×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste

Economie

La grille de subvention des masques

Par Hassan EL ARIF | Edition N°:5740 Le 14/04/2020 | Partager
0,50 DH l’unité par le fonds de gestion de la pandémie
Les masques ont été retirés des grandes surfaces pour des raisons de sécurité

Les ministères de l’Industrie et des Finances devraient bientôt an­noncer les modalités de subvention des masques de protection fabriqués en tissu non tissé et commerciali­sés depuis quelques jours.

Pour que ces masques soient vendus à 0,80 DH TTC dans les pharmacies, les grandes et moyennes surfaces ainsi que les épiceries, les producteurs ont dû consentir une remise parce que le prix de départ était fixé à 1,20 DH TTC. «Les 0,20 DH de différence représentent la contribution des in­dustriels au fonds de lutte contre les impacts du coronavirus», précise un opérateur.

rix-de-maques-040.jpg

Le prix de vente des masques de protection est subventionné à raison de 0,50 DH l’unité pour la vente au consommateur

Ainsi, les masques de pro­tection seront proposés sortie d’usine à 0,50 DH TTC. Ils seront ensuite vendus aux différents points de vente à 0,60 DH pour qu’ils soient vendus au grand public à 0,80 DH. Le mon­tant de la subvention sera donc arrêté à 0,50 DH et sera prélevé sur le Fonds de gestion de la pandémie du coro­navirus. L’aide cible exclusivement les masques vendus aux ménages et aux particuliers. Les institutionnels qui souhaitent en acheter pour leur personnel ou leurs partenaires com­merciaux les paient à un prix négo­cié avec une clause d’interdiction à la revente.

La distribution est assurée par trois opérateurs, en l’occurrence Cen­trale Danone, Copag et Dislog. Les masques étaient distribués dans les grandes surfaces commerciales avant d’être retirés pour des raisons de sé­curité, confie une source à l’Associa­tion marocaine des fabricants de tissu non tissé. Ils sont désormais vendus uniquement dans les épiceries.

Pour le moment, ces dispositifs sont fabriqués par 7 usines. La pro­duction dépasse à présent les 3 mil­lions d’unités par jour. Dès mercredi, selon le ministre de l’Industrie, elle devrait atteindre 5 millions. Les in­dustriels devaient rencontrer le mi­nistre lundi 13 avril avec au centre de la discussion, la possibilité d’augmen­ter les cadences de production pour éventuellement envisager l’export.

Depuis le début de la crise du corona­virus, les masques et gels sont soumis à licence à l’export tant que le Maroc n’aura pas atteint son autosuffisance. Même les exportations de tissu non tissé à base duquel sont fabriqués ces masques sont suspendues. Ce maté­riau est utilisé notamment dans l’agri­culture, l’industrie…

La subvention de la fabrication des masques sera limitée à la durée de la pandémie du coronavirus. Une fois que les mesures de sécurité induites par l’état d’urgence seront levées, la demande pour ces masques retombera évidemment. Du coup, les industriels devront revenir à leurs anciens produits, notamment les sacs de caisse en tissu non tissé.

«Certains pourraient se reconvertir dans la fa­brication d’autres produits ou dans la production de blousons intégrés, de casques, de sur-chaussures…», ex­plique Abdelaziz Alazrak, président de l’Association marocaine des fabri­cants de tissu non tissé.

La reconversion dans les masques de protection a permis à certaines uni­tés de continuer à être opérationnelles malgré la chute de la demande en sacs de caisse.

Hassan EL ARIF

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc