×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste

Economie

Des bavettes aussi confectionnées dans l’Oriental

Par Ali KHARROUBI | Edition N°:5737 Le 09/04/2020 | Partager
Une unité industrielle appelée à la rescousse par les autorités locales
Une auto-entreprise de jeunes couturières à Ain Bani Mathar engagée

Ne dit-on pas que le besoin est un grand ouvrier? Aujourd’hui la crise a poussé une usine textile spé­cialisée dans la fabrication de jean à se convertir en unité de fabrication de masques bavettes. Une recon­version qui a également été opérée par une jeune auto-entreprise d’une petite ville des hauts plateaux à four­nir gracieusement des masques aux personnes les plus démunies.

bavettes-masques-oriental-037.jpg

Des couturières mobilisées et déterminées à faire face aux effets de la pandémie de Covid-19 pour contribuer à l’effort de solidarité nationale (Ph. AK)

C’est ce que vient de faire un groupe de couturières à Ain Bani Mathar (pro­vince de Jerada) en confectionnant 500 unités/jour et en les offrant à la population locale. En constatant qu’il n’y avait pas de bavettes dans leur localité et que celles qui sont sur le marché sont vendues à des prix exorbitants, six couturières ont pris l’initiative de coudre des masques bavettes et de les fournir gratuite­ment aux personn`es qui n’ont pas les moyens de les acheter.

«Nous avons ciblé, dans un pre­mier temps, les personnes à besoins spécifiques, les personnes âgées et les éboueurs; ceux qui nettoient notre ville et qui sont confrontés à de multiples risques pour leur exprimer notre reconnaissance et solidarité», explique Fatima Zahra Jabri, auto-entrepreneuse couturière.

Toutefois, malgré cette volonté, ces couturières ont ralenti leur activité pour pénurie de matière première. Et comble, les masques à 80 cen­times promis ne sont pas encore arri­vés à Ain Bani Mathar ainsi que dans toutes les villes des hauts plateaux.

En parallèle à cette initiative d’artisans, le groupe Bernitex, spécialiste dans la confection des pantalons destinés à l’export s’est converti en fabriquant des masques bavettes, à la demande des autorités en raison de la pénurie qui frappe la région. Pour répondre à cette attente, il a mobilisé une vingtaine d’ouvriers sur un total de 2.600 que compte ses quatre unités et qui sont en chômage partiel à cause de la pandémie du coronavirus.

«Avec ce petit groupe d’ouvriers nous avons fourni 8.000 unités/jour gratuite­ment aux autorités provinciales et régionales qui se chargent de les distribuer aux services engagés dans la lutte contre le Covid-19», confie à L’Economiste Khalid Bernichi, directeur général de Bernitex. Les bavettes fournies sont réalisées à base de coton et sont réutilisables à condition de les laver à une tempé­rature élevée (90 °C).

Ali KHARROUBI

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc