce qui concerne les perspectives pour toute l’année, elles ont été revues à la baisse à plusieurs reprises depuis le déclenchement de la pandémie et l’incertitude continue de dominer. Les scénarios actuels indiquent une baisse possible des arrivées de 58% à 78%. Ces chiffres dépendent de la rapidité du confinement et de la durée des restrictions de voyage et de la fermeture des frontières.

Les pronostics sont basés sur trois dates possibles d’ouverture progressive des frontières internationales à savoir les débuts des mois de juillet (baisse de 58% des arrivées), septembre (-70%) et décembre (-78%). Selon ces scénarios, l’impact de la chute de la demande de voyages internationaux pourrait se traduire par une baisse de 850 millions à 1,1 milliard de touristes internationaux, une perte de 910 milliards à 1,2 billion de $EU de recettes d’exportation du tourisme ainsi que la mise en danger de 100 à 120 millions d’emplois directs dans le tourisme.

C’est de loin la crise la plus grave à laquelle le tourisme international ait été confronté depuis le début des relevés (1950), selon les prévisions de l’OMT. L’impact se fera sentir à des degrés divers dans les différentes régions du monde et à des moments qui se chevauchent, l’Asie et le Pacifique devant être les premiers à rebondir.

Des signes de reprise en 2021?

Selon l’enquête du Groupe d’experts de l’OMT, la demande intérieure devrait se redresser plus rapidement que la demande internationale. La plupart d’entre eux s’attendent à voir des signes de reprise au dernier trimestre 2020, mais surtout
en 2021. Sur la base des crises précédentes, les voyages de loisirs, et en particulier ceux effectués pour rendre visite à des amis et des parents, devraient reprendre plus rapidement que les voyages d’affaires. Les avis concernant la reprise des voyages internationaux sont plus positifs en Afrique et au Moyen-Orient, la majorité des experts prévoyant une reprise en 2020. Ceux des Amériques sont les moins optimistes et les moins enclins à croire à une reprise cette année, tandis qu’en Europe et en Asie, les perspectives sont mitigées. La moitié des experts prévoyant une reprise au cours de cette année. A noter que l’Organisation mondiale du tourisme a proposé un dispositif d’assistance technique pour le redressement du tourisme en réponse à la pandémie Covid-19 fournissant des orientations aux Etats membres. Le dispositif repose sur trois grands piliers: redressement économique, marketing et promotion, renforcement des institutions et de la résilience.

                                                                            

Ce que propose l’UE

LA Commission européenne a présenté un ensemble d’orientations et de recommandations visant à aider les Etats membres à lever progressivement les restrictions en matière de voyages. Elles visent également à permettre aux entreprises du secteur touristique de rouvrir, après des mois de confinement, tout en respectant les précautions sanitaires nécessaires. Le paquet «Tourisme et transports» dont l’intégralité est disponible sur le site https://ec.europa.eu comprend:

Une stratégie globale en vue d’une reprise en 2020 et au-delà;
Une approche commune pour le rétablissement de la liberté de circulation et la levée des restrictions aux frontières intérieures de l’UE, par étapes et de manière coordonnée;
Un cadre pour soutenir le rétablissement progressif des transports tout en assurant la sécurité des passagers et du personnel;
Une recommandation pour faire des bons à valoir sur les voyages une alternative intéressante aux remboursements en espèces pour les consommateurs;
Les critères applicables à la reprise progressive et en toute sécurité des activités touristiques ainsi qu’à l’élaboration de protocoles sanitaires pour les établissements d’hébergement tels que les hôtels;
Les Etats membres doivent agir en tenant compte de trois critères: épidémiologiques,  la capacité d’appliquer des mesures de confinement et les considérations économiques et sociales.

F.Z. T.

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc