×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste

Régions

Déchets inertes: Plus de 300 points noirs à Casablanca

Par Aziza EL AFFAS | Edition N°:5751 Le 29/04/2020 | Partager
Anfa, Maârif et Sidi Bernoussi en comptent le plus
1,3 million de tonnes, selon les estimations
Une campagne pour les éliminer durant cette période de confinement

Près de 1,3 million de tonnes de déchets inertes éparpillés sur les 16 arrondissements de Casablanca. Ces rebuts de construction et de démolition jonchent tous les terrains vagues de la ville et occupent plus de 880.000 m2. Il s’agit de déchets non dangereux issus de l’activité BTP (carrelage, briques, ciment, remblais, gravats, verre...).

dechets-inerte-051.jpg

Les déchets inertes ne sont pas inclus dans le périmètre du contrat de gestion déléguée de la propreté, qui se limite aux ordures ménagères et déchets verts (Ph. F.Alnasser)

Les principaux points noirs recensés (plus de 300 au total) se situent notamment dans les arrondissements de Hay Hassani (51), Anfa (44), Maârif (44), Sidi Bernoussi (39) et Moulay Rachid (33). Et selon les premières estimations, plus de 400.000 tonnes sont localisées rien que sur le territoire de l’arrondissement de Hay Hassani, 354.000 tonnes à Sidi Moumen, 182.000 à Bernoussi, 100.000 à Anfa...

L’explosion des chantiers de construction à Casablanca durant les dernières décennies s’est traduite par l’accumulation des déchets inertes à tous les coins de rues et terrains nus. Pour s’en débarrasser durant cette période de confinement, les agents de la police administrative ont déjà commencé des tournées de sensibilisation auprès des propriétaires des terrains nus (cf. édition du 16 avril 2020).

Ces derniers sont appelés à régulariser leur situation en transportant les déchets, à leur charge, à la décharge de Médiouna (où ces gravats sont utilisés pour l’enfouissement des ordures ménagères). Le cas échéant, ils s’exposeraient à des amendes allant de 200 à 10.000 DH, en vertu de la loi 28.00 relative à la gestion des déchets et à leur élimination.

Ces opérations de sensibilisation, menées au niveau de chaque arrondissement, ont notamment ciblé les chantiers de constructions, les professionnels de transport, les gardiens autorisés… L’étape suivante étant celle de la verbalisation des contrevenants. «Nous avons déjà ciblé plus de 300 chantiers de construction et plus de 170 PV ont été dressés», confirme une source bien informée.

Par ailleurs, en application de l’article 210 de l’arrêté communal n°19 (en date du 12 septembre 2018), les propriétaires de terrains nus devront installer des clôtures et veiller sur la propreté du site. De même, au moment de l’obtention des autorisations d’urbanisme, auprès de la plateforme numérique Casa-Urba, les promoteurs immobiliers seront tenus de produire un contrat conclu avec une entreprise spécialisée dans la collecte des déchets inertes. Ces derniers devront également présenter un engagement écrit stipulant qu’ils vont déposer les déchets inertes issus du chantier à la décharge de Médiouna.   

A signaler que ces mesures, applicables uniquement sur les 16 arrondissements de Casablanca, ne concernent pas Mohammedia et Nouaceur, dont relèvent Bouskoura et Dar Bouazza (qui comptent également beaucoup de points noirs du fait de la multiplication des chantiers immobiliers sur leurs territoires). Cette campagne devrait être élargie à ces zones pour nettoyer le maximum de territoires.

Aziza EL AFFAS

 

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc