×
  • L'Editorial
  • régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

    Economie

    Coronavirus: Le ministère de la Santé temporise

    Par Hassan EL ARIF | Edition N°:5693 Le 07/02/2020 | Partager
    Ce n’est pas la première crise sanitaire de dimension planétaire
    L’OMS considère que le Maroc dispose des compétences techniques
    La meilleure arme reste la prévention

    Le dispositif national de prévention et de prise en charge du Coronavirus est-il prêt? Quelle attitude à prendre devant un cas d’infection avéré? Quel rôle pourraient jouer les différents intervenants? Autant de questions auxquelles le Pr Kamal Marhoum El Filali, chef du service des maladies infectieuses au CHU Ibn Rochd, a tenté de répondre lors de la rencontre organisée, mercredi 5 février, par le Syndicat des pharmaciens de Casablanca.

    «Le Coronas d’aujourd’hui n’est pas le premier, il y a déjà eu d’autres menaces. Ce sont des gènes que l’on connaît, que l’on surveille et qui peuvent à tout moment poser problème, mais il y a aussi des choses que l’on connaît et qui un jour apparaissent. Le Coronas commence maintenant à poser problème chez l’homme», a déclaré le professeur El Filali.

    Le Coronavirus 2019-nCoV (N pour nouveau et Cov pour Coronavirus) n’est pas sans rappeler une autre crise sanitaire, celle de la pandémie de grippe aviaire H1N1, qui fait encore peur. Les recherches scientifiques ont permis d’identifier l’animal à l’origine de la contamination humaine, en l’occurrence la civette largement consommée en Chine.

    Dans le cas du Coronavirus, l’état actuel des connaissances ne permet pas encore de déterminer l’origine de l’infection. Mais ce qui est sûr, c’est que les recherches s’intensifient pour mettre au point un vaccin, «attendu d’ici un an», pense le professeur El Filali.

    Les scientifiques chinois, comme les grands instituts et laboratoires, travaillent d’arrache-pied pour déterminer d’abord le mode opératoire de la transmission du virus à l’être humain en étudiant sous tous les angles les 41 premiers cas d’infection. 41% de ces personnes n’ont consulté un médecin qu’une semaine en moyenne après l’apparition des premiers symptômes.

    Le traitement utilisé dans la prise en charge des malades est symptomatique. Plusieurs thérapies expérimentées de par le monde, dont le Tamiflu ainsi que les médicaments destinés aux personnes atteintes de sida ou du MERS.

    En attendant, la prévention reste le meilleur moyen pour se prémunir contre le virus. Le professeur conseille de se laver les mains au savon ou avec un gel hydro-alcoolique plusieurs fois par jour, d’éviter les embrassades (ce qui est difficile dans le contexte marocain), de se tenir à une distance de 1 m de son interlocuteur pour éviter d’être contaminé… Il est également conseillé d’éternuer dans un mouchoir ou à défaut dans le pli de son coude.

    Certaines personnes portent un masque chirurgical, mais ignorent qu’au bout de trois heures, il n’a plus aucune efficacité, comme le précise le conférencier. Des gestes simples qui peuvent sauver une vie.

    Casablanca: My Youssef et le CHU, centres de référence

    Le fait d’avoir de la fièvre, de la toux ou une gêne respiratoire ne veut pas forcément dire que la personne est atteinte du Coronavirus. Le chef du service des maladies infectieuses conseille «de vérifier d’abord si la personne présentant une infection respiratoire aiguë a voyagé en Chine dans les 14 jours précédents». On peut également suspecter un cas d’infection si une personne présente une gêne respiratoire aiguë dans les 14 jours suivant un contact physique avec un cas confirmé ou a travaillé ou séjourné dans un hôpital dans lequel un cas a été confirmé. En cas de doute, il faut se présenter à l’hôpital où un service est dédié. Au niveau de Casablanca, les cas suspects peuvent s’adresser à l’hôpital My Youssef. Une aile au CHU est réservée à la prise en charge des personnes atteintes. Dans un communiqué publié en milieu de semaine, l’OMS atteste que «le Maroc dispose des compétences techniques pour réaliser le diagnostic du nouveau coronavirus 2019-nCoV, au niveau de plusieurs de ses laboratoires. Les kits nécessaires ont été pourvus en quantité suffisante et un approvisionnement plus conséquent est prévu dans les jours à venir».

    Hassan EL ARIF

    • SUIVEZ-NOUS:

    1. CONTACT

      +212 522 95 36 00
      [email protected]
      [email protected]
      [email protected]
      [email protected]
      [email protected]

      70, Bd Al Massira Khadra
      Casablanca, Maroc

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc