×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste



eleconomiste
Vous êtes 186.066 lecteurs à vous connecter sur leconomiste.com chaque jour. Vous consultez 230.556 articles (chiffres relevés le 28/5 sur google analytics)
Economie

Lutte contre le coronavirus: L’Asmex réclame une loi de finances rectificative

Par Hassan EL ARIF | Edition N°:5719 Le 16/03/2020 | Partager
L’export et le tourisme, les secteurs les plus touchés
Des comités de veille pour évaluer l’évolution de la situation
export-019.jpg

L’Association marocaine des exportateurs (Asmex) vient d’alerter sur les perturbations à grande échelle des chaînes logistiques des achats et des exportations ainsi que la dépendance des fournisseurs internationaux pour leur propre approvisionnement en matières premières (Ph. L’Economiste)

Avec le coronavirus et la sécheresse, c’est la double peine pour l’économie nationale. Parmi les secteurs les plus touchés, figurent naturellement l’export et le tourisme. Ainsi, l’Association marocaine des exportateurs (Asmex) vient d’alerter sur les perturbations à grande échelle des chaînes logistiques des achats et des exportations ainsi que la dépendance des fournisseurs internationaux pour leur propre approvisionnement en matières premières et en demi-produits.

Une situation qui risque de s’aggraver avec la fermeture des connexions avec plus d’une vingtaine de pays. Par conséquent, l’Asmex propose une batterie de mesures d’appui aux exportateurs. Parmi celles-ci, un abattement de 50% sur les charges sociales et l’IR pendant le temps que durera la crise. Elle propose également un moratoire sur le paiement d’impôts, de taxes et charges sociales jusqu’à nouvel ordre.

Sur le plan du financement, il est proposé un rééchelonnement de la dette bancaire ou un différé de paiement et le renforcement des dispositifs d’assurance pour garantir les exportations. La suspension des liaisons aériennes et maritimes avec les pays cibles risquant de mettre à mal les exportations des produits périssables, les opérateurs réclament des mesures d’appui.

La mise en quarantaine des bateaux transitant par des pays à risque se traduit par un surcoût pour les exportateurs. Du coup, ils demandent à ce que les frais soient annulés. Il est également demandé des mesures compensatoires pour les sociétés exportatrices de services, notamment le tourisme.

L’occasion est tout indiquée pour réclamer une loi de finances rectificative. Les exportateurs voudraient que le gouvernement revienne sur le relèvement de leur taxation suite à la pression de l’Union européenne. Sur ce point, Saâdeddine El Othmani, dans son intervention à la télévision, a déclaré que ses équipes sont en train d’évaluer la situation avant de prendre une décision.

L’Asmex a mis en place un comité de veille pour recueillir les doléances des entreprises exportatrices ([email protected]). «Un état des lieux sera publié chaque semaine».

Pour sa part, la Confédération nationale du tourisme a tenu une réunion, avec la ministre de tutelle et le DG de l’ONMT, pour évaluer l’impact de la crise du coronavirus et définir les mesures d’appui que le gouvernement devrait mettre en place pour aider les entreprises à traverser cette conjoncture difficile sans encombre.

Aucun des participants ne peut deviner combien de temps durera la crise ni à quelle échéance l’industrie se relèvera de cette mauvaise passe. Tirant la leçon des crises précédentes, la CNT est convaincue que la reprise sera de retour, mais il faudra s’y préparer dès maintenant. Dans ce cadre, la CNT appelle les fédérations métiers à dresser l’état des lieux chiffré et actualisé de la situation des entreprises et segments de toute la chaîne de valeur.

L’ensemble des présidents de fédérations, de centres régionaux et provinciaux du tourisme et d’associations régionales sont invités à renseigner le canevas mis à leur disposition sur l’activité prévisionnelle et les annulations reçues. La CNT invite également ses membres à lui transmettre des idées de mesures concrètes pouvant soutenir les entreprises du secteur en prévision de son conseil d’administration prévu mercredi 18 mars.

La CNT se prépare également à mettre au point un plan de relance pour occuper le terrain dès les premiers signes de reprise. Selon un conseil, les opérateurs du tourisme s’attendraient à ce que le gouvernement accorde un différé d’impôts ou la prise en charge d’une partie des dépenses de personnel pour maintenir les emplois.

Benchaâboun au Parlement

Mohamed Benchaâboun, ministre des Finances, est appelé à donner le topo sur les impacts de la crise du coronavirus sur l’économie nationale devant la Commission des finances et du développement économique de la Chambre des représentants et la Commission des finances et de la planification de la Chambre des conseillers, mardi 24 mars. La rencontre permettra d’étudier l’opportunité de déposer un projet de loi de finances rectificative en raison des graves répercussions de la crise de la pandémie sur plusieurs pans de l’économie nationale.

Hassan EL ARIF

 

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc