×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste

International

Trump dévoile son plan de paix

Par L'Economiste | Edition N°:5686 Le 29/01/2020 | Partager
Salué par Israël, mais rejeté par les Palestiniens
Un appel au boycott
trump-086.jpg

Le président américain Donald Trump devait dévoiler, hier mardi en après-midi, son plan de paix pour le Proche-Orient. Il est salué comme «historique» par Israël, mais n’a que peu de chances d’aboutir tant il est rejeté d’avance, avec force, par les Palestiniens. Le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu et son rival Benny Gantz ont fait le déplacement à Washington.

Les Etats-Unis avaient présenté en juin le volet économique du plan, qui prévoit environ 50 milliards de dollars d’investissements internationaux dans les Territoires palestiniens et les pays arabes voisins sur dix ans. Mais les détails concrets de ce projet restent l’objet de spéculations.

En réaction, la présidence palestinienne a appelé les ambassadeurs des pays arabes et islamiques à boycotter la réunion où sera annoncé «l’accord du siècle».

«Nous sommes prêts à parvenir à la paix conformément aux résolutions de la légalité internationale comme nous sommes prêts pour des négociations impliquant le Quartette international et d’autres pays», a indiqué le président palestinien Mahmoud Abbas. La Palestine a appelé à la tenue samedi prochain d’une session extraordinaire du Conseil de la Ligue arabe au niveau des ministres des Affaires étrangères. Objectif: examiner les répercussions du plan.

D’après le secrétaire général adjoint de la Ligue arabe, Hossam Zaki, les Etats arabes ont appuyé cette demande. Pour lui, «le plan américain et les mesures unilatérales prises par Washington, notamment la reconnaissance d’Al-Quds comme capitale d’Israël et la suppression des soutiens financiers destinés à l’Autorité palestinienne et à l’Office de secours et de travaux des Nations unies pour les réfugiés de Palestine dans le Proche-Orient (UNRWA), sont contre les droits palestiniens légitimes».  Et ce, «en particulier le droit d’établir un Etat indépendant sur la base d’une solution à deux Etats».

Si le président américain va de l’avant avec son plan de paix pour le Moyen-Orient, les Palestiniens envisagent de se retirer des accords d’Oslo, qui encadrent leurs relations avec Israël. «L’Organisation de libération de la Palestine se réserve le droit de se retirer de l’accord intérimaire, nom des résultats concrets des discussions d’Oslo», avait indiqué Saeb Erekat, secrétaire général de l’OLP. «Le plan américain ne passera pas et pourrait même conduire les Palestiniens à une nouvelle phase de leur lutte…», a prévenu de son côté Ismaïl Haniyeh, chef du Hamas.

F. Z. T. avec agences

 

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc