×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Economie

Contrôles stricts pour les ports de pêche

Par Ali ABJIOU | Edition N°:5744 Le 20/04/2020 | Partager
Tunnels de désinfection, port obligatoire de masques, prise de température
Limitation de l’effectif des équipages pour diminuer les risques de transmission
ports-de-peche-044.jpg

Les différents ports de la région ont mis en place des mesures pour protéger les marins et la continuité de l’activité (Ph. Adam)

Protéger les marins et assurer un flux continu de produits de la mer, la Chambre des pêches maritimes de la Méditerranée ne transige pas. Pour l’organisme et les différents acteurs du secteur de la pêche, il s’agit de veiller à assurer l’approvisionnement régulier du marché en produits de la mer, surtout dans la perspective de l’approche du mois de Ramadan qui se caractérise par une forte demande en poisson.

Elle vient d’ailleurs de lancer une série de mesures de sécurité et contrôle pour l’ensemble des marins. L’une des premières est l’installation de tunnels de désinfection dans l’ensemble des ports relevant de son périmètre d’intervention qui s’étend de Saïdia à Larache. Le premier a pris place à l’entrée du port de pêche de Tanger.

Les autres devront suivre au cours des prochains jours. La chambre a aussi procédé à la distribution de produits désinfectants pour les mains et de sacs en plastique pour la collecte des déchets dans les installations portuaires et à bord des bateaux de pêche. La Chambre a aussi demandé aux professionnels de la pêche de respecter les mesures fixées par les autorités sanitaires en matière de prévention comme les mesures de distanciation et le port de masques.

À cet effet, plusieurs ports de la région ont commencé à limiter le nombre de la dotation de pêcheurs autorisés par bateau. C’est le cas au niveau du port d’Al Hoceima, qui n’autorise plus que 17 marins pour les sardiniers, 8 à 12 pêcheurs pour les chalutiers et 7 pour la pêche à la palangre. Les marins subissent aussi un contrôle de température avec des thermomètres sans contact fournis par la Chambre des pêches afin de détecter de manière précoce les cas à risque et ce avant embarquement.

D’autres mesures ont été aussi instaurées dès le lancement du confinement comme la stérilisation fréquente des bateaux de pêche et l’obligation du port des masques de protection pour toutes personnes qui accèdent au port, ou au marché de vente de poisson situé au niveau du port. L’accès est aussi sanctionné par la prise de température corporelle pour éviter la contamination des espaces de vente et de travail.

Le risque en mer aussi

Les risques de contagion au covid-19 sont très élevés, même en mer. Le cas du Diamond Princess, paquebot de croisière mis en quarantaine en pleine mer, véritable foyer de contagion flottant avait montré la voie avec plusieurs décès. Plus récemment, les contagions du porte-avion américain Theodore Roosevelt ou de celui du porte-avions français, le Charles de Gaulle touché à plus d’un tiers dans son équipage. Les bateaux, quelle que soit leur taille représentent en effet des espaces à fort risque de transmission, vu le confinement et la promiscuité qui fait leur caractère de base, d’où la nécessité de mesures draconiennes pour éviter les transmissions.

Ali ABJIOU

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc