×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste



eleconomiste
Vous êtes 159.147 lecteurs à vous connecter sur leconomiste.com chaque jour. Vous consultez 199.098 articles (chiffres relevés le 27/5 sur google analytics)
Entreprises

Intelaka: BMCE Bank of Africa monte en puissance

Par Jean Modeste KOUAME | Edition N°:5712 Le 05/03/2020 | Partager
Une caravane pour ratisser large et recruter le plus grand nombre
La banque sillonne une qua­rantaine de villes
intelaka-bmce-012.jpg

Avec plus de 173 crédits accordés à fin février, BMCE
Bank of Africa se classe 3e en termes de nombre de
crédits accordés, derrière la BCP et AWB

Plus de 173 crédits Intelaka ont été accordés par BMCE Bank of Africa en un peu plus de 2 semaines. C’est le premier bilan depuis le lancement du programme à l’initiative du Souverain. Pour renforcer son dispositif d’enrôle­ment de porteurs de projets, la banque lance la «caravane nationale des TPE».

Pour le lancement de cette initiative, le coup d’envoi a été donné à Laâyoune. Au total, une quarantaine de villes du Maroc seront sillonnées (Agadir, Mar­rakech, Casablanca, Rabat...) afin de présenter le programme global baptisé «Intelak #Likoum».

La tournée s’éten­dra sur 30 jours avec 3 agences ban­caires mobiles ciblant les zones à forte concentration d’entrepreneurs poten­tiels, instituts de formation, commerces et marchés... «Nous comptons ratisser le plus large possible et toucher le plus grand nombre, vu que nous ne sommes pas présents dans certaines localités éloi­gnées», explique Omar Tazi, directeur général délégué de Bank of Africa, qui se réjouit de l’engouement autour du bus aménagé. «Nous recevons énormé­ment de porteurs de projets ainsi qu’un nombre important de dossiers en étude», poursuit Omar Tazi.

L’offre de BMCE combine des ser­vices financiers et non-financiers, des outils de formation et d’accompagne­ment ainsi qu’un dispositif de proximi­té. Le programme «Intelak #Likoum» s’articule autour d’une offre de finan­cement au taux de 2%, sans engagement personnel bapti­sée «Tamwil Intelak», un prêt d’honneur dédié à financer le besoin en fonds de roulement de démarrage baptisé Start- TPE, une offre de produits et services bancaires (ouver­ture de compte, carte, banque à distance...) gratuits lors de la première année, ou encore des formations sur mesure, des solutions d’assurance, de l’accompagnement person­nalisé à travers un réseau de conseillers experts...

L’étape de Laâyoune a attiré une diversité de profils d’entrepreneurs: plombier, électricien, auto-entrepre­neurs, jeunes désirant struc­turer leur projet... Plusieurs parmi eux sont montés à bord du bus pour s’enquérir des conditions requises afin de bénéficier du crédit.

A travers cette caravane, la banque veut briser la glace avec les commerçants, artisans... «Nous avons constaté qu’ils n’arrivent pas à oser frapper à la porte de nos agences, malgré cette offre his­torique», explique Mehdi Houtti, direc­teur région Grand Sud de Bank of Africa. Toutefois, bénéficier d’Intelaka requiert un minimum de conditions à remplir. Il faut être porteur d’un projet d’au moins 5 ans, réaliser un chiffre d’affaires de moins de 10 millions de DH.

Bien évi­demment, «un porteur de projet qui a le savoir-faire nécessaire pour mener à bien son projet et qui a un marché porteur a beaucoup plus de chances de se faire octroyer un crédit», précise le direc­teur général délégué. Selon ce dernier, la banque a mis en place un mécanisme d’accompagnement afin de s’assurer que les bénéficiaires vont réaliser le projet et surtout qu’ils ont la capacité de rem­bourser.

Selon les derniers chiffres de la CCG, à fin février la Banque Populaire trône en tête des enrôlements avec 426 crédits accordés, soit 39% du total du secteur bancaire, suivie d’Attijariwafa bank, avec 342 bénéficiaires, soit 31%. BMCE Bank of Africa et Crédit Agricole viennent respectivement en 3e et 4e posi­tions avec 173 et 147 crédits accordés, soit 16 et 14%. Invité à se prononcer sur la performance de la banque, Omar Tazi soutient qu’il n’y a pas de concurrence sur le sujet.

«Ce qu’il y a de fondamental pour nous, c’est d’être un acteur majeur et mettre à la disposition des porteurs de projets l’ensemble du réseau d’agences de la BMCE. Pour notre part, ce n’est pas une course contre la montre, ni une com­pétition contre nos confrères, mais une compétition contre la difficulté qu’ont ces jeunes à pouvoir bâtir leur projet, le financer et surtout le réussir».

Modeste KOUAME

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc