×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Economie

Plus de 900.000 salariés déclarés en arrêt temporaire

Par Mohamed Ali Mrabi | Edition N°:5755 Le 06/05/2020 | Partager
Amekraz fait le point sur l’impact de la crise
Les inspecteurs du travail veillent à la continuité et au maintien des emplois, selon le ministre
Les groupes parlementaires appellent à réglementer le télétravail et le recours aux solutions digitales
mohamed-amekraz-055.jpg
Pour Mohamed Amekraz, ministre du Travail, il est encore prématuré d’élaborer un plan d’action pour la période post-Covid-19, dans la mesure où toutes les données changent rapidement (Ph. Bziouat)

Depuis l’instauration de l’état d’urgence sanitaire, plus de 900.000 salariés ont été déclarés en arrêt temporaire du travail, au niveau de plus de 134.000 entreprises affectées par les répercussions de la crise du Covid-19. Il s’agit pratiquement de 1 employé sur 3, selon Mohamed Amekraz, ministre du Travail.

Intervenant lors de la séance hebdomadaire des questions orales, lundi dernier à la Chambre des représentants, il a souligné que cela traduit «l’ampleur des dommages subis par les entreprises, au même titre que les travailleurs, à cause de cette crise». Durant le mois de mars dernier, 131.955 entreprises, sur un total de 216.000 unités affiliées à la CNSS, ont déclaré être impactées par les effets du Covid-19, soit 61% de l’ensemble des entreprises inscrites.

Le ministre a été interpellé par les députés, particulièrement de l’opposition, sur le rôle de l’inspection du travail dans le suivi de la situation actuelle du marché de l’emploi. Sur ce point, Amekraz a précisé que «les efforts déployés par les inspecteurs du travail sont axés sur la continuité de l’activité des entreprises et le maintien des emplois. Cela doit se faire dans le respect des mesures préventives».

L’idée est également de «promouvoir le télétravail et l’introduction du travail en alternance, afin d’éviter les concentrations des employés au sein des entreprises», a-t-il expliqué. Pour le groupe parlementaire du RNI-UC, «l’adoption du télétravail et le recours aux solutions digitales a montré les opportunités qui se présentent. D’où l’urgence pour le gouvernement de se pencher sur la réglementation et l’organisation de ce type d’emploi».

Ils ont également incité les employeurs à accorder des congés administratifs et des autorisations exceptionnelles, pour éviter l’encombrement sur les lieux de travail. Entre le 13 mars et le 15 avril, ces inspecteurs ont visité 6.761 entreprises. Cela a été accompagné de la création d’une commission centrale de veille et de comités régionaux et provinciaux, en coordination avec les autorités locales et les services extérieurs de certains ministères.

Certains groupes parlementaires ont appelé le ministre à assumer la responsabilité de la réouverture de certaines unités industrielles. «Ce qui peut poser le risque de réapparition de certains foyers de contamination», de l’avis d’une membre du groupe parlementaire du PAM. La Commission centrale a mis en place une procédure conjointe de suivi et d’inspection, en partenariat avec le département du Commerce et de l’Industrie.

L’objectif est de contrôler le respect par les entreprises des mesures préventives instaurées par les autorités publiques. Plus de 2.259 visites ont été effectuées jusqu’au 23 avril dernier. Elles se sont soldées par la fermeture de 10 entreprises, employant 93764 personnes, à cause du non respect des mesures préventives et des conditions de santé des travailleurs, a fait savoir le ministre.

Celui-ci a également mis l’accent sur le rôle de la nouvelle ligne Allo 2233 en matière de conseil et d’orientation en matière de mesures de prévention. Cette plateforme recevra également les réclamations des salariés et des employeurs en matière de sécurité au travail.

1 employé sur 3 en arrêt d’activité

  • 900.000 salariés déclarés en arrêt temporaire du travail
  • 134.000 entreprises affectées par les répercussions du Covid-19
  • 131.955 unités adhérant à la CNSS touchées par les effets de cette crise sur un total de 216.000 affiliés
  • 6.761 entreprises visitées par les inspecteurs du travail jusqu’au 15 avril
  • 10 entreprises employant 9.764 personnes fermées suite au non respect des mesures préventives

                                                                           

Le gouvernement navigue à vue

Le gouvernement dispose-t-il d’un plan d’action pour la relance du marché de l’emploi à la sortie de cette crise sanitaire? C’est la question brandie face au ministre du Travail par les différents groupes parlementaires. Surtout vu le risque en matière de paix sociale, selon le groupe de l’Istiqlal. Pour Mohamed Amekraz, il est encore prématuré d’adopter un plan d’action dans ce sens.

Surtout que «nous n’avons pas encore de précisions sur l’ampleur de cette crise, ni sur le nombre définitif des personnes impactées…». Pour l’instant, «les chiffres présentés par différents organismes nationaux ou internationaux sont provisoires. Durant cette période, tout évolue vite», a expliqué le ministre. La priorité actuellement, selon lui, est d’accompagner les entreprises qui sont restées actives et les employés ayant perdu, provisoirement, leur emploi.

Parallèlement, nous nous apprêtons à la relance progressive des activités économiques, a-t-il rappelé. Interpellé sur le rôle du Fonds de l’indemnité pour perte d’emploi, Amekraz a expliqué que les personnes pouvant bénéficier de cette indemnité doivent être dans une situation juridique différente, avec une rupture définitive de la relation contractuelle avec l’employeur.

Ce qui n’est pas le cas pour les travailleurs en arrêt provisoire. Le ministre a indiqué que le Conseil d’administration de ce Fonds a transféré 500 millions de DH vers le Fonds spécial Covid-19, afin d’appuyer les efforts de prise en charge des personnes en arrêt d’activité.

M.A.M.

 

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc