×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste

Economie

La baisse de la demande fragilise l’ONEE

Par Khadija MASMOUDI | Edition N°:5735 Le 07/04/2020 | Partager
La consommation d’électricité a reculé de 15,5% au 31 mars
L’effet coronavirus sur le tissu industriel
L’impact et les mesures pour y faire face en cours d’évaluation
onee-035.jpg

En raison des répercussions économiques du coronavirus, le report de certains projets d’investissement serait envisagé  par l’Office (Ph. L’Economiste)

A moins d’un rattrapage rapide, le chiffre d’affaires de l’Office national de l’eau et de l’électricité (ONEE) pourrait plonger cette année. Cet office, qui a terminé l’exercice 2019 sur un bénéfice net de 594,46 millions de DH après un bénéfice de 1,9 milliard en 2018, se trouvait déjà dans une situation financière fragile.

Une fragilité qui risque de s’accentuer  avec les répercussions économiques du coronavirus. Les dernières statistiques disponibles sur la consommation d’énergie relèvent une baisse de la demande d’électricité: -15,5% au mardi 31 mars 2020. «Ce recul concerne le tissu industriel au sens large du terme», précise un responsable à l’ONEE. 

Avec l’épidémie, plusieurs entreprises sont soit à l’arrêt, soit ont réduit leur activité. C’est le cas par exemple de l’usine Renault à Tanger qui a stoppé les machines en attendant la fin de la crise sanitaire. Plus de 113.000 entreprises ont déclaré un arrêt temporaire d’activité à la CNSS. 

L’impact de cette baisse de la demande est en cours d’évaluation avec le ministère des Finances et les mesures pour y faire face sont également en cours d’examen. Ce contrecoup s’ajoute à une liste d’autres difficultés. L’ONEE traîne toujours des dossiers sur lesquels le gouvernement n’a pas tranché comme c’est le cas notamment du crédit TVA.

Le protocole d’accord signé avec l’Etat en 2015 a réglé le stock antérieur à décembre 2013 qui s’élevait à 2,5 milliards de DH sans parvenir à résoudre entièrement le problème. L’ONEE finance le crédit de TVA transféré par les producteurs privés de l’électricité auxquels il est  lié par des contrats de concession. Ce crédit provient de l’écart entre le taux de TVA appliqué au charbon (20%) et celui de l’électricité (14%) et qui ne peut être dépassé que par l’harmonisation des taux.

L’Office, qui dans sa feuille de route 2019-2023 tablait sur l’accompagnement de l’Etat dans le recouvrement de ses créances, sera obligé de reporter les investissements. Mais «pas tous», corrige un responsable à l’ONEE. Une priorisation s’effectuera certainement en fonction des urgences.  

Le portefeuille d’investissements prévu initialement sur la période 2019-2023 est de 51,6 milliards de DH dont 26,1 milliards dédiés à l’électricité. Dans la production d’électricité, les montants en jeu sont estimés à 8,6 milliards de DH pour des  projets d’une capacité additionnelle de 4.262 MW dont 4.240 MW à base d’énergie renouvelable.

Sont prévues, la réalisation de la centrale thermique diesel de Dakhla (22 MW) et de la station de transfert d’énergie par pompage (STEP) Abdelmoumen (350 MW). Au-delà de 2023, le plan d’équipement prévoit l’extension de la nouvelle centrale à charbon propre de Jerada de 350 MW ainsi que la poursuite du développement des projets renouvelables permettant le dépassement de l’objectif national fixé à 52%.

Facilités de paiement, relevé d’index à distance

Pour soutenir ses clients durant la période de l’état d’urgence sanitaire et leur épargner les déplacements, l’ONEE a décidé de surseoir au relevé des index des compteurs et à la distribution des factures. De nouvelles solutions à distance via la téléphonie et internet ont été adoptées. Les clients ont la possibilité de communiquer eux-mêmes leur index de consommation d’électricité, soit via le site internet en souscrivant au service «Auto-Relevé», soit en contactant le Centre de relation clientèle. Comme pour la consommation d’eau potable, l’index sera estimé automatiquement par le système d’information sur la base de l’historique de consommations du client. Une régularisation dès la reprise du relevé sera opérée. Des équipes mobiles de recharge en faveur des clients disposant d’un compteur à prépaiement sont mises en place et une avance en kWh sera accordée aux foyers à revenus modestes. Un report et des facilités de paiement pour les clients qui en expriment le besoin sont également prévus. 

K. M.

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc