×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste

Entreprises

Coronavirus: Le tourisme touché dans le Nord

Par Ali ABJIOU | Edition N°:5716 Le 11/03/2020 | Partager
Annulations en cascade auprès des hôteliers
Des craintes pour le mois d’avril et les fêtes de Pâques

Le Nord est lui aussi rattrapé par les effets de l'épidémie mondiale de Covid-19. A Tanger, l’un des premiers à sonner l’alarme est le secteur touristique. Réservations en baisse, annulations d’événements, tous les ingrédients sont là pour que les opérateurs, hôteliers au premier rang, annoncent les débuts d’une crise.

La diversification du type de clientèle de la région de Tanger avec un accroissement de la clientèle ‘affaires’ semble réduire les dégâts pour l’instant, selon plusieurs professionnels, mais les récents événements suscitent leur part d'inquiétude, même si peu d’entre eux arrivent à en cerner les effets.

Pour Ali Kadiri, président de l’association régionale de l’industrie hôtelière (ARIH), le taux des annulations a atteint les 30%. Ce taux concerne non seulement les touristes étrangers mais aussi les grands événements ‘corporate’ que devait accueillir la ville de Tanger et qui ont privé les hôteliers d’autant de revenus.

C’est le cas du festival des fruits rouges que devait accueillir la ville de Larache cette semaine ainsi que d’autres événements avec des invités issus d’autres pays prévus tout au long de ce mois de mars. Leur annulation intervient suite aux directives gouvernementales annoncées la semaine dernière et qui, en particulier, interdisent les événements et regroupements de plus d’un millier de participants.

«Sur le plan financier, les établissements hôteliers commencent déjà à souffrir des effets de cette crise sur leur trésorerie», annonce Kadiri qui craint que les hôtels ne puissent pas honorer leurs obligations. Pour ce dernier, le mois de mars est d’ores et déjà perdu, pour la plupart des unités. L’espoir de retrouver un début de normalité au mois d’avril est perturbé par l’augmentation des tarifs de la traversée maritime vers le port de Tarifa.

En effet, les prix ont nettement augmenté lors des derniers mois, réduisant le trafic touristique comme peau de chagrin. Ce trafic était essentiellement composé d’excursionnistes espagnols du sud de l’Espagne et de touristes européens en visite à la Costa del Sol.

Ces touristes faisaient jusqu’à très récemment le bonheur des opérateurs touristiques dont hôtels mais aussi agences de voyage et restaurants, une crise qui risque d’être amplifiée par l’effet coronavirus si l'épidémie ne perd pas en intensité.

Arrivera-t-on à sauver la période des vacances de Pâques (autour du 12 avril cette année), l’une des périodes les plus actives du tourisme tangérois en dehors de l’été? Telle est la question que se posent bon nombre d’opérateurs qui ne sont pas sûrs de pouvoir compter sur le joker du tourisme national qui lui aussi est sous la menace du Covid-19.

Festival, instituts... que des reports

Les annulations se succèdent au niveau du Nord. Annoncé en grande pompe, le festival national des fruits rouges vient d’être reporté à une date ultérieure. La décision a été annoncée par l’Office régional de mise en valeur agricole du Loukkos et par la fédération interprofessionnelle des fruits rouges, les organisateurs de l’événement, lundi dernier. Le festival dont la 4e édition devait se tenir du 12 au 15 mars, se voulait une vitrine pour le secteur mais les craintes liées au Covid-19 et les risques d’une contagion à grande échelle ont eu gain de cause. Sur un autre registre, les Instituts Cervantès de Tanger et Tétouan viennent d’annoncer le report des activités culturelles prévues pour le mois de mars dans le cadre des mesures de prévention de propagation du virus. Les nouvelles dates seront communiquées ultérieurement.

corona-carte-016.jpg

                                                                                       

Questions fréquemment posées

■ Les vaccins contre la pneumonie protègent-ils contre le nouveau coronavirus?
Non. Les vaccins contre la pneumonie, tels que le vaccin antipneumococcique et le vaccin contre Haemophilus influenza type B (Hib), n’offrent pas de protection contre le nouveau coronavirus. Le virus est tellement nouveau et différent qu’il nécessite un vaccin qui lui est propre. Les chercheurs sont en train de travailler à la mise au point d’un vaccin contre le 2019-nCoV et l’OMS les soutient dans leurs travaux. Bien que ces vaccins ne soient pas efficaces contre le 2019-nCoV, la vaccination contre les maladies respiratoires est fortement recommandée pour protéger votre santé.

■ Le nouveau coronavirus affecte-t-il les personnes âgées ou les jeunes y sont-ils également sensibles?
Les personnes de tous âges peuvent être infectées. Les personnes âgées et les personnes souffrant de maladies préexistantes (comme l’asthme, le diabète, les maladies cardiaques) semblent plus susceptibles de tomber gravement malades à cause de ce virus. L’OMS conseille aux personnes de tous âges de prendre des mesures pour se protéger du virus, par exemple en suivant une bonne hygiène des mains et une bonne hygiène respiratoire.

■ Les antibiotiques sont-ils efficaces pour prévenir et traiter l'infection par le nouveau coronavirus?
Non, les antibiotiques n’agissent pas contre les virus, mais seulement contre les bactéries.  
Le nouveau coronavirus (2019-nCoV) est un virus et, par conséquent, les antibiotiques ne doivent pas être utilisés comme moyen de prévention ou de traitement. Cependant, si vous êtes hospitalisé pour une infection par le 2019-nCoV, vous pouvez recevoir des antibiotiques car une co-infection bactérienne est possible.

■ Existe-t-il des médicaments spécifiques pour prévenir ou traiter l'infection par le nouveau coronavirus ?
À ce jour, aucun médicament spécifique n’est recommandé pour prévenir ou traiter l’infection par le nouveau coronavirus. Toutefois, les personnes infectées par le virus doivent recevoir des soins appropriés pour soulager et traiter les symptômes, et celles qui sont gravement malades doivent recevoir des soins de soutien optimisés. Certains traitements spécifiques sont à l’étude et seront testés dans le cadre d’essais cliniques. L’OMS contribue à accélérer les efforts de recherche et de développement avec toute une série de partenaires.

Ali ABJIOU

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc