×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste

Economie

Coronavirus: Les recommandations des médecins

Par Tilila EL GHOUARI | Edition N°:5720 Le 17/03/2020 | Partager
Reporter les consultations non urgentes
Privilégier la téléconsultation

La crise sanitaire due à la pandémie de coronavirus concerne 161 pays et affole le monde entier. Comme chaque épidémie, elle apporte avec elle son lot d’inquiétudes et de questionnements. Les médecins n’y échappent pas. En effet, les salles d’attentes sont des lieux remplis de personnes vulnérables, pour qui, un risque de contamination peut être ravageur. Alors, faut-il encore aller chez le médecin?

medecins-consultation-020.jpg

Afin d’endiguer le virus, les patients se doivent de reporter les consultations non urgentes et privilégier les téléconsultations (Ph. L’Economiste)

«Les médecins continuent à travailler normalement. Nous prenons toutes les précautions nécessaires (nettoyage et désinfection des dispositifs médicaux, des surfaces après la sortie de chaque patient, nettoyage des sols réguliers, mise à disposition du gel ou d’une solution hydroalcoolique dans les salles d’attentes, port de bavettes par tout le personnel médical...)», rassure Dr Najib Amghar, néphrologue également secrétaire général de l’Ordre national des médecins.

«Nous n’avons pas encore reçu de consigne de la tutelle. Toutefois, nous avons pris des initiatives de notre côté, nous demandons à nos patients de se laver les mains, l’attente commence à se faire à l’extérieur du cabinet...», explique, pour sa part, Dr. Badreddine Dassouli, président du Syndicat national des médecins du secteur libéral (SNMSL).

Les membres du syndicat ont aussi lancé une campagne via les réseaux sociaux, invitant les marocains à rester chez eux et réduire leurs déplacements. «Les citoyens ne se rendent pas encore compte que ce virus se propage de façon exponentielle et que le risque de contamination est très élevé. Nous essayons de les sensibiliser en ce sens», souligne Dr. Dassouli.

Les professionnels du secteur appellent aussi les patients à reporter les consultations non urgentes. Par ailleurs, en temps de crise sanitaire, mieux vaut privilégier la téléconsultation. «Cette pratique est régulée depuis juin 2018 dans le pays et est une nécessité en pareille circonstance», souligne Dr. Najib Amghar. Ce décret prévoit cinq actes.

Il s’agit de la téléconsultation, de la télé-expertise (lorsqu’un professionnel médical sollicite l’expertise de l’un de ses confrères pour l’aider à prendre en charge un patient), de la télésurveillance médicale (permet à un médecin de suivre à distance un patient connecté grâce à un dispositif qui envoie la donnée de santé au médecin lui permettant de faire un diagnostic ou de modifier un traitement, si besoin) et de la régulation médicale (réponse à distance à une urgence).

Tilila EL GHOUARI

 

 

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc