×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste

Economie

La crise, une opportunité pour entreprendre?

Par Tilila EL GHOUARI | Edition N°:5749 Le 27/04/2020 | Partager
Logistique, transformation digitale, éducation... des filières porteuses
Des projets agiles et innovants peuvent séduire les investisseurs
crises-entreprises-049.jpg

Plusieurs entreprises risquent de fermer suite à cette crise sanitaire. Elles laisseront ainsi une place pour de nouveaux projets innovants et répondant aux enjeux économiques actuels (Ph. Fotolia)

Entreprendre en temps de crise peut paraître une idée sau­grenue. Avec une croissance écono­mique au ralenti, des entreprises en arrêt d’activité, un taux de chômage en hausse... les répercussions de la crise sanitaire ne font que dissuader les porteurs de projets.

Paradoxalement, cette période peut aussi être une belle opportu­nité pour entreprendre. C’est du moins sur quoi s’accordent les in­tervenants du Webinar organisé le 22 avril par le groupe ISCAE, sous le thème: «Innovation & Entrepre­neuriat digital en période de crise», transmis en Live sur les réseaux sociaux (YouTube & Facebook).

Selon eux, lancer une startup en période de crise pourrait être gage de succès, à condition que le projet soit très innovant et que le modèle soit bien réfléchi afin qu’il puisse se positionner sur une niche très por­teuse. «Cette crise va redistribuer les cartes.

Les secteurs de la logis­tique & distribution, du commerce, de la digitalisation vont être por­teurs. Avant la crise, seuls 80% des dirigeants avaient pris conscience de l’importance de la transforma­tion digitale, aujourd’hui ils ont bien compris, à la dure, l’intérêt de la digitalisation», sou­ligne Meriem Zairi, pré­sidente de la commission startup & entrepreneuriat à la CGEM et directrice de la région Mena SEAF.

«Les secteurs de l’éduca­tion et de la santé connaî­tront eux aussi des chan­gements et auront besoin d’innovation», rajoute-t-elle. Le confinement a, quant à lui, fait apparaître de nouvelles méthodes de travail et d’enseignement. Ce qui représente une belle opportunité pour les éditeurs de logiciels de travail à distance. Dans une telle conjoncture, les investisseurs seront plus à la recherche de ce type de startup.

«Entreprendre est vraiment une solution. L’incertitude plane au­près des ressources humaines. La moitié est inquiète du maintien de son poste. C’est le meilleur mo­ment pour les porteurs de projet de se lancer», indique Hassan Bahej, DG d’IBM Maroc et membre du conseil d’administration de l’Ape­bi.

Toutefois, entreprendre en pleine crise reste très laborieux. L’une des grandes difficultés est de convaincre les investisseurs et les pourvoyeurs de fonds à avoir confiance en votre projet. En plus de venir avec un projet innovant et agile, un travail fignolé du business plan et du discours commercial est primordial pour persuader.

T.E.G.

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc