×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste

Société

Coronavirus: Pourquoi Wuhan inquiète le monde

Par Youness SAAD ALAMI | Edition N°:5686 Le 29/01/2020 | Partager
La ville compte 12 millions d’habitants dont 1,5 million d’étudiants
Le Roi ordonne le rapatriement des Marocains et l’activation des mesures sanitaires
ville-chinoise-1-086.jpg

Située au centre de la Chine, Wuhan est la mégapole où le coronavirus s’est répandu avant qu’il ne soit déclaré épidémie. Depuis une semaine, les rues de cette ville sont vides et la circulation est limitée au minimum. Les autorités ont également obligé les résidents à porter des masques de protection, sous peine d’arrestation des contrevenants (Ph. YSA)

Mise en quarantaine par les autorités chinoises pour cause d’épidémie (coronavirus), Wuhan est devenue en quelques semaines la ville qui fait le plus peur au monde. Cette mégapole (12 millions d’habitants) située au centre du pays, où le nouveau virus a été détecté pour la première fois, réalise un PIB annuel de 130 milliards de dollars.

Toutefois, l’apparition de cette épidémie mortelle «risque d’impacter drastiquement l’économie chinoise», explique Nasser Bouchiba, président de l’Association de coopération Afrique-Chine pour le développement. Ce Marocain établi à Pékin affirme que «les autorités chinoises ont pris toutes les mesures pour contenir la propagation de l’épidémie dans ce pays de plus d’un milliard et demi d’habitants».

Au Maroc, le Souverain a mobilisé le gouvernement pour rapatrier les Marocains de Wuhan et activer les mesures sanitaires nécessaires dans ce genre de situation. Décryptage.

ville-chinoise-2-086.jpg

■ Foyer épidémique, Wuhan mobilise l’OMS
Mardi 28 janvier 2020, le nombre de décès des suites du coronavirus s’établissait à plus de 100 personnes rien qu’en Chine (plus de 200 à travers le monde). Ce qui a suscité un déplacement urgent du directeur de l’Organisation mondiale de la santé (OMS). Le but étant de s’enquérir de l’évolution de l’épidémie. Assurer le suivi des mesures sanitaires prises dans l’espoir d’enrayer l’épidémie de pneumonie virale, stopper la contagion, et limiter la perte de vies humaines, ne sont pas en reste. En attendant, «la situation est grave», a reconnu Xi Jinping, le président chinois, qui a noté que «l’épidémie s’accélère», dépassant les 4.500 cas en Chine. Notons que plus d’un millier de contaminations supplémentaires sont à craindre à Wuhan. Ville estudiantine, celle-ci compte 86 universités avec notamment 1,5 million d’étudiants. Parmi ces derniers, figurent des jeunes Marocains qui sont confinés dans leurs lieux de résidence par des mesures de restriction de circulation. Ils l’ont fait savoir grâce à des appels de détresse lancés sur les réseaux sociaux. «Enfermés dans les facultés, nous manquons de nourriture et surtout d’appui moral. Notre ambassade n’a pas apporté l’aide nécessaire», déplorent-ils. Leur appel a été entendu par le Souverain qui a tenu, lundi, une séance de travail en présence de plusieurs responsables gouvernementaux et ordonné leur rapatriement.  

■ Revoir le système d’immigration des étudiants marocains

universite-chinoise-086.jpg

Pour Nasser Bouchiba, président de l’Association de coopération Afrique-Chine pour le développement, «il est impossible de connaître le nombre exact des étudiants marocains établis à Wuhan en particulier, et en Chine en général». Car, de l’avis de cet expert, «plusieurs étudiants marocains sont orientés par des agences d’éducation vers la Chine». Attestant parfois d’un niveau (financier et éducatif) très bas, ces derniers se heurtent à un mode de vie différent, élevé et accéléré. Sans bourse d’études, ni ressources financières, «de nombreux étudiants restent dans l’illégalité, échouent, reviennent au pays, ou se font arrêter pour divers délits», regrette Bouchiba. En plus, dès leur arrivée en Chine, ils doivent se déplacer jusqu’à Pékin pour demander un numéro d’immatriculation à l’ambassade du Maroc. Chose que la plupart d’entre eux évitent «faute de moyens» et surtout s’ils partent dans des régions lointaines. A ce titre, la diaspora réclame la révision du système d’immigration en Chine. «Il faut opter pour un mode de gestion interactif afin d’encourager les nouveaux venus à s’enregistrer, à distance, à l’ambassade du Maroc à Pékin», explique-t-on. Il faut également contrôler ces agences d’éducation qui établissent des dossiers d’immigration au profit d’étudiants marocains sans aucune consultation auprès du département de l’Enseignement supérieur. En l’absence de cet avis, le voyage vers l’eldorado vire à l’échec et au drame. Signalons que «les bourses d’études (300 dollars mensuels) ne sont octroyées qu’aux plus méritants et dans un cadre d’échange légal validé par le ministère des Affaires étrangères chinois», déclarent, à L’Economiste, les responsables de la faculté des langues et de littérature de l’Université de Wuhan. Ces derniers affirment qu’ils ont des accords de coopération et de co-diplomation avec les Universités Hassan II, Hassan Ier et de Marrakech.

chine-aereport-086.jpg

Voilà à quoi ressemble une gare ferroviaire à Wuhan, en temps normal, sans situation de crise (Ph. YSA)

■ Des numéros verts pour établir le contact avec les autorités
L’apparition du coronavirus a suscité quelques craintes, notamment chez les étrangers établis dans le pays. Ainsi, plusieurs capitales se mobilisent pour le rapatriement de ses ressortissants. De son côté, Pékin prend des mesures pour limiter la propagation du virus et assure les étrangers. Lundi, le ministère chinois des Affaires étrangères a mis à la disposition des Marocains résidant dans la province de Hubei deux numéros verts pour solliciter assistance, notamment en ce qui concerne la distribution de nourriture, d’eau et des médicaments. Il s’agit des numéros 02787122256 / 02787811173, joignables 24/24, a indiqué un communiqué de l’ambassade. En outre, le gouvernement chinois a assuré à l’ambassade du Maroc que tout sera mis en œuvre «pour assurer la sécurité, la santé et le bien-être des ressortissants marocains en Chine, notamment dans la ville de Wuhan». Signalons enfin qu’à l’heure où nous mettons sous presse, aucun Marocain n’a été signalé comme porteur du virus. Ceci étant, les Marocains sont appelés à faire preuve de vigilance et à suivre toutes les mesures de prévention préconisées par les autorités chinoises.

Instructions royales

instruction-royales-086.jpg

Lundi 27 janvier 2020, le Roi a ordonné le rapatriement de la centaine de ressortissants marocains, essentiellement des étudiants, se trouvant actuellement dans cette province. Lors d’une séance de travail tenue au palais royal de Rabat, le Souverain a également donné ses instructions pour que les mesures nécessaires soient prises au niveau des moyens de transport aérien, des aéroports appropriés et des infrastructures sanitaires d’accueil spécifiques. Assurer le suivi et la coordination adéquats entre le chef du gouvernement, les ministres de l’Intérieur et de la Santé ainsi que d’autres départements (la Gendarmerie royale entre autres), n’est pas en reste. Signalons que le ministre de la Santé Khalid Ait Taleb a mis en branle le système spécial de détection, de notification et de prise en charge des éventuels cas de coronavirus (2019-nCoV).

Chronologie

  • 8 décembre 2019: Un premier cas de coronavirus est diagnostiqué à Wuhan.
  • Début janvier 2020: Cédant à la pression des réseaux sociaux, les autorités de Pékin parlent, pour la première fois, d’une épidémie.
  • Mi-janvier 2020: Wuhan est mise en quarantaine, et le gouvernement chinois annonce des mesures drastiques. Les autorités avaient auparavant appelé les habitants de la ville à éviter les lieux de rassemblement et à réduire la participation aux événements sociaux.
  • 20 janvier 2020: Les premiers cas épidémiologiques sont diagnostiqués au Canada, USA et Europe. Une mobilisation internationale est déclarée pour limiter la contagion et assurer le suivi des malades dont l’incubation peut varier entre 2 et 10 jours.
  • 27 janvier 2020: Le Maroc actionne également des mesures sanitaires au niveau des aéroports.
  • 28 janvier 2020: Le bilan de l’épidémie fait état de plus de 100 morts et plus de 4.500 personnes atteintes rien qu’en Chine. Des cas épidémiologiques sont signalés un peu partout dans le monde (Europe, Etats-Unis, Canada…).

Youness SAAD ALAMI

                                                                           

Annulations de vols chez RAM!

LE syndicat des tour-opérateurs français (Seto) a recommandé dimanche la suspension des voyages organisés vers la Chine jusqu’au 21 février, du fait de l’épidémie de coronavirus. Par ailleurs, le gouvernement chinois  a décidé de suspendre tous les voyages groupés de touristes chinois (via TO) à l’étranger. Cette décision a eu de l’impact sur de nombreuses compagnies qui reçoivent des annulations de vols. C’est le cas aussi pour Royal Air Maroc, qui vient de lancer la ligne Casa-Pékin. L’impact des annulations s’en ressentira aussi sur les hôtels et restaurants au Maroc, confirment des voyagistes. Plus encore, même des hommes d’affaires, commerçants et autres négociants marocains qui se rendent en Chine ont préféré reporter le déplacement à cause du virus.  Pour l’heure, malgré les nombreuses annulations enregistrées,  la ligne Casa-Pékin est encore maintenue. Par ailleurs, la compagnie nationale a mis un dispositif avec des consignes sanitaires envers son personnel navigant qui assure les vols Casa-Pékin.

A.R.

 

 

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc