×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste



eleconomiste
Vous êtes 173.579 lecteurs à vous connecter sur leconomiste.com chaque jour. Vous consultez 213.013 articles (chiffres relevés le 31/5 sur google analytics)
Economie

Les agents de voyages esquissent les pistes de relance

Par Youness SAAD ALAMI | Edition N°:5730 Le 31/03/2020 | Partager
Report des voyages et rem­boursement des clients… un casse-tête
La fragilité de leur trésorerie limite les possibilités d’action

Les agents de voyages sont eux aussi rattrapés par les effets de la pan­démie du Covid-19. «Nous craignons des conséquences économiques dra­matiques», indique Mohamed Yassir Jawhar, président-délégué du CRT de Fès et directeur de Zalagh Voyages. Selon lui, «les agences de voyages vont certainement subir de grosses pertes, voire même des faillites». Ceci, vu la fragilité de leurs trésoreries en général. Décryptage.

■ Report du voyage ou rembourse­ment, une véritable gymnastique
Dès la fermeture des frontières, plu­sieurs voyageurs ont réclamé un rem­boursement immédiat. Or, «la RAM pré­voit le remboursement des billets avec des délais qui peuvent être prolongés», confie Jawhar. L’initiative est bonne, mais ne résout pas le problème. «Car, à ceux qui voyagent pour le tourisme, s’ajoutent ceux qui voyagent pour leurs affaires (rendez-vous de travail, congrès, formation, professionnel, ou autre)», explique Jawhar. Pour les premiers, les voyages peuvent être décalés sans consé­quences. En revanche, pour les voyages d’affaires, deux contraintes sont à sou­lever. D’abord, est-ce que la formation ou le congrès…etc, objet du voyage, sera reporté ou annulé? En cas d’annulation, le client devrait être remboursé. Pour ce qui est du report, le client pourrait béné­ficier d’un autre billet (modifié). A cet effet, la gestion des annulations et reports requiert une véritable gymnastique.

■ Des bons de transport nominatifs à prévoir
De leur côté, les compagnies aé­riennes devraient fournir un bon de transport nominatif et non en faveur de la société ou l’administration qui s’est chargée du règlement du billet. Pour les voyagistes, «il va falloir demander un bon de transport pour l’agence qui, à son tour, le mettra à la disposition de la société ou l’administration ou autres». En outre, si l’activité pour laquelle la personne allait effectuer le déplacement est annulée, la société ou l’administration refusera catégoriquement le paiement de cette prestation. Ceci, surtout lorsqu’il s’agit d’une administration publique qui «exige à ce que le service doit être fait avant tout paiement». Signalons à ce titre que toutes les administrations requièrent le cachet d’entrée et de sortie du territoire marocain ainsi que l’ordre de mission. En clair, si le report du voyage arrange tous les intervenants de la chaîne, l’annu­lation du déplacement entraînerait une véritable crise. Mais pas pour les compa­gnies aériennes qui, elles, s’en réjouiront, puisqu’elles ont des billets non utilisés mais réglés par les agences.

■ Voyages organisés, Omra et Haj… aussi
Pour les voyages organisés et le tou­risme religieux (Omra, et Haj), c’est une autre «histoire». «Nous étudions le report des voyages», confie Taoufik Madih, président des voyagistes de Mar­rakech. Ceci étant, le mode opératoire diffère selon les compagnies aériennes. «La RAM offre des possibilités de re­port, avec des avoirs, allant jusqu’à 12 mois. De son côté, Emirates peut aller jusqu’à 24 mois», explique Madih. Ce dernier annonce «qu’un communiqué est en cours d’élaboration, en concer­tation avec les compagnies prestataires, afin d’informer les voyageurs et leur donner des choix pour compenser leurs voyages». Notons enfin qu’en plus des compagnies aériennes, les agences doivent traiter les arrhes et acomptes avec différents prestataires dont les TO, hôtels, transporteurs etc. «La procédure de remboursement de ces acomptes va prendre plusieurs mois d’où l’indispo­nibilité de l’agence à rembourser ses clients. D’où la proposition de reporter le voyage pour une prochaine date qui ne dépasserait pas une année», concluent les voyagistes.

Youness SAAD ALAMI

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc