×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Economie

Retail: Les commerçants réclament des baisses du loyer

Par Amin RBOUB | Edition N°:5755 Le 06/05/2020 | Partager
Objectif: Sauver l’activité et les emplois
Un millier de commerces et 40.000 emplois à l’arrêt depuis un mois et demi

L’heure est grave chez les retailers, les franchisés et le commerce organisé en général. les commerçants sont aux abois. Les professionnels du retail sont en arrêt d’activité depuis le 18 mars dernier.

Pour le Groupement des retailers du Maroc, «cette situation concerne au moins un millier de commerces, 100 enseignes et plus de 40.000 emplois directs et indirects répartis entre les magasins et les bureaux.  Dans certains centres de retail, le commerce organisé s’étend jusqu’à 10.000 m2. En temps normal, l’activité tourne avec un chiffre d’affaires de l’ordre de 5 milliards de DH», confirme Mahmoud Lahrichi, membre du Groupement.

Au-delà de la dimension économique, il y a des enjeux sociaux. Plus de 40.000 salariés et autant de ménages vivent des revenus générés par ce type d’activité. «Le sauvetage des emplois est aujourd’hui notre priorité absolue», soutient le Groupement des retailers au Maroc.

Pour limiter les dégâts et éviter des scénarios aux conséquences lourdes, les professionnels du retail souhaitent «agir sur les loyers». Compte tenu de cette situation critique pour la trésorerie, les retailers veulent engager un dialogue  «serein» avec les bailleurs afin de consentir des baisses.

Selon le Groupement «2019 a déjà été  une très mauvaise année pour le commerce». Le confinement et l’arrêt d’activité aujourd’hui mettent sous pression beaucoup d’enseignes qui risquent de fermer boutique. Même en cas de reprise en juin, la situation restera compliquée.

Compte tenu de cette situation inextricable, les professionnels se sont résolus à «ne pas faire d’arbitrage contre-productif sur les emplois». Néanmoins, vu que la principale charge (en plus des salaires) étant le loyer, ils invitent les bailleurs «à prendre part à l’effort collectif en faisant des concessions via la baisse des prix du loyer». Sur ce point précis, la Fédération marocaine de la franchise pousse plus loin l’argumentaire et réclame l’annulation du loyer pendant la période de fermeture en invoquant…

Et d’ajouter: «De manière factuelle, la contrepartie contractuelle de paiement d’un loyer repose sur la jouissance possible d’un bien commercial pouvant recevoir des clients, du public… Or, cette jouissance du local est impossible compte tenu des mesures sanitaires prises par les autorités. A juste titre d’ailleurs… ».

Pour convaincre encore plus, les franchisés précisent: «La contrepartie n’étant pas honorée, le loyer n’est donc pas dû». S’ils arrivent à obtenir gain de cause, cela constituerait une jurisprudence!  D’ailleurs, des centres commerciaux ont accepté le principe de l’annulation du loyer pendant la fermeture. Parmi eux, figurent Anfa Place et Morocco Mall. A priori, d’autres malls devront suivre.

Plus que l’annulation du loyer pendant la fermeture, les franchisés réclament «l’adaptation du loyer à l’activité réelle de la reprise… C’est un impératif de survie!». En clair, des ajustements sur les mensualités puisque l’activité sera au ralenti pendant plusieurs mois. Même avec la reprise, les estimations de baisse du CA oscilleraient entre 50 et 70% dans le commerce organisé lors du prochain semestre. Pour limiter les dégâts, les retailers proposent la mise en place d’un «mécanisme simple qui permet d’indexer le loyer au chiffre d’affaires.

100 enseignes membres

commercants-055.jpg

Le Groupement des retailers du Maroc puise sa création de la détermination d’une centaine d’enseignes lors du 3e trimestre 2019. Ce collectif a été créé dans un contexte de baisse générale de l’activité et du chiffre d’affaires chez les retailers et franchisés. Le Groupement a été créé justement pour demander des baisses de loyers aux bailleurs et défendre les intérêts des commerçants. La crise Covid-19 a aussi mobilisé le groupement pour défendre les intérêts de ses membres. Parmi les enseignes membres, figurent Alpha 55, Au Derby, Alain Afflelou, City Sport, Lacoste, Planet  Sport, Samsung, Yves Rocher, Swatch, Le Comptoir des montres, Sun Planet… Des enseignes qui emploient des milliers de salariés à travers leurs réseaux et différents points de vente sur l’ensemble du Maroc.  Au total, les enseignes membres représentent un millier de  commerces qui emploient 40.000 personnes.

Amin RBOUB

 

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc