×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste



eleconomiste
Vous êtes 173.579 lecteurs à vous connecter sur leconomiste.com chaque jour. Vous consultez 213.013 articles (chiffres relevés le 31/5 sur google analytics)
Economie

Coronavirus: Le trafic continue à TangerMed

Par Ali ABJIOU | Edition N°:5727 Le 26/03/2020 | Partager
Les marchandises continuent de traverser le détroit malgré la crise du coronavirus
Légèrement impactées par les intempéries, elles récupèrent leur rythme
L’import augmente grâce aux médicaments, l’export baisse à cause de l’automobile
tanger-med-trafic-logitique-027.jpg

Les connexions maritimes continuent de transiter entre les rives du détroit pour le transport exclusif de marchandises (Ph. Adam)

Malmené ces derniers jours par le mauvais temps et les intempéries, le trafic import-export continue de braver la crise. A TangerMed, port qui concentre le gros du volume des échanges, les opérations se déroulent normalement, que ce soit au niveau du conteneur, du TIR ou du vrac. Le mauvais temps a légèrement impacté le trafic, mais tout est rentré dans l’ordre, selon une source au port.

Malgré la crise due au Covid-19, des services continuent de fonctionner de la même manière qu’auparavant. C’est le cas de la Capitainerie, du remorquage ou du contrôle aux frontières ainsi que d’autres services indispensables à la bonne marche du port. En revanche, pour le reste des opérations, un système de télétravail a été mis en place.

«L’import-export se maintient, coûte que coûte, compte tenu du caractère exceptionnel de la situation», relève-t-on auprès du complexe portuaire. En temps normal, le nombre quotidien de camions qui passe par les quais dépasse les 1.500 entre import et export.

Toutefois,  en ces temps troubles, ce trafic devrait connaître quelques variations en dents de scie, indiquent plusieurs opérateurs. Il faudra s’attendre à une légère baisse des exports lors des prochains jours, et ce à cause de la fermeture de plusieurs unités industrielles comme celle de Renault Melloussa et de certains de ses sous-traitants. Le secteur des équipementiers automobile en fait partie, la plupart des usines automobiles de l’Europe du Sud ayant fermé.

Néanmoins, d’autres produits à l’import arrivent à compenser ne serait-ce que de manière partielle comme cela est le cas des produits pharmaceutiques par exemple dont les importations ont commencé à monter fortement en volume.

A noter que le trafic maritime est maintenu pour le transport des marchandises avec l’Espagne. Il avait connu une nette diminution avec la suspension des lignes maritimes de passagers mais continue pour le transport de biens avec deux à trois fréquences par jour. 

Ali ABJIOU

 

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc