×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste



eleconomiste
Vous êtes 203.440 lecteurs à vous connecter sur leconomiste.com chaque jour. Vous consultez 254.995 articles (chiffres relevés le 29/5 sur google analytics)
Régions

Marrakech: Les cliniques privées soulagent la pression des hôpitaux

Par Badra BERRISSOULE | Edition N°:5738 Le 10/04/2020 | Partager
Elles accueillent les urgences chirurgicales non Covid des Ramedistes
Le dispatching sera assuré par un médecin régulateur de la santé publique
Deux infrastructures privées et un hôtel dédiés aux patients Covid
marrakech-cliniques-038.jpg
15 cliniques seront disponibles 24/24h, selon un tour de garde bien ficelé pour urgences chirurgicales non Covid des Ramedistes, après dispatching par un médecin régulateur de la direction de la santé. Objectif: soulager les hôpitaux publics dédiés totalement Covid comme le CHU (Ph. DR)

Une autre belle action de solida­rité vient d’être adoptée à Marrakech et cette fois-ci, ce sont les cliniques privées qui la portent. Une quinzaine d’entre elles se sont mises à la dispo­sition de la direction régionale de la santé pour assurer les urgences chirur­gicales non Covid pour les Rame­distes.

«C’est pour alléger la pression que subissent les hôpitaux publics », indique Dr Tarik Hanich, président du Conseil régional de l’ordre des méde­cins de la région de Marrakech/Safi (CROM). Ainsi, ces cliniques seront disponibles 24/24h, selon un tour de garde bien ficelé pour urgences chirur­gicales non Covid, après dispatching par un médecin régulateur de la direc­tion de la santé.

En d’autres termes, les patients ne pourront pas s’adresser directement à ces cliniques, mais se diriger d’abord vers les hôpitaux pu­blics. «N’oubliez pas que nos propres services (consultation, urgences…) fonctionneront normalement», ex­pliquent les médecins privés qui ont adhéré à cette initiative.

Le CROM estime que les cliniques devraient recevoir une trentaine de patients par jour. Il faut dire que le confinement a eu un impact sur le nombre d’acci­dents de la route et d’accidents du tra­vail. Résultat: Les services d’urgences tournent aujourd’hui avec des baisses importantes. Du reste, par peur de contagion, des malades évitent tout de même les urgences.

Marrakech qui se classe malheureusement parmi les villes qui enregistrent le plus de cas positifs Covid, a dédié plusieurs de ses hôpitaux au traitement de ce virus: le CHU Mohammed VI, l’hôpital Anta­ki, le CHR Ibnou Zohr, indique Lamia Chakiri, directrice de la santé pour la région.

Deux hôpitaux privés se sont portés volontaires et sont également dédiés au traitement du Covid. Par ailleurs, une quarantaine de chambres de l’hôtel Sémiramis ont aussi été dé­diées aux patients Covid notamment pour les cas asymptomatiques et sui­vant un protocole d’hébergement des cas hors structures hospitalières. Dans cet établissement, la surveillance mé­dicale est assurée par un staff médi­cal, selon un protocole bien défini.

De même que des équipements médico-techniques ont été amenés sur place. A noter que la cité ocre enregistre 255 cas positifs Covid, 784 cas suspects selon les dernières statistiques du ministre de la santé. Le confinement n’est malheureusement pas respecté dans certains quartiers populaires.

Badra BERRISSOULE

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]om
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc