×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Economie

Une reprise prêt-à-porter avant l’Aïd?

Par Aziza EL AFFAS | Edition N°:5755 Le 06/05/2020 | Partager
Les commerçants de Derb Sultan et Garage Allal veulent rouvrir le 6 mai
L’essentiel de leur chiffre d’affaires est réalisé durant cette période

Les commerçants du prêt-à-porter à Casablanca s’impatientent. Ils souhaitent rouvrir leurs magasins dès le 6 mai. Plusieurs associations, représentants notamment les détaillants et grossistes de Derb Sultan et Garage Allal, appellent à une relance du commerce à l’approche de l’aïd, période durant laquelle ils réalisent l’essentiel de leur chiffre d’affaires.

kissariats-055.jpg

 A Derb Sultan, véritable fourmilière durant le mois de Ramadan, les kissariats sont désertes en attendant le retour de la clientèle (Ph. L’Economiste) 

Un collectif de 6 associations a adressé dans ce sens des correspondances au ministère de l’Intérieur afin de profiter des quelques jours qui restent encore avant la fin de la saison. «Nous exerçons une activité saisonnière et les collections sont préparées au moins 6 mois à l’avance. Si nous n’ouvrons pas à temps, cela se traduira par des pertes financières énormes pour le secteur», expliquent les professionnels.

En effet, plusieurs commerçants s’approvisionnent à crédit en attendant d’écouler leurs marchandises. Sans oublier que les modèles deviennent rapidement caducs et ne peuvent être vendus pour la prochaine saison. «Si rien n’est fait, la crise risque de s’aggraver d’autant plus que le comité de veille Covid-19 n’a pas inclus les problèmes des commerçants à l’ordre du jour», poursuivent-ils.

L’Intérieur n’a pas non plus répondu aux multiples correspondances des associations qui représentent ces commerçants. En attendant, les professionnels «croulent sous les charges multiples: loyers, salaires, factures d’électricité, des fournisseurs...». De surcroît, les salariés du secteur n’ont pu bénéficier des indemnités de la CNSS faute d’une décision administrative attestant de l’arrêt de travail temporaire.

De même, les professionnels déplorent les retards dans le traitement des demandes du crédit Damane Oxygène. La réouverture des commerces permettra un tant soit peu de soulager ces commerçants. «Nous demandons d’être traités sur le même pied d’égalité que les autres commerces autorisés à ouvrir», estiment-ils.

Ils se disent prêts à coordonner avec les autorités locales afin de respecter les mesures d’hygiène et de sécurité (port de masque, produits de stérilisation, respect des horaires...). Le cas échéant, les commerçants demandent à obtenir des attestations administratives d’arrêt d’activité pour pouvoir les produire à qui de droit.

A Casablanca, les quartiers commerçants de Derb Omar, garage Allal et Derb Sultan connaissent généralement une forte affluence durant le mois de Ramadan. Les fêtes religieuses dopent les ventes de ces commerces qui s’adressent à une catégorie spécifique de clientèle. Les grossistes, qui fournissent les quatre coins du Royaume, ne peuvent exercer leur activité sous l’état d’urgence sanitaire, les transports intervilles étant interdits durant le confinement.

A.E.

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc